Publié le 8 Novembre 2019

 

 

c'est mon amie, sa maman ! bienvenue à bord ! il n' a pas été invité au Vatican, quelle misère !

- "No, he did not invite, unfortunately!😂

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 6 Novembre 2019

 

 

 

Igor a commencé à étudier la musique à la flûte à bec à l'âge de 5 ans. En 2012, il passe à la flûte traversière et poursuit sa formation musicale avec Efimenkova Yulia. En mai 2018, il entre en 8ème année à l'Ecole Spéciale de Musique Gnessin de Moscou où il étudie la flûte avec le professeur Oleg V. Khudyakov.

Igor est le lauréat de nombreux concours nationaux et internationaux. Il assiste régulièrement à des master classes de flûtistes d'exception, parmi lesquels James Galway, Vincent Lucas, Raffaele Trevisani, Nikos Karassavidis, Sibel Pensel, Claire Sausvort, Nicole Esposito, Maria Fedotova, Olga Ivusheikova, Maria Chepurina, Nikolai Mokhov, Nikolai Popov et plusieurs autres.

Le 10 novembre 2018, Igor s'est produit en soliste avec l'orchestre au Centre Pavel Slobodkin. En 2017, en tant que lauréat du Grand Prix, Igor s'est produit avec l'Orchestre du Conservatoire de Saint-Pétersbourg sous la direction d'Alexei Vasiliev dans la petite salle de la Société philharmonique.

 

 

sublime, very nice! bravo. très sympa.

 

ça change des tradistes. je suis devenu très allergique à tout ce monde.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 6 Novembre 2019

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 6 Novembre 2019

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 6 Novembre 2019

 

 

Juan Baixeras Berenguer, mártir claretiano de Barbastro, nació el 21 de noviembre de 1913. Sus ultimas palabras escritas fueron: Vivan los Sagrados Corazones de Jesús y de María!

Juan Baixeras Berenguer, martyr claretiano de barbastro, est né le 21 novembre 1913. Ses derniers mots écrits ont été : vive les sacrés cœurs de Jésus et de Marie !
 

Le diocèse de Barbastro-Monzón (environ cent mille habitants, dans la province de Huesca, Aragon) entame le processus de béatification de 241 martyrs, dont 31 laïcs, tués dans la persécution antireligieuse sur son territoire entre 1936 et 1939.


Le 15 octobre 2019, le Conseil presbytéral a approuvé l'initiation de la cause de béatification de :

- 204 prêtres diocésains,
- 6 séminaristes
- et 31 martyrs laïcs.

Ils furent assassinés sur le territoire actuel du diocèse de Barbastro ainsi que dans les paroisses des Altoaragonesas qui appartenaient à l'époque au diocèse de Lérida.

"Il doit y en avoir beaucoup d'autres, mais ce sont ceux que nous avons vus le plus clairement. Nous avons terminé le travail le 31 août et nous prenons maintenant les mesures appropriées pour ouvrir le dossier à Rome. Le Vatican devra autoriser le processus ", explique le Vicaire général, historien et membre de la Commission historique pour la cause des martyrs, Angel Noguero.

Le diocèse a annoncé qu'il prépare un site web avec toutes les informations sur les martyrs du territoire, avec leurs dates, lieux et histoires de vie et de martyre, qui sera publié dans les prochains mois.

Barbastro-Monzón célèbre ce mercredi 6 novembre une célébration religieuse pour tous les bienheureux martyrs du Haut-Aragon oriental (d'autres diocèses espagnols se souviennent aussi de leurs martyrs et victimes de persécutions à cette date). L'Église des Clarétains de Barbastro accueillera à 20h00 l'Eucharistie solennelle présidée par l'évêque Ángel Pérez, qui a encouragé les fidèles à participer à la célébration.
 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 5 Novembre 2019

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 4 Novembre 2019

 

   Au-delà de la mort, la vie nous attend pour toujours. Nous sommes nés pour la vie, pour la vie sans fin ; la mort est un accident passager qui nous introduit définitivement dans la vie éternelle. Le mois de novembre est le dernier mois de l'année liturgique, c'est le mois des saints, le mois des morts. C'est le mois où nous nous arrêtons pour penser à la vie qui ne se termine pas, la vie après la mort. "Un mois heureux, qui commence avec tous les saints et se termine avec saint André", dit un dicton populaire, qui considère le mois de novembre comme un mois privilégié.

