de l'Assomption.

Publié le 16 Août 2013

http://www.arcadei.org/blog/files/asuncio0301n-de-la-virgen-mari0301a.jpg

 

 

 

" O vous notre avocate, tournez vers nous vos regards miséricordieux".

 

 

Par le dogme de l'Assomption, l'Eglise définit que Marie est entrée "en corps et en âme dans la gloire céleste, lorsqu'elle eut achevé le cours de sa vie terrestre.".

 

La Reine des Anges ne pouvait être soumise à la corruption, elle devait prendre place à la droite du Roi!

 

"Marie a été élevée aux cieux: le choeur des anges est dans la joie". alleluia de la Messe.

 

L'Assomption achève et couronne tous les autres privilèges de la Vierge, en particulier son immaculée conception et sa maternité divine. Elle marque l'accomplissement plénier de sa rédemption par le Christ. Cette rédemption achevée, nous l'attendons pour la fin des temps. Elle concerne tout l'homme, âme et corps.

 

Tous nous sommes appelés à être unis spirituellement et corporellement au Dieu-homme glorifié, Jésus-Christ, et par lui à la Trinité sainte.

 

"Il nous a ressuscités et fait asseoir aux cieux, dans le Christ Jésus."  saint Paul Eph. 2,6

 

Pour nous, c'est dans l'espérance; pour la Vierge, dans la réalité et la vérité.

 

 

" La mort, châtiment du péché,

a perdu sur vous son empire,

Vous montez avec votre corps

au ciel vers votre divin Fils.

Cette gloire si lumineuse

rejaillit sur l'humanité,

qui se voit en vous appelée

au plus degré de beauté.

Vers nous, ô Reine triomphante,

jetez les yeux, dans notre exil,

et que votre main maternelle

nous conduise au bonheur du ciel".

 

hymne des premières Vèpres.

 

 

AVE MARIA

 

 

+

 

 


 

 

 

Homélie prononcée

par le Très Révérend Père Dom Jean Pateau,

Abbé de Notre-Dame de Fontgombault

(Fontgombault, le 15 août 2013)


Hodie assumpta est Maria in cælum

“Aujourd’hui Marie a été élevée au Ciel.”

 


Chers Frères et Sœurs,

Mes très chers Fils et vous plus particulièrement qui fêtez en ce jour votre jubilé de profession religieuse,


Deux motifs président à notre joie. Tout d’abord, nous fêtons Marie qui, comme le Pape Pie XII l’a solennellement défini en 1950, après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, a été élevée aux Cieux avec son corps et son âme. Ce privilège est unique. Le saint pape a manifesté la richesse du dépôt de la foi en promulguant solennellement cette vérité que chaque chrétien est tenu, en conséquence, de croire, afin d’être en pleine communion avec l’Église et son enseignement.

 

Notre monastère, consacré à Notre Dame précisément sous le vocable de l’Assomption, donne à cette fête un éclat particulier, tout en ayant conscience d’honorer ainsi celle qui est la mère de tous les hommes.


Dans les premières années après la refondation de Fontgombault en 1948, l’affluence aux offices en de tels jours était moindre. Aussi de nombreux moines ont émis profession en cette fête. Aujourd’hui, et c’est notre deuxième motif d’action de grâces, nous fêtons le jubilé de profession de l’un d’entre eux. Ce jubilé est une action de grâces pour cinquante ans passés à la recherche de Dieu et à son service. C’est aussi, pour l’avenir, la volonté de réaffirmer les engagements, pris lors de la première profession monastique, de stabilité, de conversion des mœurs et d’obéissance, tels que les énumère saint Benoît. Ces engagements reviennent, selon une acception plus commune, à la pratique de la pauvreté, de la chasteté et de l’obéissance.


Quel lien établir entre la fête de l’Assomption et un jubilé de profession ? Un mot suffit : fidélité.

 

Fidélité de Marie, fidélité du moine et surtout, fidélité de Dieu.

 


La fidélité de Marie est résumée dans un mot de sa cousine Élisabeth : Marie est celle qui a cru.

