Publié le 3 Novembre 2019

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 2 Novembre 2019

 

 

 

Jour de colère, jour fameux,
Qui réduira le monde en cendres
selon les oracles de David et de la Sibylle.
 
Quelle terreur règnera
quand le juge viendra
tout examiner avec rigueur.
 
La trompette répand étonnamment ses sons,
parmi les sépulcres de tous pays,
rassemblant tous les hommes devant le trône.
 
La mort sera stupéfaite, comme la nature,
quand ressuscitera la créature,
pour être jugée d’après ses réponses.
 
Un livre écrit sera produit,
dans lequel tout sera contenu ;
d’après quoi le monde sera jugé.
 
Quand le juge donc tiendra séance,
tout ce qui est caché apparaîtra,
et rien d’impuni ne restera.
 
Que, pauvre de moi, alors dirai-je ?
Quel protecteur demanderai-je,
quand à peine le juste sera en sûreté ?
 
Roi de terrible majesté,
qui sauvez, ceux à sauver, par votre grâce,
sauvez-moi, source de piété.
 
Souvenez-vous, Jésus si doux,
que je suis la cause de votre route ;
ne me perdez pas en ce jour.
 
En me cherchant vous vous êtes assis fatigué,
me rachetant par la croix, la passion,
que tant de travaux ne soient pas vains.
 
Juste Juge de votre vengeance,
faites-moi don de la rémission
avant le jour du jugement.
 
Je gémis comme un coupable,
la faute rougit mon visage,
au suppliant, pardonnez Seigneur.
 
Vous qui avez absous Marie-Madeleine,
et, au bon larron, exaucé les vœux,
à moi aussi vous rendez l’espoir.
 
Mes prières ne sont pas dignes (d’être exaucées),
mais vous, si bon, faites par votre bonté
que jamais je ne brûle dans le feu.
 
Entre les brebis placez-moi,
que des boucs je sois séparé,
en me plaçant à votre droite.
 
Confondus, les maudits,
aux flammes âcres assignés,
appelez-moi avec les bénis.
 
Je prie suppliant et incliné,
le cœur contrit comme de la cendre,
prenez soin de ma fin.
 
Jour de larmes que ce jour-là,
où ressuscitera, de la poussière,
pour le jugement, l’homme coupable.
 
À celui-là donc, pardonnez, ô Dieu.
Doux Jésus Seigneur,
donnez-leur le repos.
 
+
 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 2 Novembre 2019

 

 "Comme les pins, qui ont été témoins de leur martyre, étendent leurs branches, ainsi aujourd'hui nous ouvrons nos cœurs pour les embrasser comme vainqueurs dans la bataille de la foi".

 

MANUEL BÉNI REQUEJO PEREZ

 


Requejo est entré dans la Congrégation de la Mission à l'âge de 56 et 33 ans de sacerdoce, avec un parcours brillant. Il démissionna de tous ses postes et dignitaires pour commencer le noviciat à Paris. Carmelo Ballester Nieto, C.M., qui le connaissait bien, sans doute par l'intermédiaire de sa sœur Sœur Mercedes Requejo, l'a présenté au Supérieur général, le P. Francisco Verdier, en louant sa piété et ses bonnes qualités. Son seul destin en tant que Père Paul fut la communauté de Fernandez de la Hoz à Madrid, où il arriva en novembre 1930, bien qu'il continue à appartenir à la province française d'Aquitaine.

Depuis le 18 août 1936, le Père Requejo était dans la maison de retraite des Petites Sœurs des Pauvres de la rue du Docteur Esquerdo, mélangé aux personnes âgées, s'habillant et vivant comme l'une d'elles. Un prêtre rédemptoriste, le P. Antonio Girón González, s'y est réfugié dans les mêmes conditions. Comme il s'agissait d'une congrégation française, les Petites Sœurs n'ont pas été congédiées, mais le 24 août, les communistes se sont emparés de la maison, ont placé leurs commandants à des postes clés et ces jours ont été tragiques. A six heures de l'après-midi, les deux prêtres et la sœur du sacristain ont communié et ont consommé l'Eucharistie dans la chapelle. Le P. Rédemptoriste dit à la Sœur :

"Maintenant c'est pour le Ciel.

Les anciens étaient soumis à de longs interrogatoires. Le dimanche 30 août, ce fut le tour des Pères Girón et Requejo. Ils ont immédiatement été montés dans une voiture et emmenés pour être abattus. Le portier de l'asile, qui les a vus monter dans la voiture, a observé que le P. Requejo marchait avec un pas ferme, la tête haute. Ce portier était un prisonnier ordinaire qui avait été en prison pendant 30 ans. L'un des miliciens surnommé le matador, a dit à un jeune de 17 ans qui était entraîné à tirer dans le but de tuer ces deux prêtres, parce qu'ils ne voulaient pas bouger. Les cadavres sont apparus le lendemain dans un champ ouvert appelé Fuente Carrantona, près de Vicálvaro.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 1 Novembre 2019

 

 

 

bonne et sainte Fête !

+

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 1 Novembre 2019

 

 

Pour la première fois, l'Espagne aura un panthéon pour les enfants . Selon les rapports de l'archidiocèse de Valence (Espagne), le panthéon sera béni le 1er novembre prochain, jour de la Toussaint, dans le cimetière paroissial de la ville de Torrent, comme annoncé par l'Association Torrent Yes to Life, promoteur de l'initiative.

Le panthéon a une image de la Virgen de los Desamparados, patronne de Valence, une figure d'ange et des espaces à la base pour d'éventuelles sépultures. Comme expliqué, cette initiative vise à " reconnaître la dignité humaine dès le moment de la fécondation ".

Amparo Baviera, président de Torrent Yes to Life, a expliqué que le panthéon a deux espaces dans sa base pour "recevoir des embryons et des foetus, des enfants qui n'ont finalement pas terminé leur processus de gestation pour différentes raisons : fausse couche, naturelle, induite.

Il a également souligné que " ce monument aide à reconnaître la dignité de la personne humaine dès le moment de la fécondation car, depuis lors, il y a un nouvel être humain dans le sein maternel.

 L'objectif de ce panthéon est que "les parents et les proches de ces bébés qui ne sont pas encore nés aient un endroit pour les enterrer et aussi pour les aider dans leur processus de deuil, ce qui n'est pas facile.

Comme ils l'expliquent, le nouveau panthéon est situé au pied d'une image de la Virgen de los Desamparados, patronne de Valence et au sommet est la figure d'un petit ange "comme un symbole de l'innocence et la pureté de ces enfants à naître.

"Actuellement, beaucoup d'enfants avortés sont considérés dans de nombreux cas comme des déchets médicaux et finissent à la poubelle ou dans l'industrie cosmétique. Avec cette initiative, nous avons l'intention de contribuer à la victoire de la culture de la vie sur la culture de la mort", a-t-il déclaré.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0