Publié le 19 Septembre 2020

 

 

Très Sainte Vierge Marie avec une entière confiance en votre coeur de Mère,

je vous prie instamment de prier Votre Fils notre Dieu de mener à bonne fin l'oeuvre qu'il a commencé en moi et de commander à sa grâce de venir à mon aide,

pour ce que ma nature a de moins possible,

car sans Vous,  je ne puis ni ne veux rien faire.

 

+

 

Neuvaine à st Michel Archange. 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 19 Septembre 2020

 

Aujourd'hui, 19 septembre, c'est votre anniversaire, vous auriez eu 30 ans : une date importante dans la vie qui marque votre entrée en pleine maturité. Mais, dans la dimension où vous vivez maintenant le temps ne compte plus, vous êtes éternellement jeune et vous ne perdrez jamais votre splendide sourire qui continue ici sur terre à nous rafraîchir et à nous donner la sérénité encore sur la route.
 
Pourquoi cette lettre ? Cela fait 5 ans que j'ai commencé à m'occuper de vous et à vous connaître en 2015. Je dois dire que, de mon point de vue de postulateur, en cinq ans, vous avez parcouru un long chemin ! Bien plus que beaucoup d'autres qui, sur la voie de la reconnaissance officielle de la sainteté, se sont lancés devant vous mais ne sont pas encore arrivés jusqu'à vous.
 

 J'aime retracer ce parcours avec vous : du 19 septembre 2016 au 24 avril 2017 a eu lieu le procès diocésain, au cours duquel de nombreuses personnes qui vous sont chères ont témoigné de vos vertus : votre foi en Dieu à qui vous aviez confié votre vie au jour le jour, la sérénité constante soutenue par l'amour du Seigneur et de la Madone, l'amitié désintéressée, joyeuse et généreuse que vous avez su offrir, votre amour pour la Création et pour les pauvres proches et lointains, votre chemin de maladie accepté avec force mais aussi avec une confiance sereine en Dieu.

 

Vous êtes presque au bout du chemin et, avec un peu de chance, vous serez bientôt saint.

Votre postulateur doit maintenant vous dire merci. En plus de trente ans de profession, que j'aime appeler mission, j'ai connu de nombreux Serviteurs de Dieu, certains déjà bienheureux, et tous m'ont laissé un message ou un souvenir qui est devenu une partie de moi. Un groupe d'une quarantaine d'amis qui, au fil des ans, sont devenus une partie de ma vie ; je sais tout d'eux : leur vie, leurs paroles, leur apparence physique, leurs pensées, leur façon de prier, ce qu'ils ont fait, qui ils ont rencontré...

Chacun m'a laissé un cadeau spécial : ceux qui ont aimé Dieu au point de donner leur vie en martyre ; ceux qui ont eu la charité sans limite en servant les pauvres, les malades, les lépreux ; ceux qui ont eu le courage de trouver des œuvres difficiles pour répondre aux nouvelles demandes de charité et d'assistance ; je connaissais aussi la sagesse et le service pastoral de l'évêque et du prêtre qui s'impliquaient personnellement parmi le peuple ; je connaissais aussi la préciosité de la vie consacrée à Dieu dans la prière et dans le silence du cloître.

Et puis les jeunes qui m'ont laissé le don de savoir aimer Jésus dans la simplicité, sans complications, sans questions, comme on aime tellement son ami le plus proche qu'il devient naturel de le suivre jour après jour sur le chemin de la vie, sans s'étonner si ce chemin est court parce qu'il y a la certitude de le trouver.
 
Toi, Matteo, qu'est-ce que tu me donnes ? Je dois te faire un aveu : dès le premier instant où tu es entré dans mon cœur avec une profondeur nouvelle, c'est comme si chaque jour j'avais rendez-vous avec toi me souriant partout dans la maison, puisque j'ai mis ton image à plusieurs endroits, de la chambre à la cuisine !
 

Vous me donnez une profonde sérénité que vous transmettez avec votre sourire et vos yeux, la joie de commencer chaque jour avec un nouvel enthousiasme, la recherche du positif comme vous l'avez toujours fait en toute chose. Vous n'avez rien nié de la vie, de ce que la vie peut nous apporter de beau et de bon.

