10 février : ste Scholastique, soeur de notre bienheureux Père

Publié le 4 Février 2014

A-prop14.jpg

 

 

Sainte Scholastique était la soeur chérie de saint Benoît, le Père des moines. Elle se consacra, comme son frère, au Seigneur, dès sa jeunesse. Nous n'avons que peu de détails sur la vie de cette sainte Vierge. Le pape Saint Grégoire le Grand nous a laissé, dans le deuxième livre de ses Dialogues, un récit charmant de la dernière entrevue du frère et de la soeur:

 

  Scholastique avait coutume de visiter son frère, une fois par an. L'homme de Dieu descendait alors de sa montagne vers un endroit qui n'était pas très éloigné des portes du monastère. Un jour, elle vint, comme d'ordinaire, et son frère descendit la trouver en compagnie de quelques disciples. Ils passèrent toute la journée en conversations saintes et ne prirent leur repas en commun qu'à la tombée de la nuit. Comme ils étaient encore à table, la vierge consacrée à Dieu dit:" Je t'en prie, ne m'abandonne pas cette nuit, afin que nous puissions parler jusqu'au matin des joies de la vie éternelle." Le Saint Abbé lui répondit:" Que dis-tu là? Je ne puis pas rester, la nuit, en dehors du monastère". Le ciel était alors entièrement serein. Scholastique, ayant entendu la réponse négative de son frère, inclina sa tête sur la table, joignit les mains et adressa sa prière au Dieu Tout Puissant. Quand elle releva la tête, il tomba une telle pluie battante, avec un tel déchaînement de tonnerre et d'éclairs, que Benoît et ses frères ne purent mettre le pied hors du seuil. La vierge avait versé un flot de larmes et imploré de Dieu ce changement de temps.

 

Alors, quand l'homme de Dieu vit que la pluie qui tombait à torrents l'empêchait de retourner, il devint triste et se plaignit à sa soeur:" Que le Dieu Tout-Puissant te pardonne, ma soeur, pourquoi as-tu fait cela? " Scholastique répondit:" Tu m'as refusé ce que je te demandais alors j'ai prié le Seigneur et il m'a exaucée. Va-t-en maintenant si tu peux." Benoît ne put pas faire un pas hors de la porte et dut rester malgré lui à cet endroit. Ils veillèrent toute la nuit et se réconfortèrent mutuellement dans de saints entretiens.

 

Le lendemain, la vierge retourna dans son monastère et son frère, avec ses compagnons, prit le chemin du retour. Trois jours après, Benoît était dans sa cellule, il leva les yeux au ciel et vit l'âme de sa soeur s'envoler au Paradis sous la forme d'une colombe.

 

Sous l'aspect d'une colombe, l'âme innocente de sainte Scholastique s'envola vers le ciel; puissions-nous, nous aussi, vivre dans l'innocence et parvenir aux joies éternelles.

 

 

 

dom Pius Parsch.

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article