3ème dim. de carême. Jésus chasse un démon.

Publié le 6 Mars 2010


ispazintis-copie-1.jpg
"Oculi mei semper ad Dominum"

introït

Quels sont les signes auxquels on reconnait que le démon est expulsé?


L'Evangéliste semble l'indiquer en peu de mots, quand il ajoute:" Et lorsqu'il eut chassé le démon, le muet parla."

Non seulement il parla, mais il recouvra encore la faculté de voir et d'entendre. Le recouvrement des sens fut donc la preuve de l'expulsion du démon. Mais il faut savoir aussi que le démon ne peut être chassé de l'âme à moins que Dieu n'y rentre. Comme le lever du soleil dissipe les ténèbres, et fait le jour même de l'entrée de Dieu dans l'âme de l'homme chasse les ténèbres du péché, et le prince des ténèbres. Délivré du démon, qui l'avait rendu et aveugle, et sourd, et muet, aussitôt l'homme voit, entend, et parle. D'ailleurs, Dieu arrivant, il faut d'abord que tous les péchés disparaissent avec le démon, auteur du péché. Car Dieu est un feu consummant; il consumme tout ce qui lui est contraire, et rien ne lui fait opposition que le péché. Ainsi, de même que l'éclat du jour dissipe l'horreur des ténèbres, de même l'auteur de l'innocence bannit de son temple tous les péchés mortels. Car "la sainteté est l'ornement de sa maison dans la suite des siècles." ps.XCII,5

Ensuite il faut que celui qui précédemment était aveugle, voie clair.

Car, point de justification pour l'homme, sans la haine du péché et sans l'amour de Dieu: en sorte que celui qui autrefois négligeait Dieu, et aimait le péché plus que Dieu, doit maintenant, tout au contraire, aimer Dieu par-dessus tout, et détester le péché plus que tout le reste. Maintenant comment pourrait se faire un tel changement de la volonté humaine, si la lumière de l'entendement ne changeait pas aussi? C'est-à-dire, s'il n'était bien éclairé de la lumière divine qu'il vît nettement que le péché mérite toute haine, et que Dieu mérite d'être aimé par-dessus tout? Autrement, si l'entendement conservait ses anciennes idées, la volonté conserverait ses anciennes affections.
Il est donc nécessaire que l'âme, éclairée des rayons de la lumière supérieure, voie d'un oeil spirituel la difformité du péché, et la beauté de Dieu, afin de haïr l'une et d'être transporté d'amour pour l'autre.

Il faut encore que celui qui a recouvré la faculté de voir, entende;

c'est-à-dire, qu'il perçoive, par l'oreille du coeur, la parole de Dieu, comme l'explique le Seigneur dans notre Evangile même:" Heureux qui entend la parole de Dieu, et qui la garde." Ainsi écoutait ce saint Prophète, qui disait:" Le Seigneur mon Dieu m'a ouvert l'oreille, et je n'ai point contredit; je ne me suis point retiré en arrière. J'ai abandonné mon corps à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui les arrachaient." Isa. L,5

Ainsi devons-nous écouter, selon l'apôtre saint Jacques, qui dit: " Observez cette parole, et ne vous contentez pas de l'écouter, en vous séduisant vous-mêmes. Car celui qui écoute la parole, et ne l'observe point, est semblable à un homme qui regarde son visage naturel dans un miroir. Il se regarde, puis il s'en va, ayant oublié quel il était." JacI,22 et seq.
C'est-à-dire, de même qu'il ne sert à rien de voir sa figure dans un miroir, si on ne la nettoie pas; de même il ne sert à rien de voir les souillures de son âme dans le miroir de la parole divine, si on ne prend soin de les faire disparaître, et de régler sa vie sur la sainte doctrine. Car il faut se pénétrer des paroles de l'Apôtre:" Ce ne sont pas ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu; mais ce sont ceux qui pratiquent la loi qui seront justifiés. Rom II,13. Quiconque est délivré du démon doit écouter ainsi la parole sacrée.

Les oreilles ouvertes et libres, reste à délier la langue, et à faire parler le muet.
Quoi donc? est-ce qu'ils ne parlent pas ceux qui sont dans le péché?
- Non certes, ils ne parlent pas à Dieu, quoiqu'ils parlent aux hommes. Que ce muet parle donc dans la confession, dans la prière, et dans l'action de grâces. Ce sont là trois manifestations de la parole les plus agréables à Dieu. Que cette bouche qui naguère s'ouvrait au mensonge, au parjure, à la médisance, à la raillerie, aux imprécations, à la flatterie, aux turpitudes, désormais muette et sans langue pour de telles choses, ne s'ouvre plus que pour le langage spirituel et divin, suivant le conseil de l'Apôtre:" Si quelqu'un parle, qu'il paraisse que Dieu parle par sa bouche." 1Petr. IV 11

A ces indices, nous pourrons frères, juger en ce saint temps, du fruit de notre confession et de notre pénitence.

Louis de Grenade.

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article