 

Vous ne vous êtes pas laissé submerger et contaminer par le négatif qui semble souvent vouloir submerger le positif aujourd'hui. Tout le bien qui vous entourait, vous l'avez identifié, valorisé, fait grandir et fructifier.
 
Vous avez aimé la famille et, dans les difficultés quotidiennes et la diversité des personnages, vous n'avez pas vu une limite mais un enrichissement.
 
Vous avez apprécié la joie d'avoir tant d'amis et aussi de vous amuser avec eux, sans jamais tomber dans la banalité ou le "ils font tous ça", mais en goûtant et en communiquant aux autres la beauté d'être ensemble, en riant, en jouant et en chantant, puis en cimentant de véritables liens destinés à durer.
 
Vous avez absorbé le côté positif de l'étude qui ouvre l'esprit et cela vous a permis de planifier votre propre demain, dans lequel la recherche du bien commun trouverait une place, non pas chez le voisin le plus proche mais dans le monde entier, en ayant toujours le sentiment de faire partie d'une communauté sans frontières, d'aimer, de grandir et de défendre sans distinction d'aucune sorte et avec équité.
 
Vous aimiez une fille qui avait le bonheur de planifier avec elle l'avenir d'une famille, sans la hâte de brûler les étapes, mais dans la joie de grandir et de mûrir ensemble.
 
Vous vous êtes sentis partie intégrante de la Création, vous avez apprécié sa beauté et vous avez ressenti le devoir de la chérir, de la préserver et de la rendre encore plus belle avec des attitudes responsables.
 
Vous avez aimé et consacré du temps à la prière et à la conversation en tête-à-tête avec Dieu, que vous avez toujours senti proche de vous comme la force et la présence qui guide les pas de ceux qui le cherchent et savent l'écouter.
 
On se sentait faire partie de la grande famille de l'Eglise, sans jamais s'attarder ou polémiquer sur les côtés négatifs qu'elle, composée d'hommes, présentait parfois.
 
Vous avez vu et vécu la positivité même d'une maladie incurable, vous ne vous êtes pas retourné sur vous-même pour pleurer les projets partis en fumée et les inévitables renoncements, mais vous avez vécu la maladie comme une opportunité.
 

Vous avez accueilli la maladie comme une façon de vous rapprocher de Jésus, la considérant comme un chemin enveloppé, comme vous l'avez dit, dans le brouillard qui, en s'amincissant, a révélé des aspects nouveaux et surprenants tout en réduisant votre horizon temporel.

 

Merci Matthew, pour cette positivité que tu me donnes, qui m'aide dans la vie de tous les jours et qui, je l'espère, deviendra de plus en plus un cadeau pour nous tous, parfois trop préoccupés par l'immédiat et trop fermés pour être aussi simples que Dieu le veut.

Et encore au nom de tous ceux qui vous aiment :

JOYEUX ANNIVERSAIRE

 

Francesca Consolini

Postulatrice

 ou quand certaines rencontres provoquent un changement radical. j'arrive encore  à me surprendre..qui l'eût cru il y a quelques temps. 

quand tu es à complies, dans les bras de Jésus, 

ici ce sont les laudes avec le chant du benedictus. .. j'y crois de plus en plus. Quel bonheur. Il y a  comme une continuité incessante. Comme dit dom Guéranger, la prière qui ne se tait ni le jour, ni la nuit.. le pire mal ne ralentit pas son élan , même une épidémie . 

Nous ne trouvons notre véritable  raison d'être que dans l'amour.. alors quand il y a réciprocité..! Dans ce domaine, il y en a toujours.  On a plus la même vision des choses, les frontières limitées  imposées par les hommes sont franchies... 

Cette façon de voir les choses que j'ai presque toujours eu la seule façon d'aller droit au but. fuir le négatif. Il y a assez de sites partisans du négatif, pour ne pas tomber le panneau et en être complice .. 

que sera-ce le ciel ! si un simple visage, un simple sourire peut nous remplir ainsi de joie et arriver à nous faire oublier les tristissitudes de ce bas monde,  pour ne penser qu'aux félicités du ciel. " la joie de commencer chaque jour, avec un nouvel enthousiasme,"

en pensant sûrement,  à quelqu'un qu'on aime. 

