Marie.

Publié le 21 Juillet 2009



"Un jour donc les Juifs saisirent toute la famille de Béthanie et l'embarquèrent sur un bateau sans voiles ni gouvernail, au gré des vents et des flots. La main de Dieu mena miraculeusement l'embarcation jusqu'aux côtes de Provence dans les Gaules. Lazare fonda l'Eglise de Marseille, Maximin l'Eglise d'Aix, Marthe vécut sur les bords du Rhône et Marie-Madeleine acheva sa vie dans la solitude de la sainte Baume.

De la grotte, le paysage est admirable. C'est un des lieux les plus beaux du monde et, quand le soir descend sur la forêt et sur la plaine lointaine, la lumière est si douce, si sereine, si légère, qu'on dirait un autre monde, un Purgatoire, d'où les âmes montent naturellement vers le ciel, par une pesanteur renversée.

Il est dit que, sept fois le jour, les Anges, qui furent les compagnons fidèles de la Madeleine, la portaient au sommet de la montagne pour y prier. Au loin le fleuve faisait flamber la mer et elle pouvait voir les Iles d'Or baigner dans ce lac de lumière.

Au dernier jour de sa vie terrestre, elle descendit vers la plaine. Maximin vint à sa rencontre sur le chemin et lui donna le Corps du Christ dans l'Eucharistie. Il reçut le dernier soupir de la Bien-Aimée du Cantique. L'âme de Marie-Madeleine s'envola au Paradis de son Seigneur. Son corps attend sa resurrection glorieuse dans la crypte de l'église qui porte aujourd'hui le nom de Saint Maximin.



R.P. Bruckberger.

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article