Publié le 20 Juin 2022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 19 Juin 2022

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 19 Juin 2022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 19 Juin 2022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À 8 ans, ce prodige du piano séduit des musiciens de renom lors d’un prestigieux concours en Russie
Du haut de ses 8 ans, Guillaume Bénoliel épate déjà les plus grands pianistes. Originaire de Draveil (Essonne), il a participé au concours international de piano Casse-Noisette organisé à Moscou du 29 novembre au 6 décembre 2021. Il est le premier Français et le plus jeune candidat à avoir atteint la finale de cette prestigieuse compétition.

Guillaume Bénoliel n’a que 8 ans mais a déjà tout d’un petit génie du piano. Sa dernière performance réalisée en Russie en est une preuve. Originaire de Draveil (Essonne), l’enfant a participé au 22e concours international Casse-Noisette pour jeunes musiciens dans la catégorie piano. Considérée comme l’une des plus prestigieuses dans le monde musical, la compétition s’est déroulée du 29 novembre au 6 décembre 2021.

« Guillaume est le premier Français et le plus jeune candidat à avoir atteint la finale de ce concours », précise avec fierté sa mère, Claire. Avant de s’envoler pour Moscou, le jeune prodige a d’abord été sélectionné parmi plusieurs milliers de candidats originaires de tous les pays du monde. Sur scène, il s’est ensuite confronté à 15 autres jeunes pianistes, tous âgés de moins de 15 ans.

Un jury de renommée mondiale


La compétition s’est déroulée en trois phases retransmises en direct à la télévision russe. Les candidats ont joué dans la célèbre grande salle de concert Tchaïkovski. « Il n’y avait aucun public à cause du Covid-19 », se remémore Claire. Les parents ont observé la prestation de leur fils sur un écran dans une autre salle.

Le jury était composé d’Elena Bashkirova, George Vatchnadze et Mikhail Voskresenky. « Ce sont des pianistes de renommée mondiale. Ils sont très connus et respectés. » Pas de quoi déstabiliser le jeune Essonnien qui n’a ressenti aucun stress. Enfin presque. « Guillaume est un enfant qui veut toujours tout savoir. Il n’était pas stressé par ses partitions à réciter mais plutôt par l’organisation. Il avait peur de ne pas comprendre où se placer ou alors les commentaires des jurés… »

« Monsieur Bénoliel, vous me plaisez beaucoup ! »
L’élève de CE2 affirme, lui, qu’il était simplement « très content d’être là ». Après avoir passé le premier tour sans difficulté, Guillaume Bénoliel était le premier à monter sur scène le lendemain. Le jeune prodige a alors séduit l’ensemble des jurés et a reçu des éloges de leur part. Tout sourire, George Vatchnadze l’a félicité pour son « immense performance » et a affirmé qu’il montrait déjà « les qualités d’un musicien ».

« Il a un énorme potentiel et un vrai amour pour la musique », s’est émerveillée Elena Bashkirova. Mais les mots qui ont le plus touché l’enfant et ses parents sont ceux de Mikhail Voskresensky, l’un des plus grands pianistes de Russie. « Monsieur Bénoliel, vous me plaisez beaucoup ! », a-t-il déclaré en français à l’issue de sa prestation. « C’est un merveilleux commentaire dont on parle encore aujourd’hui », reconnaît Claire.

 

Il a effectué son premier à l’âge de six ans et a participé à une vingtaine de compétitions internationales depuis. En 2020, il a remporté le 1er prix du Concours international de piano de Salzbourg. « Guillaume est un garçon très précoce. Lorsqu’il était petit, je lui jouais des morceaux et il a rapidement été attiré par le piano. » Dès l’âge de deux ans, il se montrait déjà capable d’interpréter des comptines. « Il a composé son premier morceau à cinq ans », précise sa mère.