Ph 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 19 Septembre 2020

 

après frère Timothy... ,  

ça a donné des idées..! hu hu hu . 

déjà donné ,

 

merci petit Placide. !

je leur avais fait part de l'appel de dons de Timothy.. pas eu de réponses !

 Monastere Saint-Benoit

Please support the theological studies of a monk and future priest.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 17 Septembre 2020

 

 

 

 

priez pour nous

pour frère Timothy.

 

"Si j’ai l’assurance, si j’ai la garantie que Dieu m’aime, tout le reste s’efface et s’évanouit,
tout m’est indifférent."

 

"voyez comme autour de nous tout s'écroule, tout nous échappe, tout s'en va. Lui, il ne s'éloigne jamais !

Prope es tu Domine ...

 

 

"Dieu suffit.

Il nous suffit à nous de le regarder,

de l'aimer,

et de le lui dire."

 

Merci pour vos messages. 

 L'abbé Dom Philip Anderson a reçu vos demandes de prière.  Merci d'encourager Timothy.  Pour écrire un message à Timothy, envoyez une lettre .. (c'est fait! )  il devrait la recevoir demain ou samedi ! 

 

Timothy est entré en fonction le 12 septembre et pourrait recevoir l'habit en un mois.

(mon plus beau cadeau d'anniversaire, une vêture monastique. )

Merci pour vos prières ; soyez assurés des nôtres pour vous.

In Domino et Domina,

clear Creek abbey. 

trop heureux, merci 

udp+ 

​​​​​​

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 17 Septembre 2020

 

 

" Monstra te esse matrem." 

"nous sommes confrontés à un "système mondial" qui cherche à "démolir la tradition catholique" en Espagne.

"l'après-concile et la fin du régime de Franco ont amené "l'ennemi au sein de l'Église"...​​​​​​

 

La trajectoire qui  m'est présenté est comme une occasion de grâce pour se souvenir avec gratitude les dons de Dieu toujours immérités, pour reconnaître avec humilité toutes mes carences, mes erreurs et mes péchés et aussi pour se souvenir de l'assistance divine et de l'expérience accumulée au fil des ans.
Dès ma plus tendre enfance, j'ai été éduqué par mes parents, par mesmaîtres et par la tradition de mon village (Cocentaina, Alicante) dans un grand amour pour la Vierge Marie avec l'invocation de la Vierge du Miracle (la Mare de Deu). Mes compatriotes avaient l'habitude de visiter quotidiennement le sanctuaire de la Vierge, pour l'invoquer en toute occasion, particulièrement dans les moments décisifs de la vie, et la célébrer ensemble en tant que mère avec une joie et un enthousiasme véritables. Dans ces
Personne n'a été surpris qu'à l'âge de six ans, je puisse déjà prier le Saint Rosaire avec les Litanies latines. 
 
J'ai été consacré à la Vierge Marie à la naissance et elle m'a accompagné comme une bonne mère tout au long de ma vie. Pour moi la piété mariale a été quelque chose de naturel et elle a toujours été  l'intercession et mon point de référence dans la foi. C'est pourquoi en choisissant une devise pour mon épiscopat, je n'ai pu m'empêcher de recourir à l'Hymne Ave maris stella (Ave, étoile de la mer) dans lequel il est dit dans un des strophes "Monstra te esse matrem (Montre que tu es mère). 
«  
J'ai été ordonné prêtre à l'âge de vingt-quatre ans et dans ma première nomination J'ai été envoyé comme coadjuteur à la paroisse de St. John's Bautista de Manises, une ville proche de Valence. Quand je célébrais la Sainte Messe : l'Église était pleine d'enfants, de jeunes, de couples et des adultes.​​​​​​
 

Dans son introduction, mgr . Reig Plá passe en revue sa vocation sacerdotale et met en contraste ses expériences avec les différentes réalités de l'Église post-concile et de l'Espagne à la fin du régime de Franco. Ordonné prêtre en 1971, le prélat se souvient avec nostalgie des innombrables événements des paroisses, de la «préparation individualisée» des mariages ou de la catéchèse. Un monde idyllique qui allait bientôt s'effondrer. Un coup de vent écrasant venait du front qu'il fallait défendre et contrer avec des propositions concrètes qui suivaient un processus continu et qui répondaient aux exigences concrètes de sa vie."

