au 13 ème de Pentecôte.

Publié le 17 Août 2013

http://www.losprimeros.tv/uploads/2012/10/4/68359_lepra.jpg

 

 

" les neuf autres, où sont-ils". lc 17,17

 

 

 

Seul le Samaritain abandonné, le gentil, disposé par sa longue misère à l'humilité qui rend au pécheur la simplicité du regard de l'âme,

reconnaît Dieu à ses œuvres et lui rend grâces pour ses bienfaits.

 

Que de siècles d'abandon apparent, d'humiliation et de souffrance, devront passer sur Juda à son tour, pour qu'enfin, reconnaissant lui-même son Dieu et son Roi dans l'adoration, le repentir et l'amour, il entende comme cet étranger tomber de la bouche du Christ les paroles de pardon : Lève-toi et va, ta foi t’a sauvé !

 

dom Guéranger.

 

 

 

"Dans notre langue française, la signification du mot « reconnaissance » est fort belle et très expressive. Chez nous, remercier, rendre grâce, c’est reconnaître. Il y a là un travail d’idées vraiment très beau. " On reconnaît ", c’est plus vaste que la simple gratitude. On reconnaît non seulement l’acte bienveillant, mais le sentiment dont il procède, et de plus la qualité du bienfaiteur, la supériorité de la personne qui a bien voulu faire acte pour nous. La reconnaissance, c’est le sentiment qui affecte le cœur en face de la qualité de la personne bienfaisante, en face des aspirations qui ont dicté le bienfait ; c’est le sentiment, et de la distance entre le donateur et celui qui reçoit, et de la bonté de celui qui donne et de la valeur du don. Notre mot français dit tout cela. " C’est l’acte de l’intelligence mis à la base des sentiments du cœur."


 P. Clerissac.

 

"Très doux Jésus, vous avez répandu sur les hommes les bienfaits de votre charité, et leur ingratitude n'y répond que par l'oubli et le délaissement. Nous voulons réparer leur coupable indifférence. Nous vous promettons de tout notre coeur, de faire tous nos efforts pour amener le plus d'âmes possibles à votre coeur, source d'amour et de bonté."

 

acte de réparation au Sacré-Coeur.

 

 

"L'un d'entre eux, voyant qu'il avait été guéri, revint sur ses pas en glorifiant Dieu à haute voix et se jeta aux pieds de Jésus, le visage contre terre, en le remerciant. Or c'était un Samaritain." Lc 17 15-16

 

 

 

Seigneur, pardonnez-nous! Nous sommes des hommes actifs, non des âmes reconnaissantes. Nous ne prenons pas le temps de revenir vers vous, de rentrer en nous-mêmes, de nous approcher de vous en renouvelant notre foi et notre confiance, de vous glorifier pour la toute-puissance de votre amour. Piètres contemolatifs, nous attendons tout de votre action, de nos initiatives personnelles dont nous nous glorifions, nous n'avons pas de temps à vous consacrer, nous ne retournons pas vers vous, source de tout bien, "qui opérez en nous le vouloir et l'opération même. Phil. 2,13

 

 

"La foi de l’unique lépreux qui - se voyant guéri, plein de surprise et de joie - revient immédiatement à Jésus, à la différence des autres, pour manifester sa reconnaissance, nous permet de percevoir que la santé recouvrée est le signe de quelque chose de plus précieux que la simple guérison physique ; elle est le signe du salut que Dieu nous donne dans le Christ. Ceci s’exprime dans les paroles de Jésus : ta foi t’a sauvé.

 

Celui qui invoque le Seigneur dans la souffrance et la maladie est sûr que Son amour ne l’abandonne jamais, et que l’amour de l’Église, qui prolonge dans le temps Son œuvre de Salut, ne lui manquera jamais. La guérison physique, expression d’un salut plus profond, révèle ainsi l’importance que l’homme a aux yeux du Seigneur, dans la totalité de son âme et de son corps. Du reste, chaque sacrement exprime et réalise la proximité de Dieu lui-même, qui, d’une façon absolument gratuite, « nous touche au moyen des réalités matérielles…, en en faisant des instruments de la rencontre entre nous et Lui-même »

 

« L’unité entre création et rédemption est ainsi rendue visible. Les sacrements sont l’expression du caractère corporel de notre foi, qui embrasse la personne tout entière dans son corps et dans son âme »

 

Benoît XVI


 

 

http://2.bp.blogspot.com/-m6JRX6hk3pA/UC5_lcaB7II/AAAAAAAADnQ/fdxb4C1wO40/s400/Gerbrand-van-den-Eeckhout_%255B1%255D.gif

 

 

"Elle entra, tomba à ses pieds et se prosterna à terre, puis elle prit son fils et sortit."

 

II Rois 4,37

 

Seigneur, vous me comblez aussi de vos dons et de vos miséricordes. Je veux vous remercier de votre puissance en vous adorant, je veux vous rendre grâce par l'holocauste de mon amour et par une vie consacrée tout entière à votre service.

 

 

 

" les neuf autres, où sont-ils". lc 17,17

 

 

 


 

 

464_n.jpg

 

 

à la maison Mère, avec les 60 autres  ... avant d'aller à Glasgow !

 

 

 


 

 

 


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article