Publié le 28 Décembre 2019

 

 

 

 

Ils ont été obligés d'en apporter à Saint Pétersbourg .. ! 

Un beau piano pour Andrei ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 27 Décembre 2019

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 27 Décembre 2019

 

 

C'était assez magique... des cadeaux écolos non périssables.  Ce matin à la messe on y a pensé. On s'y est uni. 

18h 00 l'heure calme et paisible où tout s'endort. l'image que je garderai de l'abbaye où dans la pénombre un moine seul y fait oraison, il peut offrir sa journée bien remplie, soutenu par la prière des siens si proches qu'il a croisés tout au long du jour, le moine n'est pas seul. 

Puis un à un tous qui défilent chapelet à la main,  près de Nd du bien mourir avant le repas partagé en commun. 

Parfois ce silence monastique arrive jusqu'en Vendée,  - parfois, pas toujours. - on se laisse prendre au jeu, 

il suffit de l'écouter. Ecouter du silence, se laisser envahir. J'aime cette quiétude, que même  Modeste et les siens n'auront pas su déstabiliser. Que m'importe voeux ou pas! On en a fait son deuil depuis longtemps surtout des "miens". 

Un petit enfant fragile et faible,  plus fort que le mépris et l'oubli qui  brise les murs épais de ton obscure prison et pénètre en  ton intimité.

Ne désespère pas de toi, de tes vides, de tes impuissances , 

"Ne jamais désespérer de la miséricorde de Dieu" 

" Cher Philippe,

...." Vous êtes dans la fosse aux lions comme Daniel mais l'Ange du Seigneur vous protège. Et puis vous avez Jésus Sacramenté, l'enfant de la Crèche qui vous rend les journées plus supportables. Tenez bon :" Agissez virilement et que votre coeur se réconforte. Faites tout dans la charité." C'est la recommandation que nous entendons chaque matin après les Matines. " Sois un homme Polycarpe" telle a été la voix venue du Ciel quand st Polycarpe est parvenu au lieu de son supplice. Vos frères de Fontgombault vous soutiennent par leur prière fraternelle. 

fidèlement en N.D.

pax F. Henry mb +

1990 

O douces larmes esseulées, laissez-vous sécher par son  tendre sourire qui vous dit à vous aussi, avec tout l'amour qui se peut :"  "Joyeux Noël  ! "... .

 C'est un peu ça aussi  la magie de Noël. 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 26 Décembre 2019

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 26 Décembre 2019

 

 

In memoriam

+

 

 

Bayern Munich : Stille Nacht 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 25 Décembre 2019

 

 

27 Décembre: St Jean, évangéliste.

 

 

sainte fête au Père Abbé

+

Philippe 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 25 Décembre 2019

 

"Tant de nos contemporains sont promenés dans une actualité qui n’a plus rien d’actuel, s’épuisant de nouveautés en nouveautés qui passent. La véritable actualité, la véritable nouveauté, c’est cette génération du Verbe au sein de la Trinité : un don infini, totalement donné et parfaitement reçu. La véritable actualité et la véritable nouveauté, c’est l’amour de Dieu pour sa créature. N’est-il pas consolant d’entendre qu’ « après avoir parlé par les prophètes, Dieu nous a parlé par son Fils » ? Pour autant, l’affirmation de l’Évangile : « Il est venu chez lui et les siens ne l’ont pas reçu », n’en reçoit qu’un sens plus dramatique. L’amour n’est pas aimé.

Oui, la terre et la création, c’est chez lui. Et si c’est aussi « chez nous », c’est parce que d’abord, c’est « chez lui ». Il est illusoire de vouloir échanger sur l’écologie en ignorant Dieu. N’est-ce pas lui qui a établi dans son amour et sa sagesse les règles des relations entre les êtres au sein de sa création ? Comment ignorer ces règles ?

Verbum caro factum est, le Verbe s’est fait chair : suprême amour de sa création et du corps de sa créature, suprême abaissement, suprême humilité pour partager à l’homme sa divinité. Dieu se revêt de notre chair, se fait Emmanuel : Dieu avec nous.