 

C’est à travers ses réponses de foi aux appels du Seigneur que les grâces uniques dont la Mère de Dieu a été l’objet ont porté du fruit. Il ne faudrait pas imaginer Marie comme l’une des figurines d’une image d’Épinal. Certes, les épisodes, rapportés par l’Évangile, de l’Annonciation, de la Visitation, des noces de Cana ou du Calvaire, certes, les dogmes de la Maternité divine, de l’Immaculée Conception ou de l’Assomption, nous paraissent extraordinaires et pourraient ainsi tendre à l’éloigner de nous. La même réaction pourrait naître d’ailleurs de la lecture de la vie des saints. La sainteté serait alors inaccessible, réservée aux autres.

 

Tel n’est pas le plan de Dieu : il propose à notre contemplation et comme exemple en premier lieu sa Mère, et à sa suite un long cortège de témoins, les saints. Être saint, c’est plaire au Seigneur. Comment Marie Lui a-t-elle plu ? Par son humilité et par sa foi. Le mystère de l’Assomption, le mystère de la vie de Marie, ne sont au fond que le couronnement de l’ouverture sans réserve d’un cœur au don de la grâce divine qui s’incarna en son sein et dont les fruits les plus beaux se nomment humilité et foi. La sainteté de Marie se révèle accessible pour celui qui veut bien, en face de Dieu, se considérer comme un enfant. Marie lui prépare un chemin sûr pour aller vers Jésus, le chemin de l’humilité et de la foi.

 


Le moine, enfant de Marie, veut suivre sa mère, et ce durant toute sa vie.

 

Dans le contexte d’un jubilé, le chemin de sainteté apparaît soumis à l’épreuve du temps. Le tout n’est pas de prononcer des vœux au jour de la profession, puis d’oublier les promesses faites en présence de Dieu et de ses saints ; le tout est de durer et de demeurer fidèle aux promesses faites à Dieu. Le chemin de sainteté, qui ne peut être autre que le chemin de la vie, se poursuivra pour chacun d’entre nous le temps que Dieu voudra, où et comme il voudra. Durer dans la fidélité, c’est répondre à la visite de tout messager divin : “Je suis le serviteur du Seigneur.” C’est tendre au mieux, en rendant le sacrifice de notre vie à Dieu plus parfait, en faisant notre pauvreté plus radicale, notre obéissance plus empressée.


La fidélité de Marie et la fidélité du moine ne dépassent-elles pas nos limites humaines ? Notre secours est dans le Nom du Seigneur, gardien de notre fidélité. Dieu est fidèle, lui qui dès avant notre naissance a pris soin de nous et qui chaque jour nous comble de grâces.

Si Dieu et les saints demeurent présents à nos côtés, si la grâce de Dieu ne nous manque jamais, ne serait-il pas urgent de nous poser la question de l’accueil que nous réservons aux dons de Dieu, tant au plan du temps que nous lui consacrons qu’au plan de l’intimité que nous lui offrons ? Cette reflexion nous renvoie à nous-mêmes : Dieu est fidèle, Marie est fidèle, le moine doit être fidèle, mais moi, suis-je fidèle ? Suis-je fidèle aux promesses de mon baptême ? Voir une nef si pleine est cause d’action de grâces, et je ne crois pas que vous soyez tous venus pour notre jubilaire. C’est pour Marie que vous êtes venus, c’est pour louer le Seigneur et les dons qu’il a faits à sa Mère. Mais Dieu nous attend chaque dimanche, chaque jour même à chaque instant. Il est le Dieu fidèle. Le visitons-nous dans le tabernacle, le rencontrons-nous dans la réception des sacrements ?


En cette année de la foi, il est bon également de réfléchir sur la fidélité à nous laisser imprégner par l’enseignement de l’Église dont Marie est la mère. Sommes-nous des enfants obéissants ? Les moyens modernes ne manquent pas qui donnent accès à l’ensemble des discours et des enseignements du Saint-Père. Souvent un travail de fond visant à nourrir la foi n’a pas notre préférence. Il sera toujours temps un jour de penser à Dieu, car il est éternel. Oui, Dieu est fidèle et éternel, mais nous ne sommes ni l’un ni l’autre... L’homme moderne est imprégné de relativisme : est vrai ce que je crois... demain cela aura changé... Être éclairé, c’est se faire esclave de l’éphémère et oublier la vérité de l’Éternel. C’est renoncer à la fidélité afin de ne pas prendre le risque de durer.