Et c'est que, écrit Reig, «à ce moment-là, en Espagne, le soi-disant post-concile s'est associé au changement de régime où une attitude d'accepter tout ce qui est« nouveau »a été encouragée pour être nouveau sans cesser de distinguer le« bien », les «moins bons» et les pernicieux ou «mauvais» ». Au cours de ces années, le jeune prêtre a été envoyé dans la Ville éternelle, où «j'ai trouvé un milieu bouillant».

Dissidence à Rome et en Espagne

"Ce furent les années de l'après-concile et de la dissidence concernant la Lettre encyclique du pape Saint Paul VI, Humanae vitae, faisant référence à l'amour conjugal et à la procréation", se souvient-il. «Si l'environnement romain était déroutant, en Espagne une 'déconstruction' de la culture chrétienne galopante avait lieu , principalement à l'université et dans certains médias. L'atmosphère de nouveauté, de dissidence dans certains cas et de sécularisation pénétra à l'intérieur de l'Église, de telle sorte qu'à mon retour de Rome, l'atmosphère que j'ai remarquée était déjà très différente de celle que j'ai vécue en 1971 ». Qu'est-il arrivé? Démocratie .

​​​​​​"Quelques années ont suffi pour effondrer un bâtiment (l'Église catholique elle-même) qui était compact et, à sa manière, fructueux", rappelle aujourd'hui l'évêque d'Alcalá, qui insiste sur le fait qu'après l'Humanae Vitae "les nouvelles propositions de la la contraception, le divorce, l'avortement et tout ce qui a suivi avec la procréation assistée, l'idéologie du genre, la transsexualité, etc., était déjà planté par un déficit anthropologique ».

Devant ce bâtiment "effondré", Reig a trouvé des mouvements tels que l'Opus Dei, la Voie Néocatéchuménale, la Communion et la Libération, le Renouveau Charismatique, l'oeuvre de Marie, etc ... qui "ont favorisé la famille chrétienne et la naissance", comme il l'a fait Des années plus tard, à la tête de l'Institut Jean-Paul II (dont il a récemment été démis de ses fonctions par le pape François lui-même).

«Pendant tout ce temps, le Seigneur m'a permis d'être un témoin privilégié de ce qui se passait en Espagne en ce qui concerne les questions de la dignité de la vie humaine et celles liées aux domaines du mariage et de la famille», écrit Reig, qui décrit comment «le désir dévastateur de la culture chrétienne concernant ces questions en Espagne a été et est énorme».

«L'Espagne, sans aucun doute, a été un terrain à conquérir en matière de sécularisation et un laboratoire où tester toute la déconstruction anthropologique, l'idéologie du genre, sa dérivation dans la théorie« queer », etc. , qui a ensuite été transporté en Amérique latine ", affirme Reig, qui explique tout un" système global conçu comme une ingénierie sociale "qui cherche à" promouvoir la laïcité au maximum dans la culture, la vie sociale et au sein de l'Église "pour " démolir une société homogène avec une tradition catholique pour en faire une société multiculturelle et multiethnique dominée par le relativisme moral ».

Pour ce faire, affirme-t-il, «les médias de masse et de communication sociale ont réussi à idéologiser les esprits et à percer l'âme des Espagnols, détruisant leur héritage spirituel accumulé par des siècles de tradition catholique de notre peuple».

 

«Pour parvenir à ces fins, les objectifs se sont succédés au nom d'une liberté destructrice de la liberté elle-même: atteintes à la vie humaine naissante ou en fin de vie, dissolution du mariage, déconstruction de la famille,« libération déterminée de la femme »et son autonomisation; la déconstruction de l'unité corps-esprit avec l'idéologie de genre, etc ... », ajoute le prélat, qui lie ce projet supposé à« la présence croissante de la toxicomanie, de la pornographie invasive, le déracinement des jeunes de leurs familles avec la «movida» et la création de leur propre environnement pour les jeunes (dans la musique, la vie nocturne, l'introduction des réseaux sociaux, la navigation sur Internet, etc.); la promiscuité sexuelle dans les lois et les coutumes loin de la vocation à l'amour fidèle et discréditant les vertus, notamment la chasteté ».

