Publié le 29 Mars 2021

 

 

14 Mars 2021 .
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 pour mr. l'abbé Duchêne, sainte semaine, priez pour moi. 

Nouvelle Zélande fssp+ 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 29 Mars 2021

 

 

 

 

priez pour nous.

 

 

Il est né à Mat i Jushi, Albanie, le 5 février 1920 et a été martyrisé à Përmet, comté de Gjirokastër, Albanie, le 28 mars 1947.

 Béatifié  pendant le pontificat du Pape François, par le cardinal Angelo Amato, s.d.b., préfet de la Congrégation pour les causes des saints et légat papal, devant la cathédrale Saint-Étienne de la ville de Scutari, le 5 novembre 2016

 

 Il est célébré le 28 mars Dedë Maçaj ou encore Gjonaj est né dans la ville de Mat i Jushi, Albanie, le 5 février 1920. Elève du Collège Javeriano de Scutari, dirigé par les pères jésuites, il a terminé sa formation à l'Université pontificale Urbaniana. Il fut ordonné prêtre à Rome en 1944. L'année suivante, il retourna dans son pays natal, juste au début de la persécution religieuse lancée par le régime communiste. 

 

Initialement vice-curé de la cathédrale de Scutari, il fut le successeur de Don Ndre Zadeja, curé de Sheldija, fusillé le 25 mars 1945. Peu de temps après, il fut appelé au service militaire, chargé d'être le conducteur d'une ambulance.

 

 À cause de lui, ses voyages à Rome et son rôle de prêtre le rendirent méfiant aux yeux des responsables du régime. L'occasion de l'arrêter est venue quand il a eu un incident avec son ambulance et il est revenu tard au régiment: il a été bientôt accusé de sabotage. Torturé pendant quinze jours, il était presque méconnaissable de ses camarades soldats. 

 

Devant toute la troupe et en sa présence même, le commissaire politique du régime a annoncé:

 

 «Nous nous méfions des ennemis les plus forts de vous et de vos camarades et de notre armée, voire des coups de traîtres comme vous».

 À ce moment-là, alors que des soldats fidèles au parti communiste étaient présents dans la troupe, il a demandé: 

 

"Que mérite ce dangereux espion du Vatican?" 

 

La réponse a été: "Une balle dans la tête!" 

Il se souvint terriblement de la question de Pilate devant la foule qui condamnait Jésus à la crucifixion. Ainsi, au moins sans l'existence d'un procès-farce, dépouillé de la monnaie militaire, Don Dedë a été enchaîné et conduit devant le mur des exécutions, avec huit soldats prêts à tirer. Il tomba à genoux et, à voix basse, se mit à prier.

 Le commissaire politique s'est approché de lui pour le réprimander, mais il a répondu d'une voix ferme: 

«Laissez-moi tranquille» et a repris sa prière. Tout à coup, s'adressant au peloton, il prononça ses derniers mots avec un ton de voix qui contraste apparemment avec sa silhouette: «Devant Dieu, en présence duquel je dois aller devant vous, chers soldats, je déclare que je suis assassiné à cause de haine contre l'Église catholique. « 

 Et je le dis sans amertume ni haine pour ceux qui sont sur le point de me tirer dessus. Enfin, les yeux au ciel et d'un large geste devant les persécuteurs, il a crié:

 

 «Vive le Christ Roi! Vive le Pape! Vive l'Albanie! »

 

La première volée de balles n'a pas semblé le blesser, à la stupéfaction des soldats. Il a marché environ un mètre en avant, continuant toujours la prière. «Il est innocent, sauvons-le!» 

Certains membres du peloton ont plaidé, mais les militants du Parti communiste ont crié plus fort: «Une balle dans la tête! Une balle dans la tête! ". Ce n'est qu'à ce moment-là que le prêtre tomba sans vie sur le sol; il avait 27 ans. L'un des 38 martyrs albanais dirigés par Mgr Vinçenc Prennushi, le père Dedë Maçaj a été béatifié à Scutari le 5 novembre 2016. Le père Ndre Zadeja et dix-huit autres prêtres diocésains font également partie du même groupe.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 28 Mars 2021

 

 

 

 

+ DIMANCHE DES RAMEAUX 

Homélie du Très Révérend Père Dom Jean PATEAU

 Abbé de Notre-Dame de Fontgombault

(Fontgombault, le 28 mars 2021) 

 

Chers Frères et Sœurs, Mes très chers Fils, 

 

Après le temps de préparation spirituelle que fut le carême auquel s’est associée une part de pénitence, après l’entrée dimanche dernier dans le temps de la Passion, voici que commence, avec le dimanche des Rameaux, la Sainte Semaine.

