8ème dimanche après la Pentecôte. "rends compte de ta gestion."

Publié le 2 Août 2014

http://www.artbible.org/images/gallery/330_b.jpg

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/92/Rembrandt_-_Der_reiche_Narr.jpg

 

 

http://www.promattex.com/images/grand/inventaire.jpg

 

http://newchristianbiblestudy.org/bundles/ncbsw/img/370/Reymerswaele_Two_tax_collectors.jpg

 

 

 

"Quantum debes domino meo? At ille dixit: centum cados olei. Dixitque illi: Accipe cautionem tuam: et sede cito, scribe quinquaginta;"

 

 

 


 

 

 

l'intendant infidèle.

 

Le Christ loue l'intendant infidèle non pas de sa fraude, mais de sa prudence et de l'activité qu'il met à assurer son avenir terrestre. Cette activité des enfants du monde (l'intendant infidlèle est le type des enfants du monde) dans leurs plans terrestres doit nous servir de modèle quand il s'agit pour nous d'atteindre notre fin éternelle. Nous portons en nous des forces puissantes que nous devons employer pour l'éternité. Imitons la prudence des enfants du sicèle.

 

   Ombres de la vérité, similitudes, comme le dit st Jérôme, les paraboles permettent à notre foi d'apercevoir les mystères du Royaume, de déchiffrer l'histoire du Salut. Pour un grand nombre des Pères, l'intendant ici mis en scène est l'image de l'homme soucieux d'assurer son salut, donc l'image du chrétien à qui ils s'adressent.

 

   Les Pères grecs fondent leurs premières explications sur l'étymologie d'oikonomos, régisseur d'une maison. L'oikonomos est figure de l'homme qui, dépositaire de la volonté divine, gère à titre transitoire un monde qui ne lui appartient pas; "Nous ne sommes pas dans notre propre maison: nous sommes des émigrés, des étrangers, des exilés, susceptibles d'être chassés quand nous ne le voulons pas, quand nous ne nous y attendons pas. Nous serons dépouillés de nos biens quand il plaira au Seigneur."

 

   "Le gérant c'est chaque chrétien qui, lors de son baptême, a reçu la gérance de lui-même et de son prochain. En effet, chaque chrétien vit non pas pour lui-même, mais pour son prochain; il n'aura pas à rendre compte seulement pour son âme, mais aussi pour l'âme de celui avec qui il vit en cette vie..."

 

   En se déclarant incapable de bêcher dorénavant, l'intendant montre qu'après la mort, il ne sera plus temps pour l'homme de travailler aux oeuvres qui pourraient faciliter son salut.

 

   La formule j'ai honte de mendier est le plus souvent commentée sans souci du contexte. Elle est l'occasion de réflexions sur la honte qu'il y a à mendier. En effet, mendier, c'est proclamer qu'on est pauvre.. donc qu'on a été paresseux, comme l'explique Bède en s'appuyant sur un des Proverbes de Salomon:" Il est bien misérable et malheureux celui qui, une fois refermée la main de la miséricorde divine, en est réduit à demander." Cette mendicité est tout à fait méprisable, comme le dit Salomon:" A cause du froid, le paresseux n'a pas voulu labourer; il mendiera donc en été, et on ne lui donnera pas. "(Pro. 20,4)

 

   " Il y a une bonne mendicité et il y en a une mauvaise. La bonne se passe ici-bas, en effet, nous avons raison de mendier auprès des docteurs la sagesse et la science, de mendier auprès des saints, dans des prières litaniques, pour qu'ils intercèdent en notre faveur. C'est dans l'autre monde qu'il sera honteux de mendier...."

 

" Aujourd'hui si vous entendez sa voix.." règle de st Benoît

 

" Il l'appela: c'est chaque jour que le Seigneur nous appelle: Venez, fils, écoutez moi..(Ps. 34.12) Venez à moi, vous qui souffrez (Matth, 11,28). Chaque jour il nous parle, il parle par les prophètes, il parle par les apôtres, il parle lui-même dans l'Evangile, il parle par les docteurs, il parle à notre conscience.

 

Qu'est ce que j'entends dire de toi? Il s'en prend à ceux qui pensent mal, à ceux qui agissent mal, à ceux qui vivent mal."