L’homme oublieux de Dieu, comme pour occuper une place qui lui semble vide, s’érige en Dieu. Suprême orgueil, suprême mépris de l’amour et de la sagesse de son Créateur, il revisite la création et prétend la modeler à son gré. La dictature des faux dieux se fait chaque jour plus oppressante. La justice entre les hommes et le respect de la liberté de tous exigent la vérité sur ce qu’est l’homme, et l’acceptation du plan divin.

Que faire, alors que notre pèlerinage est toujours plus difficile ? Jésus aujourd’hui se fait aussi pèlerin. Dieu est avec nous. Marchons à ses côtés.

Pour tenir tête à une société qui ne prête attention qu’à la violence ou à ce qui touche ses intérêts économiques, il est urgent que les chrétiens se regroupent et se forment. Il faut qu’ils connaissent et acceptent les affirmations de leur foi.

Ne laissons pas caricaturer le Christ ou son message.

L’Enfant de la crèche n’est-il qu’un personnage de plâtre qui ressort de sa boîte chaque année, ou est-il Celui qui a profondément marqué ma vie, au point qu’elle répand autour d’elle sa lumière et son message ?

Le Christ vaut-il la peine d’être connu, d’être annoncé?

Celui que la plupart des médias ignorent, il nous revient de l’annoncer, en occupant les lieux de parole, en soutenant les médias chrétiens. En face, c’est un vide abyssal.

Ce qui manque aujourd’hui à trop de chrétiens, c’est ce qui manquait au jeune homme riche : la flamme de la foi qui permet d’aller au bout avec le Christ. Le don radical de Dieu appelle le don radical de l’homme : « Dieu ou rien » !

Si le monde devient chaque jour plus violent, si les situations de haine se multiplient, c’est que le monde a décidé qu’il n’y a rien au-delà de lui. Il ne lui manque que d’accepter l’amour et la paix de son Dieu qui aujourd’hui prennent les traits d’un enfant.

Alors que la nuit est sombre, le chrétien est le veilleur qui a mission d’ouvrir la voie de l’espérance à ses frères. Aujourd’hui, dans une crèche, auprès de Marie, est apparu le Christ, Fils de Dieu, notre Sauveur, notre paix.

 

Amen, Alleluia.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #homélies

Repost0

Publié le 25 Décembre 2019

 

 

Aujourd'hui le Christ est né,

Aujourd'hui le Sauveur est apparu,

aujourd'hui la terre retentit du chant 

des Anges et des Archanges

Aujourd'hui les justes, transportés de joie,

s'écrient:" Gloire à Dieu au plus haut

des cieux", alleluia. 

 

Merci pour les bons voeux reçus, monastiques et autres .. 

surtout d'un jeune russe qui ne manque jamais l'occasion de se manifester, tellement sympa Daniel! ... quelle fidélité depuis tant d'années. parle bien français en plus. 

merci à ceux qui ont prié pour moi, en cette sainte nuit. 

être près de la crèche, avec le père Henry, frère "Benoît", Nicolas & sa famille & mes moines, 

mon plus beau cadeau. parfois on pleure quand on reçoit de trop comme de  mes amis d'Alicante !  ça compense le vide. 

le reste est silence.  la modestie de l'Incarnation, hum ! - je rigole!  venant d'où ça vient ! - 

ولد طفل المغارة يسوع المسيح

و ولدت معه الحياة، بتواضع عظيم، في مغارة صغيرة، وبمحبة كبيرة.
 
ميلاد مجيد
وكل عام وانتم بألف خير
 
كرم الالقوشي

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 25 Décembre 2019

 

 

Ô admirable échange ! Le Créateur du genre humain,

prenant un corps et une âme, a daigné naître d’une

Vierge ; en entrant dans l’humanité sans le concours de

l’homme, il nous a donné part à sa divinité.

(1ère antienne des Laudes de la Fête de Marie, Mère de Dieu)

Ce regard de Dieu sur l’humanité, qui s’incarne dans un enfant, renvoie à notre propre regard sur chaque humanité appelée à prendre part à la divinité.

Il y a peu, un philosophe1 présentait l’essor fulgurant de la crémation ces trente dernières années comme le fait d’une société qui ne veut plus laisser de traces, qui se refuse à transmettre, qui a honte d’elle-même. Loin de Dieu en effet, l’homme ne vaut plus grand-chose.   Sa vie n’a plus de sens.

