le poumon de la société.

Publié le 12 Mars 2009


link photo                                    le saint père consultant le petit Placide .






"L'obéissance leur apparait comme la condition même de leur sécurité".

dom Delatte, règle de st Benoît.




Il est évident que seule la position des moines de Fontgombault depuis les années 1970 a toujours été cohérente, fidèle au magistère de l'Eglise et sans ambiguité. Au moins eux n'utilisent pas le pape à des fins partisanes, politique,  en général d'extrême droite, ou religieuse ,  et sont toujours restés enfants et fils de l'Eglise.
On rendra un jour justice à dom Roy et à son ses successeurs pour cette oeuvre immense et à leur obéissance. Cela reste un des grands phares de l'Eglise.
 Il faut encore savoir bien se taire pour ne pas alimenter les queurelles.
Je ne regrette rien. La position du petit Placide face aux évènements qui éclaboussent encore l'Eglise aujourd'hui a toujours été la leur. Je rends grâces du chemin parcouru. Rien n'a encore pu ébranler les pierres de cette maison. Je ne m'en rends pas encore bien compte, à eux je dois tout d'avoir été comme préservé. Misericordias Domini in aeternum cantabo.

"Il n'y a que Dieu et les moines", dit dom Delatte, même s'il faut passer dans les profondeurs de la nuit. Aux moines, à leurs pères Abbé,  un grand merci.
Philippe, fier d'appartenir à cette noble et grande maison!
pax


ROME, Mardi 10 mars 2009 (ZENIT.org) - En évoquant les monastères comme des lieux de « silence » et de « méditation » de la Parole de Dieu, le pape a souhaité; qu'ils soient une sorte de « 'poumon' spirituel de la société ».

Après sa visite au Capitole, le 9 mars, Benoît XVI a rendu visite aux moniales du monastère de Sainte-Françoise Romaine, à l'occasion de la fête de cette co-patronne de Rome.

« Votre monastère se trouve au cœur de la ville », a souligné Benoît XVI. « Comment ne pas voir en cela un symbole de la nécessité de remettre au centre de la vie civile la dimension spirituelle, pour donner pleinement du sens aux multiples activités de l'être humain ? »

« Dans cette perspective, votre communauté, avec toutes les autres communautés de vie contemplative, est appelée à être une sorte de 'poumon' spirituel de la société, pour qu'une respir ation spirituelle, une référence à Dieu et à son dessein de salut ne manque pas à l'activisme de la ville », a estimé le pape. « C'est le service que rendent en particulier les monastères, lieux de silence et de méditation de la Parole divine, des lieux où l'on se préoccupe de toujours avoir la terre ouverte vers le ciel ».

Dans son discours aux religieuses, Benoît XVI a aussi évoqué « la contemplation et l'action, la prière et le service de la charité, l'idéal monastique et l'engagement social » qui ont « trouvé ici un laboratoire riche de fruits ».

« Encore aujourd'hui, Rome a besoin de femmes - et naturellement d'hommes, mais je veux ici souligner la dimension féminine - toutes données à Dieu et à son prochain ; des femmes capables de recueillement et de service généreux et discret ; des femmes qui sachent obéir aux pasteurs mais aussi les soutenir et les stimuler par leurs suggestions, mûries par leur colloque avec le Christ et dans l'expérience directe dans le domaine de la charité, de l'assistance aux malades, aux personnes marginalisées, aux mineurs en difficulté ».

Le pape a enfin remercié les religieuses « de la prière par laquelle vous accompagnez toujours le ministère du successeur de Pierre » et de leur « présence précieuse dans le cœur de Rome ».

Marine Soreau


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article