l'amour de Dieu.

Publié le 26 Mai 2009

"Avant tout, aimer le Seigneur de tout son coeur, de toute son âme et de toutes ses forces." 

règle de st Benoît
 

  Ce premier instrument ne demande pas beaucoup d'explication mais une grande application. Sans cet instrument tous les autres deviennent vains.

  Au chapitre 7 sur l'humilité il existe comme une autre série d'instruments. Le premier degré d'humilité, vous vous en souvenez, c'est la crainte de Dieu et ici nous avons l'amour de Dieu.

  Au début de toute vie surnaturelle, il faut mettre l'amour de Dieu. Nos actions se passent sur le plan naturel mais la motivation doit être surnaturelle. Quand je fais du ménage, je puis le faire pour que tout soit propre. Je ne nie pas cet aspect. Mais je puis donner au ménage une dimension surnaturelle si je le fais par amour de Dieu. Il ne faut pas dire une seule fois que je fais tout par amour de Dieu. Je dois réactualiser mes bonnes intentions souvent spécialement quand la chose à faire me coûte. Mes actions deviennent meilleures et prennent une dimension surnaturelle quand j'ai l'intention de plaire à Dieu. Quand je dis que j'aime quelqu'un je tâche de lui faire plaisir. J'abandonne un petit bien pour entrer dans un bien plus grand.


  Si l'amour quitte le coeur des chrétiens, le sang ne coulera plus dans les veines des martyrs. Si l'amour se refroidit, la Parole de Dieu ne sera plus annoncée. Si l'amour de Dieu est calculé, les chrétiens ne se consacreront plus à Dieu. Si l'amour de Dieu est délaissé, la foi baisse et la pratique religieuse diminue, le matérialisme prend le dessus, les valeurs naturelles disparaissent, l'homme ne respecte plus la nature, sa conduite devient faussée. Pourquoi le respect de la vie disparaît-il ? pourquoi ceci, pourquoi cela ?  La cause reste toujours la même: on n'aime plus ou pas assez Dieu.

Quand on n'aime plus, on cherche à ignorer. Quand on ignore, on n'aime pas. Il faut dire:  et il faut le faire constater:  L'amour de Dieu est la clé ou le levier pour changer le monde. Saint Paul a bien écrit:  (1 Co, 13, 1-2 ss)  Me priver de biens matériels par amour de Dieu, pour les partager avec des démunis, s'appelle aussi charité. Quand j'étais jeune, il passait par les maisons ce qu'on appelait des "quêteux". Ils utilisaient cette formule:  Quand je pense à cette formule je la trouve belle et théologique. Je pense que ce serait une formule à réintroduire dans nos moeurs. Au lieu de dire on pourrait dire: Cette formule peut devenir creuse si on l'utilise trop, mais de temps en temps, demander par amour de Dieu peut situer une action sur un autre niveau.

  Quand on dit en français l'amour de Dieu ceci peut se comprendre de deux manières: l'amour que Dieu a pour nous et l'amour que nous avons pour lui. Mais ici le texte latin est bien clair: il s'agit de l'amour que nous portons à Dieu. Aimer signifie faire un choix. On peut choisir Dieu. Mais Dieu est loin et notre condition terrestre nous incite à chercher le bonheur dans les créatures plus que dans le Créateur.

 
 Comment comprendre l'amour de Dieu si nous voulons vivre sans nous donner des maux de tête. Nous devons être prêts à tout abandonner, à tout sacrifier pour Lui mais pas d'un amour à la manière qu'on peut le ressentir pour certaines créatures. Des parents peuvent aimer leurs enfants et ces derniers le sentent. Leur sensibilité vibre. Un choix à faire peut se produire si Dieu appelle un enfant à la vie religieuse. Les parents, même s'ils aiment cet enfant, doivent être prêts à se priver de cette affection sensible pour préférer l'amour de Dieu.

  La conversion des moeurs a pour objet de soumettre les puissances inférieures et de les amener à consentir au choix fait par la volonté. Il en résulte le combat spirituel auquel s'engage quiconque veut servir le Christ, ce que saint Benoît a dit en ces mots:

 
  L'amour de Dieu se fera de tout coeur, avec toute son âme et de toutes ses forces. On peut donner comme source: Dt 6,4-5; Mt 12,30-31; Mc 12,30; Lc 10,27. Je ne veux pas expliquer ces passages bibliques. Mais je diviserais les trois notes en deux groupes. 1) de tout son coeur, de toute son âme. 2) de toute sa force. Dans le premier groupe je dirais que S. Benoît veut dire que l'amour envers Dieu doit prendre tout l'être humain: l'intérieur comme l'extérieur, tandis que de toute sa force signifie l'intensité de l'amour qui s'applique aussi bien au corps qu'à l'âme.


  Chacune de nos facultés est capable d'un effort plus ou moins grand. Un homme qui se promène par exemple ne demande à sa puissance motrice qu'un effort modéré. L'homme qui fuit porte l'effort de cette même puissance à sa limité. Il court, il se meut de toutes ses forces. C'est ainsi que notre coeur et notre âme doivent aimer Dieu. La seule mesure d'aimer Dieu n'est-ce pas de l'aimer sans mesure.


dom Raymond Carette OSB.

link

 

 

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article