La Toussaint est le 1er novembre. Elle élève notre esprit pour que nous puissions regarder le ciel comme notre patrie définitive. Les années passent et notre séjour sur terre est limité, il a une date d'expiration. La fête de la Toussaint nous invite à lever les yeux vers le ciel, là où sont nos frères aînés, ceux qui nous ont précédés dans le signe de la foi et qui dorment déjà le rêve de la paix.

Là aussi, nous irons avec eux. Ce n'est pas une date pour la tristesse, mais pour la joie et l'espoir. Notre vocation est la sainteté, et nos frères ont déjà atteint le but, et ils jouissent de Dieu pour toujours. Parmi ces saints que nous vénérons se trouvent de nombreux amis, parents et connaissances qui ont déjà franchi le seuil de la mort après avoir vécu une vie sainte. L'Église en a canonisé quelques-uns, mais l'immense multitude des habitants du ciel ne sera pas canonisée.

L'Église veut les honorer tous par le souvenir afin que nous puissions les imiter et recourir à leur intercession sur le chemin de la vie. Saints du ciel, regardez notre vie et accompagnez-nous sur le chemin du but. En voyant votre vie sainte, nous apprenons à vivre en saint.

La vie chrétienne atteint sa plénitude dans la sainteté. Nous sommes encouragés de savoir que c'est notre vocation et que sur ce chemin, nos frères et sœurs aînés, les saints du ciel, nous précèdent.

L'Église nous invite constamment à prier pour les morts qui sont morts dans l'amitié de Dieu et qui n'ont pas encore atteint le ciel. Parce que notre prière les aide, les soulage, raccourcit leur temps d'épreuve.

Nous pouvons exprimer notre douleur avec des larmes spontanées, alors que Jésus pleurait devant la tombe de son ami Lazare, sachant même qu'il allait le ressusciter. Nous pouvons exprimer notre affection pour ceux que nous aimons avec des fleurs. Mais ce qui leur vient vraiment à l'esprit, c'est notre prière pour leur âme, offrant la Sainte Messe en suffrage pour eux ou d'autres prières. La prière pour les morts est continuellement présente dans la mémoire de l'Église, dans toutes les messes, dans la prière quotidienne des vêpres, etc.

Je vous invite à confier à vos prêtres le soin d'offrir des messes pour vos défunts, et unissons-nous tous à cette offrande. C'est une coutume sacrée, très répandue, mais parfois négligée. La Messe a une valeur infinie, et si nous y ajoutons notre offrande et notre aumône sincère, nous entrons dans le précieux mystère de la communion des saints, où certains aident les autres dans l'application des fruits de la rédemption du Christ. Ils nous aident, nous les aidons. Dans le mystère de la foi et de la communion ecclésiale. Nous prions les uns pour les autres, nous offrons la Sainte Messe, le Rosaire, nos sacrifices.

+ Demetrio Fernández, obispo de Córdoba

 

 

PIE jESU Domine

+

Cai Thomas

Angleterre.

splendide ! bravo .

 

Cai a 12 ans. Il commence à chanter à l'âge de 7 ans avec le chœur de St Thomas-on-The-Bourne à Farnham, Surrey, où il est repéré par un grand label et en avril 2019, il a la chance d'enregistrer quelques morceaux de démonstration.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Novembre 2019

 

 pour Monseigneur, notre évêque, voilà c'est Axel ! sympa, non ? .. espérons le voir chez nous, bientôt ! ph

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 4 Novembre 2019

 

Seulement 1 mariage sur 10 en Catalogne est catholique : il y a six ans, ils étaient 2 sur 10, peu nombreux, mais deux fois plus nombreux.

 

Au total, 27 000 mariages ont été célébrés en Catalogne en 2018, selon la législation en vigueur, dont 24 000 (presque 89%) étaient des mariages civils. Plus du tiers des mariages (9 734) ont plus de 35 ans

Il convient de garder à l'esprit qu'un mariage civil sur 24 était en fait un "mariage" de même sexe (539 "mariages" entre femmes et 516 entre hommes) et qu'en outre, 3 051 mariages civils comprenaient au moins un divorcé qui s'était remarié.

 

Depuis cette année-là, les mariages catholiques sont une minorité, et maintenant ils sont presque une rareté statistique non pertinente. Même si l'on exclut les "mariages" homosexuels et les couples mariés divorcés (qui ne peuvent aspirer à un mariage sacramentel - sauf si leur union précédente est déclarée nulle et non avenue) est un très petit chiffre.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 3 Novembre 2019

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0