 

Quel contraste : Dieu manifeste son amour en envoyant son Fils en notre propre chair, alors que l’homme méprise son corps et les liens de la chair qui s’y nouent. Le corps se réduit à un lieu de souffrance ou de jouissance, de souffrance et de jouissance. Il n’est pas aimé, il est subi. Lieu de la possession de l’autre ou de l’assujettissement, il n’est qu’un objet, un outil, que l’on regarde, que l’on prend, que l’on augmente ou diminue, que l’on vend, que l’on achète, que l’on jette.

Dieu s’incarne dans le temps, et l’homme veut échapper au temps. Dieu féconde en prenant le temps, et l’homme ne désire que jouir dans le présent. Dieu donne et se donne, quand l’homme refuse et se refuse. Dieu est fécond, et notre société devient structurellement stérile.

 

La destruction programmée de la famille, la promotion de l’amour libre ou contre-nature, le refus de la maternité et la conception en laboratoire des enfants, la confusion introduite chez l’enfant dès son plus jeune âge sur ce qu’il est, promeuvent une société déshumanisée. La société des sans-cœur aux mains des médias, armes de désinformation massive au service de ceux qui les possèdent, étend ses tentacules et étouffe les cœurs.

Notre monde, comme l’hôtellerie de Bethléem, n’a plus de place pour l’enfant. L’enfant n’y a plus sa place.

 

Pourtant, l’Enfant de la crèche et sa Mère continuent de nous offrir le témoignage d’un don gratuit. Puisque cet Enfant ne trouve pas de place pour renaître en notre monde, pourquoi aujourd’hui notre cœur ne serait-il pas sa crèche ? Ouvrons-lui enfin résolument la porte. « Tard, je t’ai aimé » écrivait saint Augustin

. Nous ne pouvons dire mieux. L’accueil du mystère de Noël nous invite à reconsidérer notre regard sur notre propre humanité et celle de nos frères. Peut-on mépriser ce que Dieu est venu visiter et racheter ? Le monde a besoin de témoins authentiques et cohérents du Christ, de témoins de l’amour de Dieu. Il en sera ainsi si Dieu est accueilli en nous.

 

Témoignons du mystère de Noël, de cet immense amour incarné dans la crèche, auprès de nos proches, de notre conjoint, de nos enfants, des membres de notre famille, des membres de nos communautés. Notre regard sur les autres est-il juste ? Ce qui est beau, c’est ce que Dieu veut pour chacun de nous.

Le monde va mal, car Dieu est cantonné à la porte des cœurs.

Qu’avec l’Enfant de la crèche, nous renaissions, accueillant le regard de Dieu, accueillant sa présence et son plan sur nos vies. Alors ce sera encore et toujours Noël, car Dieu demeurera avec nous, Emmanuel, et nous serons avec lui. Saint Noël à tous.

 

Amen.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 24 Décembre 2019

 

 

 

 

 

"Dans un ciel où règne l'obscurité d'une nuit tourmentée, il n'est pas facile de chercher l'étoile, et encore moins de la découvrir et de la suivre.

On peut même avoir parfois l'impression étrange de se tromper d'époque, de chercher et de proposer ce qui n'intéresse plus personne.

À longueur de revues de presse, ce ne sont que scandales, misères et catastrophes. Alors, annoncer la lumière et la joie représente une véritable gageure, à rebours de tout ce qui passionne notre monde.

 

"C'est pourtant ce que nous osons faire,
envers et contre tout !.."
c'est le petit Placide ! 

 

Que la beauté de Dieu, révélée à travers l'enfant de Bethléem, éveille en vous ce chant d'action de grâce qui a traversé les siècles et fait frémir les astres. Relégué aux périphéries des hommes de son temps, il est devenu le cœur battant de notre monde !

 

dom Guillaume. 

 

 

Saint et joyeux Noël à vous, Petit Placide !

Solesmes

 

Fr. Geoffroy

+

 

 

En profonde union de prière.

+ fr Jean Pateau abbé.

+

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0