Il veut devenir musicien ou astronome
En plus d’être très talentueux, l’enfant est doté de l’oreille absolue. Un don rare grâce auquel il peut identifier n’importe quelle note et rejouer un morceau sans partition après l’avoir seulement entendu. « Guillaume nous surprend tous les jours et progresse très rapidement. Les jurés ont d’ailleurs mentionné qu’il avait une incroyable musicalité et, à cet âge, c’est rare. »

Après avoir découvert la Russie et « adoré la place Rouge », l’enfant devrait s’envoler pour la Suisse cet été afin de participer au concours « Jeune Chopin ». « Les compétitions lui permettent de s’épanouir et de faire des rencontres », indique Claire. En attendant, Guillaume Bénoliel jongle avec un emploi du temps très chargé. En plus de ses cours de piano au conservatoire de Yerres et de l’école, il fait aussi de la natation. Quel métier souhaite-t-il faire plus tard ? « Musicien, chef d’orchestre… ou astronome », nous répond-il sagement.

ouest france 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 18 Juin 2022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fête des pères 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 18 Juin 2022

 

 

 

 

 

 

• 22.06 - Granada 🇪🇸 Patio de los Mármoles
• 24.06 - Düsseldorf 🇩🇪 Robert-Schumann-Saal
• 29.06 - Olsberg 🇨🇭Klosterkirche Olsberg
• 01.07 - Olsberg 🇨🇭Klosterkirche Olsberg
• 03.07 - Málaga 🇪🇸 Palacio de Ferias y Congresos de Málaga
• 14.07 - Middelfart 🇩🇰 Hindsgavl Festival
• 21.07 - Geisenheim-Johannisberg 🇩🇪Rheingau Musik Festival

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 18 Juin 2022

 

 

 

happy birthday to you ! 

 

 

Persécuté par l'Europe, le grand de la musique, Denis  Matsuev a déclaré qu'il n'y a pas d'abolition de la culture russe.

 

Denis Matsuev a perdu son travail et ses concerts en Europe pour la première fois, mais il n'a pas désespéré.
 
Il est actuellement en Russie et se prépare pour le concours international des pianistes, compositeurs et chefs d'orchestre Rakhmaninov.
Des musiciens de 11 pays participeront au concours : Russie, Biélorussie, Grande-Bretagne, Italie, France, Allemagne, Slovénie, Chine, Singapour, Brésil et États-Unis. Parmi eux, il y a 24 pianistes, 25 chefs d'orchestre et 12 compositeurs.
 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 18 Juin 2022

Rédigé par Philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 18 Juin 2022

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 17 Juin 2022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L' Ordre des Prêcheurs et l'Église catholique d'Espagne célébreront ce samedi en grande pompe la béatification de 27 martyrs de la famille dominicaine tués pendant la guerre civile espagnole par haine de la foi. Ils rejoindront ainsi la nombreuse armée de bienheureux et de saints que ce pays a donnée pendant cette terrible persécution religieuse dont un siècle ne s'est pas encore écoulé.

20 de ces frères sont connus comme les martyrs d' Almagro , dont le témoignage a été relaté dans le film Sous un manteau d' étoiles , visible à partir de vendredi sur Famiplay ; 5 autres sont les frères dominicains martyrisés d'Almería . Lors de cette cérémonie, Sœur Ascensión de San José, dominicaine de Huéscar également martyrisée et qui deviendra la deuxième dominicaine espagnole à être bénie, sera également béatifiée. Enfin, un laïc de spiritualité dominicaine, le journaliste et directeur du journal catholique La Independencia, abattu à Almería, montera également aux autels.

Sœur Ascension, âgée de 76 ans, était la personne la plus âgée assassinée par haine de la foi présente dans cette cause de béatification . Le plus jeune était Fernando García de Dios, âgé de seulement 20 ans. Cependant, parmi les nouveaux bienheureux, il y a un grand groupe de novices âgés entre 21 et 23 ans.

La cérémonie de ce samedi aura lieu dans la cathédrale de Séville et sera présidée par le Cardinal Semeraro , préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints. Il sera accompagné de Monseigneur Saiz Meneses , Archevêque de Séville, et du Frère Gérard Timoner Maître Général de l'Ordre des Prêcheurs.

Tous ces prochains bienheureux furent brutalement persécutés, maltraités et tués dans les premières semaines de la guerre civile , sauf Sœur Ascension qui reçut la palme du martyre quelques mois plus tard.

Les Dominicains du couvent d'Almagro

L'Ordre des Prêcheurs lui-même raconte sur son site Internet les dures histoires de ces martyrs et leur foi héroïque au milieu de la persécution . Dans toute cette cause, les plus nombreux étaient ceux du couvent d'Almagro, qui ont été assassinés dans cette ville de La Mancha ainsi que dans les villes voisines d'Alcázar de San Juan, Manzanares et Miguelturra.

