Ste Marie Madeleine

Publié le 20 Juillet 2009










"C'est vrai que l'originalité de la religion du Christ est d'être la religion de l'amour, c'est pourquoi elle est par excellence la bonne nouvelle, le salut accessible à tous. Quelle merveille, qu'il suffise d'aimer! On n'est jamais chrétien que dans la mesure où l'on aime, et non autrement. C'est vrai aussi que le Christ est personnellement au centre de cette religion de l'amour, " le seul éternellement aimé". Il est à la fois l'objet suprême et la source la plus haute de l'amour des hommes, pour lui et entre eux, parce qu'il est la pureté dont ils ont tous la nostalgie, et parce qu'il est la Sagesse, qui seule peut donner la paix. Il est le Roi du Cantique des Cantiques. Il est l'Epoux dans uin sens plénier, jamais entrevu jusqu'à lui - sinon par les prophètes d'Israël, mais qui l'annonçaient, lui, - il est l'Epoux de l'âme. Celui qui est l'époux peut, à ce titre, exiger la pureté, mais le Christ ne l'exige que parce qu'il la donne et qu'il pardonne les péchés. Il n'y a au monde de pureté que celle qui découle de lui et de son amour. ...

Voilà pourquoi le Roi du Cantique des Cantiques appelle sa bien-Aimée à la fois son épouse et sa soeur:. La Bien-Aimée est l'épouse du Roi parce qu'elle tient de lui la pureté, et elle est sa soeur parce que ce n'est que par ressemblance avec lui qu'elle est belle, sa Sagesse est de lui ressembler comme une soeur à son frère.

Marie-Madeleine est désormais la Bien-Aimée du Cantique, épouse du Roi par sa pureté, sa soeur par la Sagesse. Mais elle n'est l'une et l'autre que parce qu'elle aime et qu'elle est aimée...


R.P. Bruckberger
Marie-Madeleine.











"Ah! oui, elle avait bien fait de répandre le précieux parfum, celui qu'on ne réserve qu'à Dieu, et c'était un blasphème d'en faire hommage aux hommes. Elle avait fait de son mieux, c'est vrai. Parce qu'elle ne pouvait pas lui donner à la fois tous les trésors de la terre et du ciel, elle avait répandu en son honneur ce qu'elle avait de plus précieux, le sacrant Roi de son coeur, Prince de son amour pour le temps et l'éternité.

Et le parfum s'était répandu dans toute la maison, il y flotterait encore pendant des jours. Quand on entrait on en était comme étourdi.

Comme le Roi fait monter son Epouse sur le trône de sa gloire et l'associe à son règne, il lui avait promis qu'elle serait Reine, partout où il serait Roi, qu'on parlerait d'elle partout et toujours, à travers le monde et les siècles.

Comme Socrate, mieux que Socrate, avait lié sa sagesse à celle de Diotime, dans le Banquet, le Christ avait lié son Evangile au nom et à la gloire de Marie-Madeleine.

Faut-il qu'il ait aimé cette femme; elle serait la Reine des Prêcheurs et de la prédication."

r.l Bruckberger
O.P.

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article