de l'accueil bénédictin.

Publié le 25 Juin 2009




Locus iste a Deo factus est, inaestimabile sacramentum, irreprehensibilis est.





"Mon Dieu, donnez-nous des prêtres, de saints prêtres.
Donnez-nous des moines, de saints moines."


"Quelqu'un estime que le Seigneur l'appelle à la vie bénédictine; il se "convertit"; il vient frapper à la porte. Chose étrange, elle ne s"ouvre pas de suite, et l'accueil est très réservé, presque mausssade.

... La première remarque de saint Benoît est pour défendre de recevoir pêle-mêle tous ceux qui se présentent. "

Cette partie de la règle a dû je pense être aménagée, disons humanisée, vu la rareté des vocations dûe au déséquilibre de la société actuelle . D'où vient la crise de l'Eglise, si ce n'est aussi de ce déséquilibre moral et religieux que l'on constate dans tous les milieux aujourd'hui. L'excès n'est pas  bénédictin. Comme on ne se fait pas moine pour fuir le monde ou pour simplement la liturgie. On ne rentre pas dans un couvent parce qu'il y a une messe à l'ancienne. C'est un des motifs qui peuvent conduire à y être candidat, mais pas un motif premier pour être moine.

 La messe n'est qu'un moyen pour arriver à Dieu. En raison de cette mauvaise finalité il y a eu des échecs. Et l'on constate avec joie de la persévérance des nouveaux qui viennent de milieux différents et où l'éducation n'a pas été que doctrinale.


L'excès de religieux fait des déséquilibrés. La juste mesure, le juste milieu fait la vocation. A Fontgombault on a su maintenir cet équilibre qui fait l'harmonie.


L'époque de St Benoît n'est sans doute plus la même.

" De plus, saint Benoît savait que la vie monastique est la réserve de Dieu.

"Sans doute, les motifs spéciaux qu'on avait jadis de se montrer un peu austères n'existent plus aujourd'hui... l'expérience prouve que ces précautions ne sont point superflues, puisque bon nombre de ceux qu'on accueille n'aboutissent pas.
...
Mais enfin dans la vie bénédictine, on ne réclame guère de nous qu'une aptitude: la disposition intérieure à nous sanctifier. Et cette aptitude existe lorsqu'on est résolu à développer les énergies de son baptême.
C'est sur la volonté du candidat que doit s'exercer principalement la curiosité des supérieurs.

... On remarquera que ce n'est que graduellement, et par étapes, avec un lent et prudent progrès, que le candidat pénètre dans la famille bénédictine:

la porte, l'hôtellerie,, la cella moviliorum et enfin l'entrée in congregatione.


dom Delatte

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article