Le 21 juillet, trois jours seulement après le début de la guerre, les anarchistes ont incendié l'église de la Madre de Dios à Almagro , observée par les frères du couvent. Plusieurs sont allés essayer de l'éteindre, mais les membres de l'Ateneo Libertario les ont expulsés. Cette même nuit, ils sont déjà entrés dans le couvent pour chercher des armes supposées cachées par les religieux.

Le maire les a exhortés à plusieurs reprises à quitter la ville, car il ne voulait pas qu'ils soient tués dans leur délimitation territoriale. Le lendemain, les anarchistes se rendirent à nouveau au couvent et menacèrent de le brûler avec eux à l'intérieur, jusqu'à ce que finalement le 24, le maire les oblige à partir.

 

Quelques heures plus tard, les frères ont commencé à évacuer le couvent. Une bonne partie des religieux sont restés dans des maisons privées, ce que l'Athénée libertaire n'a pas apprécié, arguant que la dispersion des religieux était une difficulté à les contrôler, compte tenu de leur « dangerosité ». C'est pourquoi le maire a changé d'avis et a ordonné que les frères soient enfermés dans une maison inhabitée devant l'église qui avait été détruite par un incendie quelques jours auparavant.

Ainsi, le 30 juillet, le maire a commencé à émettre des sauf-conduits pour que, progressivement et par inadvertance, ils expulsent la ville. Cependant, les anarchistes n'étaient pas disposés à laisser les frères s'échapper. Ainsi, dans le même train qui emmenait les trois premiers "libérés" à Ciudad Real, sont également montés à bord des jeunes affiliés à l'Ateneo Libertario, qui, à la gare de Miguelturra, ont attiré l'attention des miliciens de garde sur l'expédition suspecte. Ils les ont abaissés, les ont placés entre les rails et les ont abattus.

Une scène presque identique s'est produite à la gare de Manzanares. Trois autres dominicains y ont été arrêtés. Ils ont été emmenés dans une prison sans lumière et cinq jours plus tard, ils ont été abattus sur le mur du cimetière. Leurs corps ont été mutilés et plusieurs proches qui ont pu récupérer leurs restes ont rapidement déclaré qu'ils « avaient été castrés par une femme ».

Le reste des frères était toujours détenu à Almagro et le maire sentit le grand problème qui se posait à lui, alors il appela la Direction générale de la sécurité à Madrid pour recevoir des instructions. De la capitale, on leur a dit que des gardes d'assaut seraient envoyés pour prendre en charge ces prisonniers et les transférer dans différentes prisons de Madrid.

Cependant, les miliciens ont décidé de s'introduire par la force dans cette maison-prison. Le père Marina a demandé grâce pour le plus jeune. Le Père Antonio Trancho a donné l'absolution aux jeunes et leur a parlé avec ferveur de ce que signifie mourir pour Dieu et les a encouragés en leur disant qu'en mourant martyr l'espoir d'atteindre le Ciel était presque un fait. Le père Eduardo a fondu en larmes de n'avoir pas pu sauver les petits.

Le chef a dit qu'ils n'allaient pas les tuer mais qu'ils les emmenaient prendre leurs dépositions. Les jeunes enfermés dans la maison ont commencé à prier le chapelet et d'autres ont pleuré. Quelques instants après leur départ, l'un des hommes armés a tiré en l'air, ce qui était l'ordre, et ils ont été rejoints par plusieurs autres hommes armés et tués.

Le cuisinier, Fray Arsenio, voyant la réalité, leur reprocha leurs mensonges. Mais le père Camazón lui a demandé calme et douceur. Fray Arsenio sortit alors un crucifix qu'il avait caché et préparé pour prier. Puis ils les ont ligotés deux par deux sauf le père Marina. Dans un champ ouvert à deux kilomètres d'Almagro, ils ont détenu les victimes. Lorsque certains jeunes virent le crime qui allait être commis, ils entrèrent dans une discussion violente avec les autres et décidèrent finalement de quitter le groupe, effrayés par ce qui allait se passer. La fin est connue. Ils ont été fusillés et sont morts en martyrs.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0