quia adversarius vester diabolus...

Publié le 12 Juin 2009




Revenons à l'actualité. Pour quand pouvons-nous attendre la canonisation de Jean-Paul II ?

Card. Dziwisz - Cela dépend directement de Benoît XVI. Mais il me semble quand même que les choses se passent très bien. Le procès pour le miracle est déjà en route. Et la reconnaissance de l'héroïcité des vertus de Karol Wojtyla sera décisive. Nous espérons que le diable ne s'en mêlera pas.


Eminence, avez-vous déjà senti la présence du diable ?

Card. Dziwisz - Oui, je l'ai sentie. De la manière la plus forte qui soit quand le diable a été chassé d'une jeune femme. J'étais présent, je sais ce que cela veut dire. C'est terrible de ressentir la présence d'une force si grande et incontrôlable. J'ai vu comment il la maltraitait physiquement, j'ai entendu la voix avec laquelle elle criait. Cela arriva après une audience générale. Jean-Paul II récita les prières d'exorcisme, mais rien. Alors, il dit que le jour suivant, il célèbrerait la messe aux intentions de cette jeune femme. Et après la messe, de manière imprévue, elle se retrouva comme si elle était une autre personne, tout avait disparu. Au départ je n'y ai pas cru, je pensais qu'il s'agissait d'une maladie psychique. Au contraire, Satan existe.


Et comment reconnaît-on sa présence dans le monde ?

Card. Dziwisz - Satan existe, même si l'idéologie dominante estime que ce ne sont que des légendes. Aujourd'hui, le démon travaille pour que les hommes croient qu'il n'existe pas. C'est une méthode ô combien perfide.

 

zenit.org

 


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

sandrine 11/08/2009 09:34

Article interessant :)j'ai remarquée au niveau personnel une chose : plus on va vers le bien par un travail sur soi, un cheminement spirituel, plus on est attaqué ! Par l'agression physique, psychique, verbalement.. souvent dans les conversations, la foi, la vie apres la mort etc sont des sujets qui reviennent dans des repas de famille par exemple : quel déchainement de certains, quelle violence dans les mots.. j'en ais parfois eue les larmes aux yeux, maintenant je ne me salis plus l'ame a tenter de prouver, d'expliquer quoi que ce soit, c'est usant ! :) je me dis interieurement : mais de quoi en fait on t'ils peur ? de rendre un jour des comptes ? :)