Assume Pennas, o Comba formosissima.

Publié le 13 Août 2009






" Prenez votre vol, ô la plus belle des colombes ."


En quoi consiste cette Assomption de Marie qui fait la joie des Anges? Qu'entend la Sainte Eglise lorsqu'elle parle de l'Assomption de Notre-Dame, et quel est le lien de ce mystère avec les autres privilèges de Marie? Cette Assomption a-t-elle impliqué la mort corporelle de Notre-Dame? Quels sont enfin, pour la Sainte Eglise et pour chacun de nous, les fruits du mystère de l'Assomption de Marie?

Pour savoir exactement ce qu'est l'Assomption de Marie, il suffit de relire les paroles par lesquelles le 1er novembre 1950 le Pape Pie XII définissait ce dogme en disant:"

Par l'autorité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, des bienheureux Apôtres Pierre et Paul et par la Nôtre, Nous proclamons, déclarons et définissons que c'est un dogme divinement révélé que Marie, l'Immaculée Mère de Dieu toujours Vierge, à la fin du cours de sa vie terrestre, a été élevée en âme et en corps à la gloire céleste.

C'est pourquoi, si quelqu'un - ce qu'à Dieu ne plaise - osait volontairement nier ou mettre en doute ce que nous avons défini, qu'il sache qu'il a fait complètement défection dans la foi divine et catholique."

Ainsi fût solennellement défini et proclamé le dogme de l'Assomption de Marie, Vérité contenue depuis le temps des saints Apôtres dans le trésor de la révélation chrétienne. Des témoignages, des indices, des traces multiples de la foi commune de l'Eglise sur ce point se rencontrent au cours des siècles, depuis l'antiquité, et cette même foi s'est manifestée dans une lumière plus vive de jour en jour avant que Pie XII ne la sanctionne par un acte de son magistère extra-ordinaire et infaillible, nous affirmant que ce qui sera l'état de tous les élus après la fin de ce monde et la résurrection générale est l'état de Marie depuis qu'a pris fin le cours de sa vie terrestre.

Soulignant le lien qui existe entre l'Assomption de la Sainte Vierge et son Immaculée Conception, Pie XII l'expliquait ainsi:" Par sa propre mort, le Christ a vaincu le péché et la mort, et celui qui est surnaturellement régénéré par le baptême triomphe, par le même Christ, du péché et de la mort.  Toutefois, en vertu d'une loi générale, Dieu ne veut pas accorder aux justes le plein effet de la victoire sur la mort, sinon quand viendra la fin des temps. C'est pourquoi les corps mêmes des justes sont dissous après la mort, et ne seront réunis, chacun à sa propre âme glorieuse, qu' à la fin du monde. Cependant, Dieu a voulu exempter de cette loi universelle la bienheureuse Vierge Marie. Grâce à un privilège spécial, la Vierge Marie a vaincu le péché par son Immaculée Conception, et de ce fait, elle n'a pas été sujettie à la loi de demeurer dans la corruption du tombeau, et elle ne dut pas, non plus, attendre jusqu'à la fin du monde la rédemption des corps.

Mais n'oublions pas que c'est la Maternité divine qui fonde tous les privilèges de Marie, son Assomption comme son Immaculée Conception. C'est pourquoi saint Robert Bellarmin s'écriait:" Qui pourrait croire, je vous prie, que l'arche de la Sainteté, la demeure du Verbe, le temple de l'Esprit-Saint se soit écroulé? Mon âme répugne franchement même à penser que cette chair virginale qui a engendré Dieu, lui a donné le jour, l'a allaité, l'a porté, soit tombée en cendres ou ait été livrée à la pâture des vers."

De sa Maternité divine découle la parfaite Virginité de Marie, nouveau titre pour elle à être préservée de la corruption. "Comment concevoir, demande un théologien, que la même puissance et le même amour qui furent si jaloux de conserver l'intégrité de la divine Mère avant l'enfantement, dans l'enfantement, après l'enfantement, se soient oubliés jusqu'à la laisser devenir un amas de pourriture? Ne serait-ce pas se démentir soi-même et briser son premier dessein? "

Comme Mère du Christ encore, la sainte Vierge nouvelle Eve auprès du nouvel Adam, a été unie à celui-ci dans son oeuvre rédemptrice et dans sa victoire sur la mort; et il est normal qu'elle partage son sort au ciel, où elle a été élevée dans son corps et dans son âme, et où Reine, elle resplendit à la droite de son Fils, le Roi immortel des siècles.

