témoignage .. merci !

Publié le 18 Juin 2012

 

http://img.over-blog.com/300x196/1/10/86/49/le-petit-placide/2011/petit-placide-2/placide/placide-1982.jpg

 

 

"Je partage tous les propos fort justes écrits auparavant..,ah! ce sourire, j'ai cru comme vous que le pire était passé ...,mais il avait franchi le premier pas vers la VRAIE VIE.... Ce cher père nous manque déjà,je l'aimais aussi profondément, et je le pleure ...il était une figure de l'abbaye et mon attachement à l'ordre bénédictin en grande partie je le lui dois.. :)


  tant de moments partagés, et cette attention à chacun comme si chaque personne venue à lui était la seule qui existât !!! " 

 

 

moi aussi j'aurai tendance à me l'approprier; que son frère, sa famille naturelle et bénédictine me pardonnent ! ... ça doit être général ! la sobriété dans ce domaine n'est pas facile..éviter d'étaler trop ses intimités. ..   )

 

"merci mon Dieu de nous l'avoir donné!! le père abbé m'a dit qu'il serait plus efficace de là-haut...je le prie déjà.Il désirait le Ciel,le voici comblé..."

 

 

-  merci ! ... plus efficace, oui tout est relatif. on dit toujours cela quand les gens sont partis. On est toujours plus efficace quand on est mort. Le rôle du père hôtelier c'est un des  points central  d'une abbaye. 

 

 


on est tous très efficaces quand on n'est plus de ce monde.... moi j'ai l'impression de vivre un mauvais rêve, mais chaque jour me rappelle la réalité...En famille comme en communauté d'ailleurs,  vous avez plus de facilité à vivre tout cela, à vous soutenir,  à vous prendre en mains, à réagir, à prendre du recul.

Seul c'est pas évident. On tourne autour de soi surtout quand on a plus  personne pour vous soutenir spirituellement. Et le désert spirituel est quand même rude. Parfois pas même une goutte d'eau à boire de gentillesse, d'attention, de délicatesse..

 

Oh oui il sera efficace comme il l'a été ici-bas.  ... Plus ? non tout autant ... il y aura intérêt à prendre rendez-vous si ça se passe là-haut comme ici-bas !  les anciens d'abord non mais  et les rendez-vous loupés.. il faut rattrapper !  Il va en avoir du boulot !  Pauvre père Henry même là-haut il sera encore et toujours sollicité . 


 

 Toujours pareil la grâce ne détruit pas la nature .

 

 

 

. "comme si chaque personne venue à lui était la seule qui existât !"

 

 

 

« On recevra comme le Christ lui-même tous les hôtes qui surviendront. Car lui-même doit dire un jour : j'ai demandé l'hospitalité et vous m'avez reçu. » R.B. 53

 

 

C'est à  tout cela que je pense.. c'est son charisme que très peu peuvent prétendre avoir. Ce qui fait peut-être et  sans doute sa sainteté. Et votre témoignage n'est pas unique .

 

Oui chaque personne était unique à ses yeux ! 

 

C'est ce pourquoi j'ai du mal à me consoler. et que le chagrin est trop immense  comme pour vous tous  et que dans son chagrin on est malgré tout bien trop seul,  et que tout cela est loin d'être excessif. Tout en appartenant surtout à ses frères et à sa communauté, comme père hôtelier,  il était tout à chacun. Et jusqu'à la fin de sa vie il aura été père hôtelier, jusqu'au bout il n'a cessé de continuer avec tant de zèle sa charge malgré toutes ses autres obédiences même démuni de sa charge, même en clôture.

Il était aussi l'un des confesseurs attitrés de l'abbaye. Une charge quand même pas négligeable. 


D'écrire de lui (sic) qu'il faisait partie de" l'aile droite" de l'abbaye n'a vraiment aucun sens et aucun intérêt. La vie bénédictine ne rentre pas dans ces étroitesses d'esprit de commérages de bistrot du coin, dans ces considérations de bas étage .  

 

C'était un moine et un saint moine.  point. 


Ca ne s'apprend pas d'être père hôtelier. Ce n'est pas comme d'être organiste, menuisier, pâtissier; ou on en a les qualités humaines requises  ou on ne les a pas et le père Henry les incarnait  toutes.

 

Mais quand on allait à l'abbaye, qu'on essayait de le voir et qu'il n'y avait pas moyen, on voyait bien qu'on n'était pas tout seul à le réclamer et à l'attendre,  même comme oblat, nous n'êtions pas prioritaires pour autant.


Alors en repartant, l'amertume dans l'âme quand même,  on essayait au moins d'avoir sa bénédiction. 

 

:) oui je le pleure comme vous, à ce point là c'est la première fois que ça m'arrive de toute mon existence. Et chaque jour on revit tout cela, tout ce qu'on a pu y vivre dans ces murs d'une manière intense à ses côtés.... pas rien.

 

philippe

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article