Ildefonse de Tolède.

Publié le 23 Janvier 2009


"Sécheresse de janvier,
Richesse de fermier"
(pauvres fermiers..!)

Ildefonse de Tolède (Ildefonso, + 667), à l'abbaye Saint-Cosme-et-Saint-Damien d'Agali*, fut instruit par l'abbé Helladius (Hellade), lui-même devenu évêque, et aurait élevé à ses frais un couvent de moniales à Tolède, dit Monasterio Deibiense. Ildefonse fait partie, comme Isidore ou Braulio, de ces abbés-évêques encore très attachés au savoir classique, dont il disait qu'il était "un don commun, non privé". Son ouvrage le plus célèbre est le "De Viris illustribus" (Vies illustres), inspiré des oeuvres homonymes de Jérôme et d'Isidore, dont Julien (san Julián), qui le succéda à l'évêché de Tolède, dit le plus grand bien dans son Elogium, qui est la première source d'informations sur la vie d'Ildefonse. Puis vient la Vita attribuée à Cixila (Cixiliani) suivie de plusieurs autres s'y appuyant : Rodrigo Cerratense, au XIIIe s., celle de celui qu'on nomme le Prébendier (Beneficiario) d'Ubeda, au XIVe s., l'archiprêtre de Talavera, au XVe s., enfin celle de Salazar de Mendoza, au XVIIe s. En plus de celle déjà citée, les oeuvres connues d'Ildefonse sont De cognitione baptismi, Libellum de Virginitate Sanctae Mariae contra tres infideles, un traité en deux livres : Annotationes de cognitione baptismi et Liber de itineri deserti, quo itur post baptismum, mais aussi des ouvres qui forgèrent la liturgie tolédane : des messes (Missae), des hymnes, des sermons, des antiphonaires, des répons, etc.. Par ailleurs, Ildefonse, en un temps de paganisme et d'hérésies, insistait beaucoup sur la formation catéchétique de ses pasteurs, moines ou non.
link

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article