Mais Marie avant d'entrer en corps et en âme dans la gloire du Ciel, est-elle passée par la mort et a-t-elle été ressuscitée, ou non?

En définissant l'Assomption de Marie, Pie XII n'a pas défini que la Vierge était morte. Pourtant dans la Bulle qui contient la définition de l'Assomption, Pie XII cite une célèbre prière contenue dans un livre liturgique envoyé par le Pape Adrien 1er à  l'empereur Charlemagne, et qui dit:" Vénérable est pour nous, Seigneur la fête de ce jour, en lequel la Sainte Mère de Dieu subit la mort temporelle, mais cependant ne put être humiliée par les liens de la mort, elle qui engendra de sa chair votre Fils, Notre-Seigneur."

Et le savant et pieux Cardinal Baronius qui vécut au XVIème siècle, pouvait écrire:

" L'Eglise catholique n'admet aucun doute sur la mort de la Mère de Dieu; sachant qu'elle avait la nature humaine, elle affirme qu'elle a dubi pareillement la nécessité de mourir, propre à la nature humaine". Citons encore ces paroles de Pie XI:"
Par une prière assidue, faisons de Marie notre médiatrice quotidienne et notre avocate. Et ainsi nous pourrons espérer qu'elle-même, élevée à la gloire du ciel, à l'heure de notre trépas qui fut aussi le sien - car elle aussi fit ce "pas" ayant en elle non pas la grâce de la création, mais  la grâce de la Rédemption qui ne conférait pas l'immortalité corporelle au sens précis du terme, - nous pourrons espérer qu'elle sera notre avocate près de la Bonté et de la Miséricorde divines.

Marie appartient en effet à l'ordre de l'Incarnation rédemptrice, et la mort convenait à sa Maternité divine et à sa maternité de grâce à notre égard. "Dieu voulait, dit saint Alphonse de Liguori, que Marie fût de tout point semblable à Jésus; et comme le Fils était mort, il était convenable que la Mère mourût aussi. En outre, Dieu voulait que la Sainte Vierge mourût, mais d'une mort heureuse et pleine de douceur, afin de donner en elle aux justes une idée de la mort précieuse qui leur est réservée."

"Dieu voulait que la Sainte Vierge mourût, mais d'une mort heureuse et pleine de douceur", que les Pères ont appelée un doux sommeil, une Dormition. Cette mort fut réelle, mais ce fut une mort d'amour, une mort qui n'eut pour cause prochaine que l'amour de Marie pour Dieu, comme l'ont affirmé saint François de Sales, Bossuet et saint Alphonse de Liguori..


La Sainte Vierge est morte, la Sainte Vierge est ressuscitée, la Sainte Vierge a été élevée en corps et en âme à la gloire du Ciel où elle siège à la droite de son Fils. De l'Assomption de Notre-Dame découlent pour nous des fruits abondants de grâce.

Tout en dépendance du mystère du Christ le mystère de Marie s'inscrit en toutes choses comme un prolongement du mystère du Christ, dont il est comme une réplique. La Sainte Mère de Dieu, unie de toute éternité à Jésus-Christ, d'une manière mystérieuse par "un même et unique décret" de prédestination, a été et demeure l'associée de son Fils dans chacun des mystères de l'Incarnation Rédemptrice. Et l'Assomption de Marie répond à l'Ascension de Jésus.


En montant au Ciel, Notre-Seigneur nous a préparé la voie pour que nous y montions aussi.

Elevée au Ciel, dont elle est la porte, Marie ne nous a-t-elle pas ouvert plus largement le chemin de l'éternité bienheureuse? Au Ciel, Jésus intercède pour nous; Marie aussi. Du Ciel, Jésus nous envoie des biens divins; Marie, médiatrice de toutes grâces, en est aussi après son Fils et en dépendance de Lui, distributrice.

"Il serait impossible, affirme Léon XIII, de dire tout ce que Marie a ajouté d'étendue et d'efficacité à (son action secourable) lorsqu'elle a été élevée, auprès de son Fils à ce faîte de la gloire céleste qui convenait à sa dignité et à l'éclat de ses mérites. Car de là, selon les desseins de Dieu, elle a commencé à veiller sur l'Eglise, à nous assister et à nous protéger comme une Mère, de sorte qu'après avoir été coopératrice de la Rédemption humaine, elle est devenue aussi, par le pouvoir presque illimité qui lui a été accordé, la dispensatrice de la grâce qui découle de cette Rédemption pour tous les temps."


Dom Roy,
Fontgombault

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article