Au moment de la mort de saint Benoît, deux de ses frères eurent une même vision : ils virent qu'une voie recouverte de tissus précieux et illuminée de lampes innombrables, s'étendait de sa cellule jusqu'au ciel, empruntant un chemin tout droit, à l'Orient. Au sommet se tenait un homme brillant, majestueusement vêtu, qui leur demanda : “Cette voie que vous contemplez, de qui est-elle ?” Ils reconnurent qu'ils ne le savaient pas. Alors il leur dit : “C'est la voie par laquelle Benoît, le bien-aimé de Dieu, est monté au ciel.”

 

Le chemin qu’a suivi l’âme de Benoît n’est autre que le terme du chemin que lui-même offre à chacun de ses moines : “Toi donc, qui que tu sois, qui te hâtes vers la patrie céleste, accomplis, avec l'aide du Christ, cette toute petite Règle, écrite pour les débutants ; cela fait, tu parviendras, avec la protection de Dieu, aux plus hautes cimes de la doctrine et des vertus, que nous venons de rappeler. Amen.” (Saint Benoit, Sainte Règle, c. 73)


Que l’enseignement d’humilité et d’enfance du saint patriarche des moines d’Occident trouve un écho en nos cœurs. Cet après-midi, nous processionnerons au chant des litanies et des cantiques populaires. Faisons vraie notre démarche. La conversion de la France est conditionnée par notre propre conversion. La force du veilleur, c’est la puissance de la vérité et de la fidélité de Dieu. En face du mensonge organisé, érigé en loi et promu par des hommes politiques sans scrupule, la vérité demeure lumineuse, accusatrice. Elle se tient comme la Croix du Golgotha ou comme Marie près de cette Croix. Tenons- nous fermement à ses côtés, fidèles.


Aux Vêpres, avant la procession du vœu de Louis XIII.


Au soir de cette fête glorieuse en l’honneur de Notre Dame, dans la fidélité au vœu du roi Louis XIII, nous voulons élever une dernière supplication vers celle qui est la Patronne de la France.


Alors que notre cœur est baigné par la lumière des heures bénies de ce jour, il ne faut cependant pas renoncer à poser un regard réaliste sur la situation de notre pays.

 

Depuis bien des décennies, la machine infernale de la culture de mort progresse lentement mais sûrement, faisant sauter un à un les verrous qui assuraient la protection de la vie humaine, et ce, dès l’aube de cette vie alors qu’elle se rencontre sous la forme d’un chétif embryon, jusqu’à son terme, lorsque s’approchent devant elle les portes de la mort. Les progrès de la science qui devaient servir la vie ont été confisqués et légalement mis au service d’une culture dont le but avoué est de satisfaire le plaisir effréné de l’homme qui se dit civilisé et moderne.


Les hommes politiques, éducateurs de la cité et serviteurs du bien commun, ont abandonné depuis longtemps toute référence à la nature humaine, don de Dieu, et à son enracinement dans une terre chrétienne. Esclaves des médias et des sondages, adeptes d’écoles de pensée sans repères, il laisse dériver une épave au gré du courant de la pensée dominante.


Il est temps qu’en France se lève une nouvelle classe politique dont le propos sera le service désintéressé de la cité et la promotion authentique de l’homme, une classe politique qui s’emploiera à comprendre et à faire respectter par les lois le droit naturel dont les fondements sont posés dans le cœur de chaque homme et qui est l’unique moyen d’assurer une paix durable au sein de la cité et entre les peuples.


Aujourd’hui, la France a besoin plus que jamais de l’intercession de sa céleste Patronne.


Marie, montrez-nous le chemin sûr de la vérité et de la fidélité.

Reine des Anges et des Archanges, foulez au pied le prince du mal et du mensonge.

Mère des hommes, obtenez-nous la force d’aller à contre-courant dans la fidélité à l’Évangile et de proposer à tout homme le message du Christ sans l’altérer ni le dissimuler.

Notre Mère, priez pour nous.

 

 



 

 

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Chaco 18/08/2013 05:36


Magnifique homélie !


Y compris quant à la classe politique : les laïcistes maintiennent leur dictature depuis un siècle.


Peillon et son "ancêtre" Viviani. Valls et son  "ancêtre" Clemenceau.


Y pensera-t-on pour le centenaire de la boucherie de 1914 (président du conseil Viviani) et des mauvais traités détruisant l'Autriche-Hongrie (président du conseil Clemenceau).


Lire à ce sujet le petit livre de Flourens  "Le Laïcisme contre la Liberté"