« Toutes les institutions de l'Église catholique en Espagne ont été tentées par ces propositions et ont réussi à pénétrer les domaines de l'enseignement et même des projets pastoraux liés à la vie conjugale et familiale», explique Reig, qui insiste sur le fait que «le catholicisme social , avec la présence des partis politiques et des syndicats, elle s'est dissoute au fil du temps et on ne voit que de petits restes d'un naufrage sur lequel les piliers sur lesquels reposaient la tradition catholique et l'inspiration chrétienne ont disparu. domaine d’activité et de travail ».

 

"Qu'est-il arrivé aux catholiques espagnols?"

"La vérité est que la foi de notre peuple est gravement blessée et ne se conforme pas à la vie humaine ordinaire et à l'activité des gens", admet le prélat, qui se demande: "Qu'est-il arrivé aux catholiques espagnols? Comment aurions-nous pu être si peu attentifs aux voix prophétiques de saint Jean-Paul II et de Benoît XVI? Où en sommes-nous maintenant et que pouvons-nous faire? La réponse est claire: «Un naufrage».

«Ce qui caractérise notre moment actuel, à la suite de ce qui a été dit ci-dessus, c'est une profonde crise de foi et une absence de pensée critique soutenue par la même foi au Christ», dénonce Reig, qui ajoute comment «l'Église en Espagne a continué à donner la foi est assumée par l'apparition du catholicisme sociologique et n'a pas réussi à arbitrer, au-delà des minorités, des propositions sérieuses d'initiation chrétienne ».

Nous devons bien connaître l'ennemi et savoir quelles sont ses tactiques et ses stratégies. Nous sommes aujourd'hui confrontés à une bataille culturelle qui, depuis des siècles, façonne ses principes et ses dogmes. Au-delà du marxisme ou du libéralisme, de l'idéologie des genres et de ses conséquences, la lutte s'articule comme une guerre développée par les puissants contre les faibles. 

​​​​​​

Marie est l'"image" et le "modèle" de l'Église. En elle, l'Église découvre son visage maternel. C'est vers elle que nous devons tourner notre regard et c'est avec elle que nous voulons mener le bon combat de la foi. Cette année jubilaire est une grande occasion de propager la prière du Saint Rosaire personnellement, en famille, dans la paroisse et publiquement. La présence de l'image de Notre-Dame de la Victoire dans le couvent de Villarejo de Salvanés nous y invite.

C'est un bon moment pour expliquer et faire connaître ce monument de prière qu'est le Rosaire. Comme le Pape Saint Pie V, nous sommes sûrs qu'avec Marie, notre Mère, tout est possible. Elle l'a entendu de la bouche de l'archange : étant Vierge, tu concevras et donneras naissance à un fils... "car à  Dieu rien n'est impossible" (Lc 1, 37).

Je demande à Notre-Dame du Rosaire, à Notre-Dame de la Victoire, aujourd'hui comme hier :

"Monstra te esse matrem" 

montre que tu es notre Mère.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 16 Septembre 2020

 

 

 

 

pour frère Timothy,

 

 
 