 A Cette semaine est dite sainte, car les événements commémorés sont saints : l’institution de l’Eucharistie et du sacrement de l’Ordre, la mort et la résurrection de Notre-Seigneur. Cette semaine est sainte, car ces événements, saints par eux-mêmes, sont aussi sanctifiants pour qui veut bien marcher à la suite du Christ. Marcher à la suite du Christ… La liturgie de ce matin ne semble pas nous y inviter. Qui pourtant ne donnerait pas sa vie pour être derrière le petit ânon portant Jésus vers le mont des Oliviers ? Qui ne s’associerait à la foule étendant les manteaux sur le chemin, coupant des branches aux arbres et en jonchant la route ou encore marchant devant Jésus ou le suivant en criant : « Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! »

 

 Il serait si simple de suivre le Christ s’il avait voulu demeurer sur ce petit ânon, se laisser honorer comme roi de la terre. Mais le chemin ne s’est pas arrêté là. Le récit de la Passion l’a rappelé. N’avons-nous pas déjà abandonné le Christ ? Ne l’avons-nous pas laissé poursuivre seul sa route ?

En voyant la foule honorant Jésus, la ville de Jérusalem fut en proie à une grande agitation : beaucoup disaient : « Qui est cet homme ? » Au soir du Jeudi-saint, Pierre protestera : « Je ne connais pas cet homme. » Suivre Jésus ou abandonner Jésus ? Proclamer son nom ou le renier ? Où étaient-ils au jour du cruel vendredi ceux qui avaient ovationné le Seigneur à son entrée dans Jérusalem ? Où étaient-ils ? Où serions-nous ?

 

Suivre le Christ aux jours de joie comme aux jours de peine, suivre le Christ dans la paix d’un cœur pacifié ou dans la tempête des passions, suivre le Christ dans les élans de l’âme ou dans l’insipide quotidien. Tel est notre programme. Suivre le Christ en vérité, c’est s’assurer avec lui et de la part de Dieu le nom qui est au-dessus de tout nom, le nom de chrétien. La Croix du Christ s’offre à nous en ces jours ; notre croix aussi. Suivons le Christ qui a porté la sienne pour que nous puissions porter au quotidien la nôtre ; croix des circonstances, croix de nos faiblesses, croix de nos péchés. Dieu est fidèle.

S’il permet à la croix de se planter sur le chemin de nos vies, c’est que la grâce nous a été déjà donnée pour en triompher.

Pour qui aime Jésus, pas de vendredi saint sans un matin de Pâques. Au seuil de cette sainte semaine, ne demeurons pas avec les foules du matin des Rameaux. Avançons à la suite du Christ, mourons avec lui, pour ressusciter avec lui.

 

 Amen.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 27 Mars 2021

 

 

 

 

Puissions-nous tous nous efforcer de ressembler de plus en plus au Christ, de le connaître de l'intérieur, de partager son amour pour son Père et pour les âmes, et puissions-nous avoir la grâce de souffrir quelque chose pour lui.

Si cette pensée nous effraie, rappelons-nous que partout où se trouve la croix, il y a Marie, notre Mère, la médiatrice de toutes les grâces, la Seconde Eve, la co-rédemptrice qui, aux côtés du Christ, seul Rédempteur, travaille avec Lui.

Elle est là pour apaiser la douleur et verser du baume maternel dans les plaies.

O Jésus, quand tu m'appelleras d'ici, que ta mère soit ma défense, et  ta croix ma victoire.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 26 Mars 2021

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 26 Mars 2021

 

 

 

 

and my organist, Prague, Pologne, Australie... etc... 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 25 Mars 2021

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 25 Mars 2021

 

 

quel carême ! 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0

Publié le 25 Mars 2021

 

 

 

 

 

 

 Merci, très belle messe chantée  et des sourires !!!! 

particulièrement édifié par un tout petit,  piété naturelle tellement rare . suivant sa messe, tout seul au fond de la chapelle chapelet en main,  faisant son action de grâces, édifiant!  j'en ai rêvé cette nuit.  On est dans d'autres réalités à en oublier l'actualité que je n'ai même pas envie de regarder d'ailleurs... c'était pour moi ce beau ciel bleu, qui plus est. 

quel cérémoniaire  hors classe! (si on a besoin d'un parrain , n'hésitez pas .. ! )

 bonne semaine sainte à tous. 

Union de prières. merci pour tout. priez pour moi, ça fait des lunes que je n'ai pas eu de semaine sainte.. à Fontgombault? possible, ça  remonte loin du temps du père Henry.. le diable va être sûrement en rage.. ! hu hu hu ... aux armes citoyens ! 

Ph.

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 24 Mars 2021

 

 

 

 

 

 

Philipounet à l'abbaye sans le filleul. Il faisait la grasse matinée, ch. 11  quelle misère .. ! 

pour petit frère Clear Creek abbey  .

et les moines . happy feast ! 1ères vêpres . 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Repost0