 

" Rends compte: cela signife fais ton compte, recueille ce qui est à toi, pour ne pas rendre ce qui est à moi: tu recueilleras, si tu t'arrêtes maintenant de dissiper. Les premières dettes, c'est moi qui m'en suis chargé, quand je me suis chargé de toi; je les ai remises quand je t'ai absous; moi, ton défenseur, je me suis levé à ta place, toi qui étais un défenseur,; moi, le juge, je suis venu en jugement; je suis devenu l'accusé de mon accusation, j'ai été condamné par les coupables. Je n'ai pas cherché à échapper à la sentence rendue par les  condamnés; maître de la mort, je me suis soumis à la mort: je suis entré aux enfers, moi le destructeur de la mort; je voulais grâce à tout cela, non seulement te soustraire à ton châtiment, mais te faire participer à ma dignité. Alors, toi, fais en sorte que toi, qui n'a pas été chassé pendant le temps de la gestion, tu ne sois pas prisonnier de l'éternité de ma condamnation."

 

St Jean Chrysostome

 

Dès lors, mon très cher ami, imitons la prudence de cet intendnat et non sa perfidie. Rivalisons avec son habileté, mais ne suivons pas sa méchanceté. Autant celui-ci se montre habile à faire le mal dans son entreprise d'iniquité, autant nous devons être solides, grâce à des méditations salutaires, forts d'une prudence totale, véritablement armés, équipés de la cuirasse de la foi et du casque du salut (cf. I Thess. 5, 8), de l'épée de l'esprit (Sag. 5.21), du bouclier invincible de la justice, de façon à pouvoir, comme dit l'Apôtre, éteindre tous les traits enflammés du Mauvais. (Ephes. 6,17)

 

" Les esprits immondes, que le Seigneur appelle fils du siècle, c'est-à-dire fils des ténèbres, se montrent parfois plus avisés que les fils de lumière que Dieu, qui est lumière, daigne appeler à être ses fils d'adoptionn après les avoir fait renaître par le sacrement du céleste baptême."

 

Cette parabole constitue une invitation à "assurer son salut" par une lutte de tous les instants contre le mal et le Malin.

 

" Le nombre 100, dit st Anselme, représente la perfection; les mesures, la quantité des péchés; quant à l'huile, c'est la satisfaction des pécheurs qui se complaisent dans leur péché ou leur complaisance quand ils encouragent les autres pécheurs par leurs compliments... c'est pourquoi le premier débiteur, en confessant ses fautes, atteste qu'il doit cent mesures d'huile, car il comprend que l'attitude par laquelle il se complaisait dans ses vices et encourageait ceux des autres représente une très grande quantité de péchés. C'est pourquoi l'intendant lui ordonne de prendre sa caution, c'est-à-dire de retenir et de réfréner avec précaution l'impulsion de ses fautes antérieures, puis de s'asseoir, c'est-à-dire de s'humilier et de faire pénitence. Car le mot cautio désigne la forme, l'empreinte et le nombre des oeuvres, cela apparait de manière figurée dans les tentures que Salomon, dit-on installa dans le temple. Et le fait de s'asseoir indique une attitude d'humilité; ce débiteur reçoit donc l'ordre de s'asseoir, afin qu'il s'humilie par la pénitence. Et, parce qu'on ne sait à quelle heure la mort viendra, il lui est ordonné de le faire tout de suite, pendant qu'il le peut encore....

 

On lui commande enfin d'écrire, c'est-à-dire d'inscrire, par ses oeuvres, le nombre 50, c'est-à-dire celui de la Pénitence.

 

"Quant aux cent mesures de blé, dont le second se déclare débiteur, elles représentent la perfection de la justice et des autres vertus qui lui ont été données."

 

fils de ce siècle, Fils de lumière:

 

" On appelle fis du siècle, ceux qui vivent dans le siècle; quant aux fis de lumière, ce sont les justes. Mais il existe des justes qui, même s'ils vivent selon la justice et s'abstiennent de ce qui est défendu, n'accomplissent jamais de grands actes de bonté; et il y en a d'autres qui ont d'abord vécu en fils du siècle, voire en criminels, mais qui sont ensuite rentrés en eux-mêmes et ont constaté qu'ils s'étaient conduits de manière illicite: leur douleur les a tellement marqués qu'ils brûlent d'amour pour Dieu, s'exercent à la pratique des grandes vertus, affrontent toutes les difficultés du combat, pour la sainteté et abandonnent toutes les séductions du monde. Brûlés de désir, ils aspirent à la céleste patrie. Et voyant qu'ils s'étaient éloignés de Dieu, ils essaient de compenser leurs fautes passées par leurs mérites présents. Ces gens-là donc, dans leur génération, c'est-à-dire où ils vivent actuellement, sont plus avisés que les fils de lumière qui ne se sont jamais écartés de la lumière mais ne pratiquent qu'avec retenue les oeuvres de lumière et ne s'essoufflent pas jusqu'à l'asphyxie pour parvenir à la lumière éternelle."

 

St Anselme

 


 

 

études augustiniennes. Paul Monat

 


 


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article