ave Maria.

Publié le 22 Novembre 2013

http://webcatolicodejavier.org/inmaculada2.jpg

 

 

Le buisson ardent de Moïse inondé de la gloire de Dieu et conservant au milieu des flammes l'humidité de sa sève, la fraicheur de sa verdure, le parfum de ses fleurs; 1 Exod, cap. III  n'est-ce pas Marie épousée par le Dieu d'amour, véritablement mère du Verbe fait chair, et conservant dans l'honneur de la maternité la sève, la fraîcheur, le parfum de sa virginité?

 

La verge d'Aaron fleurissant dans les solitudes du tabernacle; n'est-ce pas Marie qui au moment où les mères d'Israël espèrent donner le jour au Messie, semble renoncer à cette gloire insigne, et qui, pourtant dans le silence de la retraite, engendre la fleur prophétisée?

 

L'arche d'alliance où se conservent, près des tables de la loi, les souvenirs de Jéhovalh; n'est-ce pas Marie, tabernacle de la loi vivante, sanctuaire vénérable du plus grand des bienfaits, l'incarnation?

 

Et cette courageuse Déborah, cette fière Judith qui combattent pour le peuple de Dieu, cette belle et timide Esther qui fléchit la colère d'un roi jaloux de sa gloire, et ouvre aux enfants de Jacob le chemin de la patrie; n'est-ce pas la Vierge puissante à laquelle l'humanité régénérée doit dire un jour: Secours des chrétiens, porte du ciel, priez pour nous?

 

Préparée, comme son fils, par les figures, Marie prend place auprès de lui dans les prophéties. Dieu la montre à nos premiers parents alors que, navrés de leur malheur, ils cherchent un point d'appui pour leur espérance.

 

C'est sur cette seconde Eve et sur son fruit béni que le serpent concentre toute sa haine, c'est elle qui doit lui écraser la tête: Et ipsa conteret caput tuum . Genes. cap III, 15

 

Elle est encore enveloppée de l'ombre des temps, mais peu à peu la lumière se fait autour d'elle. David entrevoit sa beauté, et de sa langue prophétique, plus rapide que la plume d'un scribe qui se presse, il salue avec les charmes triomphants du Roi des rois la majesté de la reine qu'il voit assise à ses côtés. " Ecoute, fille du Très-Haut, lui dit-il, écoute, oublie ton peuple et la maison de ton père; le roi convoite ta beauté, et ce roi c'est ton Dieu, celui que tout le monde adorera; et toi, tu verras les filles de Tyr t'apporter des présents, et les peuples puissants s'incliner en priant devant ta face." (Psalm. XLIV)

 

 

DSCF1352.JPG

 

Un jour, après que vous aurez ouvert les portes du ciel, vous vous pencherez sur cette triste terre et vous direz à la Vierge exilée:"

 

L'hiver de la douleur a passé, la pluie des tribulations ne tombe plus, les nuages de l'épreuve se dissipent, voici l'éternel printemps. Lève-toi, ma bien-aimée, et viens, viens, tu seras couronnée. Jam hiems transiit, imber abiit, et recessit; surge, amica mea, et veni... veni, coronaberis.

 

De sa tombe, vierge de corruption, la bien-aimée s'envolera vers les cieux. Vous viendrez au-devant d'elle, vous la prendrez par la main pour la conduire au trône de sa gloire.

 

En traversant les hiérarchies célestes vous leur donnerez ce commandement; Anges, prosternez-vous; voici votre Reine.

 

 

 


Rédigé par R.P Monsabré OP

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article