1er Vendredi du mois:

Publié le 5 Septembre 2014

http://fc09.deviantart.net/fs70/i/2013/207/b/b/sagrado_corazon_de_jesus____sacred_heart_by_aurorakinai-d6fcc53.jpg

 

http://www.acnuk.org/data/images/slideshows/iraq_5_1407773760.jpg

 

http://static.un.org/News/dh/photos/large/2014/September/09-02-2014Iraq_Kurdistan.jpg

Photo HCR/N. Colt

 

http://img.over-blog.com/300x300/1/10/86/49/ete-2014/10338229_10152353675748512_4349218163241999077_n.jpg

 

COR jESU SACRATISSIMUM, MISERERE NOBIS.

 

http://radionotredame.net/wp-content/uploads/mgr-sako-1024x685.jpg

 

 

C’est à la fois une exhortation au courage et une profonde indignation qui ont marqué les dernières déclarations de Mgr Louis Raphaël I Sako, patriarche de Babylone et des Chaldéens. Dans un message diffusé jeudi, il appelle ses fidèles à affronter la situation telle qu’elle est.

 

Des mots remplis d’amertume…

 

 

L'amertume de Mgr Sako

 

Dans un message diffusé jeudi 4 septembre, le patriarche n’a pas manqué d’exprimer son amertume devant "l’incapacité manifestée par l’appareil gouvernemental à garantir l’ordre et le respect de la loi." Déplorant l’inaction du fragile gouvernement irakien, Mgr Sako a également appelé de ses voeux une intervention internationale, au moins pour garantir le maintien de la paix, au mieux pour contrer l’avancée de l’Etat islamique.

 

 

Une intervention militaire de plus en plus demandée

 

En effet, au sujet des zones irakiennes tombées aux mains de l’Etat islamique, le patriarche a notamment incité à l’intervention du Conseil de Sécurité de l’ONU, et à la création d’une force de maintien de la paix, un peu à l’image des casques bleus. Tout cela en collaboration avec les forces de sécurité d’Irak, et les peshmergas kurdes, qui se battent, presque seuls, contre l’EI.

 

 

La responsabilité du monde islamique

 

Mgr Sako a également déclaré qu’il fallait prendre des initiatives énergiques avec le monde islamique, pour tuer dans l’oeuf l’idée d’une légitimation religieuse des financements et de l’envoi de troupes aux djihadistes. Un message adressé directement aux pays du Golfe, longtemps soupçonnés de financer la « guerre sainte ».

 

 

Affronter la situation telle qu'elle est

 

Enfin le patriarche chaldéen a appelé ses fidèles à ne pas baisser les bras et à affronter la situation telle qu’elle est. Il a notamment exprimé quelques idées comme la création d’une équipe de gestion de crise, à même de recueillir des données sur le nombre, la localisation, l’état des familles évacuées, de manière à pouvoir ensuite les dédommager. L’éducation des enfants n’est également pas en reste et Mgr Sako a demandé à ce que les enfants puissent être accueillis pendant un an au Kurdistan pour ne pas perdre une année scolaire. La rentrée des classes n’aura assurément pas la même saveur partout dans le monde…

 

link radio notre dame

 

 

Syrie : des chrétiens éprouvés mais déterminés

 

Nous reconstruirons ce pays avec notre joie. Fraîchement taguée sur l'un des rares murs encore debout d'un Vieil-Homs en ruines, l'inscription tranche avec le décor, mais semble résumer la détermination des Syriens.

 

Le 9 mai dernier, la ville était libérée des djihadistes qui l'occupaient depuis deux ans et demi et les quelques habitants revenus commencent déjà à reconstruire.

 

A quelques pas d'une mosquée dont il reste à peine les contours, l'entrée d'une petite église orthodoxe devant laquelle se pressent trois hommes en tenue de chantier : « Il y a une fête pour la Vierge dans quelques jours et il faut que l'église soit prête » sourit l'un d'eux, « l'intérieur a été entièrement brûlé par les djihadistes » ajoute un autre. L'église est noircie et les icônes ont disparu, « mais elle sera prête » affirment-ils.

 

" Ils détruisent ? Nous reconstruisons ! "

 

Quelques rues plus loin, même constat dans une église catholique. Celle-ci n'a pas brûlé, mais la haine antichrétienne a laissé des traces glaçantes : icônes cassées, peintures grattées, croix brisées et statues décapitées…

 

« Ils détruisent ? Nous reconstruisons ! » commente énergiquement le patriarche grec catholique Gregorios III Laham à 120 kilomètres de là. « La reconstruction sera longue, l'avenir sera sans doute difficile mais nous y arriverons avec la foi, l'espérance et la charité ! » répète-t-il aux habitants de Maaloula, petit village situé à une cinquantaine de kilomètres au nord de Damas.

 

Debout devant le couvent Saint-Thècle dans lequel douze religieuses avaient été enlevées pendant trois mois en décembre dernier, il contemple le triste spectacle. Levant la tête, il constate : « Ils ont même tiré dans les yeux des saints que représentent ces fresques… »

 

A ses côtés, Saba, un célibataire d'une quarantaine d'années, semble défier les djihadistes : « Nous resterons ici parce que c'est notre terre, qu'ils le veuillent ou non », martèle-t-il avant de se tourner vers les bénévoles de l'association française SOS Chrétiens d'Orient venus financer la reconstruction d'une église : « Merci d'être venus de cette France qui semblait nous avoir abandonnés, dites à vos gouvernants qu'ils se sont trompés sur la Syrie : nous n'étions pas un pays parfait mais nous vivions ensemble et heureux. Si la démocratie implique tant de morts, tant de maisons détruites et cette haine contre nos églises, nous n'en voulons pas ! »

 

Derrière lui, Caroline, une jeune damascène en visite pour la journée rebondit sur ses propos : « Il a raison, nous savions vivre ensemble et la Syrie était d'ailleurs le pays de la région où l'émigration des chrétiens était la plus faible ! Certains Syriens se battent, soutenus par des djihadistes venus du monde entier mais l'immense majorité n'a jamais voulu cette guerre. »

 

A quelques kilomètres de là, dans la ville de Yabroud, Mahmad, un père de famille sunnite, espère lui aussi la paix : « Beaucoup de pays étrangers se font la guerre sur le sol syrien pour leurs intérêts et c'est nous qui en souffrons… », regrette-t-il avant de lancer cette supplication : « Laissez-nous vivre, nous savons très bien le faire ensemble et nous le prouverons à nouveau ! »

 

link

 

 

messe du soir . salut du st sacrement. rentrée de l'école

 

 


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article