Cher fils, les rites qui accompagneront votre profession dans quelques instants proclameront votre mort au monde. Qu’un jeune homme comme vous, qui a tout pour réussir, dédie sa vie à la prière et la pénitence, est une folie aux yeux du monde.
La vie monastique n’a pour le monde aucun sens, tout comme la fondation d’un monastère. Pourtant, nous avons vécu, ces dernières semaines, la joie de rendre cette chapelle, abandonnée depuis deux cent ans , au culte de la Divine majesté.
En vérité, la vie monastique est remplie de cette joie, vraie et pure, comme vous avez pu le vivre pendant les trois années écoulées depuis vos vœux simples. Vous avez vu combien la vie monastique apporte chaque jour la paix au milieu des épines.
Aujourd’hui, vous proclamez devant toute l’Eglise du Ciel et de la Terre que vous consacrerez votre vie à chercher cette paix. Vous le faites devant les reliques de tant de saints moines qui ont eux-mêmes fait ce vœu avant vous. Peut-être que certains ont prié ici même. Eux aussi étaient fous aux yeux du monde ; mais leur persévérance leur a remporté la couronne de la vie éternelle. Soyez assuré de leurs prières, de la prière de vos frères, et de l’assistance de la grâce divine.
Peu avant la Sainte Communion, le diacre vous admonestera : « Lève-toi, toi qui dort, relève-toi des morts, et le Christ t’illuminera ». Vous vous lèverez alors pour une vie nouvelle, dédiée au Christ et à lui seul, selon la Règle de Saint Benoît.
Cher Dom Illdephonse, la prochaine fois que ce voile funéraire recouvrira votre corps - espérons, après de longues années d’humilité et de bonnes œuvres – puissiez-vous déjà avoir reçu la couronne d’immortalité et de gloire, avec tous les saints qui nous ont précédé. Soyez fidèle à ces vœux cher fils: alors, tout cela sera vôtre, et bien plus encore.
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 16 Septembre 2020

 

La basilique, qui ne sera pas profanée, deviendra dépendante de l'ordinaire du lieu (l'archevêché de Madrid), et les religieux n'auront pas compétence en matière religieuse ou en matière d'exhumations

Santiago Cantera ne gérera pas le complexe, ni l'Hospedería del Valle. Cuelgamuros sera redéfini comme "un lieu de mémoire démocratique", et les actes d'exaltation de la dictature seront interdits.

La tombe de Primo de Rivera n'aura pas de place de premier plan dans la vallée

Les moines ne quitteront pas la vallée (pour l'instant), mais le gouvernement fermera le robinet. C'est l'une des principales conséquences que souffrira l' Abbaye de la Vallée de los Caïdos  une fois la loi sur la mémoire démocratique approuvée, que l'exécutif compte présenter la semaine prochaine en Conseil des ministres. Une règle qui, comme l'a annoncé le RD en son temps, "re-signifiera" l'ensemble de la Vallée pour en faire "un lieu de mémoire démocratique", et éliminera le pouvoir que Santiago Cantera et les frères conservent sur l'ensemble, en supprimant la Fondation de la Santa Cruz del Valle de los Caídos.

addendum: 

 

le gouvernement a annoncé qu'après l'approbation du projet de loi sur la mémoire démocratique  auquel il a donné son feu vert ce mardi en Conseil des ministres, il expulsera les moines bénédictins de la vallée des morts pour convertir  le lieu de repos des prêtres en cimetière civil. reste de milliers de personnes.

Cela a été fièrement annoncé par la vice-présidente Carmen Calvo, où «démissionner» de la Vallée des morts est l'une des lignes phares de la loi de l'exécutif socialiste-populiste-communiste.

La présence des moines, "incompatible"

En ce sens, Calvo a indiqué que la Fondation des moines bénédictins qui est présente dans la Vallée des Déchus «sera automatiquement éteinte» car «elle n'a plus aucun sens par rapport au nouvel objectif de la Vallée de los Caïdos en termes de mémoire démocratique. ».

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 15 Septembre 2020

 

 

 

O Mère,  fontaine d'amour,

faites que mon coeur se consume

à aimer le Christ-Dieu. 

 

​​​​​​

 

prière pour l'Espagne, et sa loi

pour l'euthanasie.

 

Le cardinal Antonio Cañizares, archevêque de Valence (Espagne) a qualifié la possible approbation de la loi d'euthanasie de "défaite majeure et historique pour toute l'Espagne, pour la société espagnole".

"Défaite aussi de l'humanité, de l'homme lui-même, par l'approbation de la loi sur l'euthanasie, le suicide assisté, et par le rejet d'autres propositions sur les soins palliatifs qui ont amélioré la législation actuelle",

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 15 Septembre 2020

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 14 Septembre 2020

 

 

 

 

 

  Timur Khaliullin  (sans muselière.. !)  

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0