dimanche de la miséricorde.

Publié le 17 Avril 2009



....

"L'homme pouvait dire oui. Et s'il avait dit oui, il aurait accompli sa destinée d'être issu du cosmos, d'y avoir vécu, d'y avoir mis l'empreinte de sa dignité humaine et de la grâce qui était en lui; en sorte que cette planète où nous sommes, qui est plus précieuse que tous les milliards d''astres qui ne sont que de l'être physico-chimique, il l'aurait humanisée, et en même temps illuminée par la grâce qui faisait de lui un enfant de Dieu. L'univers alors, aurait pu passer de l'autre côté sans qu'il y eut de catastrophe.

" La condition des anges est réglée dès leur premier choix libre pour la lumière ou contre Dieu. S'ils ont dit non, ils se nourrissent de leur révolte, ils sont d'une certaine manière plus forts que Dieu puisqu'ils peuvent lui dire non, mais en se détruisant, en se saccageant eux-mêmes, en refusant l'amour, en ne comprenant même plus ce qu'est l'amour. Ils l'ont remplacé par la haine. Il est plus fort que Dieu, il peut se vanter de lui résister et se nourrir de cette victoire, qui est une victoire de désespoir, désastreuse pour lui.

Le premier amour finit dans un échec total. Pour les anges, il y avait eu le partage. Maintenant, pour cette solidarité humaine tout est perdu. Son premier amour a été refusé, va-t-il se détourner? Non.

C'est alors que va paraître dans l'histoire du salut, un second amour: l'amour blessé et qui pardonne. L'origine du premier amour ne nous concerne pas. Il a concerné les anges, il a concerné l'univers de création dans l'Eden, mais maintenant c'est fini; jamais plus ce premier amour ne reviendra. La première strophe de l'Eve de Péguy:

" O mère ensevelie hors du premier jardin
Tu ne reverras plus
Et la vasque et la source
Et la haute terrasse
Et le premier soleil sur le premier matin."


Fini, mais il y aura un autre, un second amour de Dieu: l'amour de celui qui a été blessé au coeur dans la fidélité et la confiance qu'il aura faite et puis qui pourra être méprisé. Mais Dieu ne méprise jamais. Et alors, il y aura la naissance d'un second amour, qui sera l'amour de celui qui est offensé et qui répondra par un surplus d'amour. Et ce sera à ce moment-là qu'apparaîtra dans le monde une grandeur dont on prononce le nom sans le comprendre: la miséricorde.
Parce que la miséricorde suppose une misère. Il y a quelque chose qui s'est passé et qui jamais ne s'effacera: Vous êtiez mon Ami, Vous m'avez comblé, je Vous ai offensé, gravement, j'ai tout brisé.
Cela ne peut pas ne pas avoir été. Alors tout est perdu? Oui, tout est perdu quant à ce premier amour, l'amour de création.

Mais maintenant commence à s'ouvrir un second amour pour l'humanité, l'amour de rédemption, et ce sera l'incarnation rédemptrice.


Cardinal JOURNET.



Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
à Saint Sulpice
18/04/2009 - DIMANCHE DE LA DIVINE MISÉRICORDE

18 et 19 AVRIL

Comme l'a voulu le pape Jean-Paul II, le deuxième dimanche de Pâques est désormais le "Dimanche de la Divine Miséricorde".
A Saint-Sulpice, cette fête liturgique prendra un relief particulier grâce à l'aide de l'Association "Pour la Miséricorde Divine".

Cette année, le programme est le suivant :
. Samedi 18 avril,
-18h00 : Vénération des reliques de sainte Faustine.
-19h00 : Messe du samedi dans l'octave de Pâques.
-20h00 – 22h30 : Veillée de prière.

. Dimanche 19 avril,
-12h05 – 13h30 : Messe solennelle et adoration présidée par Mgr Renauld de Dinechin, évêque auxiliaire de Paris.
-15h00 – 17h00 : Heures de Miséricorde (chapelet, enseignement et témoignages).

http://www.paroisse-saint-sulpice-paris.org/paroisse-actu.aspx#actu373
Répondre