de la charité.

Publié le 2 Mai 2010

 

  http://www.namurois.org/castelluna/public/foi/pantokrator.jpg

 

 

Nous sommes encore dans le sillage de Pâques, et nos yeux sont toujours illuminés par cette lumière de la Résurrection. Aujourd'hui la Liturgie de l'Eglise propose à notre méditation ce passage fondamental sur l'amour. Jésus nous dit : "je vous donne un commandement nouveau, c'est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, aimez vous les uns les autres".

 

Nous connaissons cette phrase, nous l'avons maintes fois entendue, au risque même d'y être devenus indifférents. Cependant il nous faut l'approfondir tous les jours, pour lui donner une couleur nouvelle et l'incarner dans notre vie.

 

Jésus nous donne un commandement. c'est à dire un "ordre", un ORDRE NOUVEAU. Jésus ne dit pas que la charité est optionnelle, il ne dit pas "si vous avez le temps" ou bien "si ça vous convient". Il dit : "je vous donne un commandement": c'est à dire un ordre, une obligation dont on ne se peut départir, en d'autres termes : "c'est un ordre, aimez vous". Il ne dit pas "vous pouvez vous aimer", il dit : "vous devez vous aimer". L'usage de l'impératif, dans le texte grec est encore plus fort. La charité est donc un ordre, un commandement, une obligation à laquelle nous ne pouvons pas échapper. Nous "devons" nous aimer les uns les autres.

 

Le curé d'Ars disait : "les oiseaux sont faits pour chanter et ils chantent, l'homme est fait pour aimer, mais il n'aime pas". Voilà notre grande tristesse : souvent nous "croyons aimer", mais ce ne sont que des sentiments purement humains, éphémères, évanescents. Ce n'est pas le véritable amour. Le manque de charité dans notre coeur, après que la charité s'est refroidie, vient de ce que nous concevons l'amour comme une chose trop humaine, un sentiment, une émotion qui n'a pas de vraie racine. Or, l'unique racine de la charité c'est Dieu. Dieu est amour ; "Deus charitas est" c'est cette origine divine de la charité qui est le fondement de tout amour dans le coeur de l'homme, comme l'a démontré dans son encyclique le Pape Benoît XVI. "Deus caritas est". La petite Thérèse dira "il n'est qu'amour, il ne se contente pas de nous montrer l'amour, mais il EST l'amour".

 

Frères et soeurs, si vraiment nous pouvions prendre conscience de ce que la charité est le pur amour de Dieu dans nos âmes, dans nos vies, dans nos coeurs, dans notre esprit, alors nous brûlerions de ce feu éternel qui consume tout, et qui "supporte tout, qui croit tout et qui espère tout" dit Saint Paul aux Corithiens.

 

Voilà pourquoi si nous voulons aimer véritablement nos frères, et les aimer "en vérité, il faut les aimer selon le coeur de Dieu. Jésus établit cette analogie, il utilise ce petit mot "comme", "aimez vous les uns les autres, comme je vous ai aimés", ce petit terme est fondamental. Ce "comme" est capital, car il montre bien que l'amour entre les frères, l'amour entre nous ici présents, cette charité ne meurt pas, car elle ne vient pas de nous, mais de Dieu.

 

Et ce signe sera la marque de notre appartenance à Dieu. Si nous nous aimons, alors le monde pourra dire que nous sommes vraiment de Dieu. Jésus conclut "ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciploes, c'est l'amour que vous aurez les uns pour les autres. Saint Jean l'Evangéliste précisera cela dans ses épitres : "celui qui prétend aimer Dieu, mais n'aime pas ses frères, celui-là est un menteur". A fortiori celui qui prétend aimer les hommes mais n'aime pas Dieu est encore plus menter. Voilà pourquoi la charité n'est pas une vague philanthropie ou un programme d'action caritative sponsorisé par telle ou telle ONG, car comme le dit Saint Paul : "j'aurais beau donné tous mes biens aux pauvres, si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien"...!

 

LA CHARITE EST UNE VERTU THEOLOGALE, c'est à dire qu'elle nous vient de Dieu, passe au travers de nous et nous fait poser des actions bonnes, et elle nous porte à Dieu. Elle trouve en Dieu sa source, son origine, son sommet, mais elle a pour finalité Dieu lui-même. On ne peut pas concevoir la charité sans approcher Dieu, sans se pénétrer de l'amour de Dieu

 

A propos de la charité, la Petite Thérèse nous propose trois axes supplémentaires pour bien se pénétrer de cette vertu théologale. Il faut "aimer, se sentir aimé, et faire aimer l'amour". Il faut d'abord aimer l'amour, ce qui n'est pas évident, et pour aimer l'amour, il faut chercher l'amour. Ensuite il faut se sentir aimé. Souvent nous pensons que Dieu ne nous aime pas ou plus. or, c'est faux, Dieu nous aime, puisqu'il n'est qu'amour. Mais nous, nous pensons en ses lieu et place ; donc nous nous trompons car nous ne connaissons pas sa Volonté Amoureuse... Enfin, il faut faire aimer l'amour, c'est là notre mission, et notre vocation. Plus tard Thérèse comprendra sa vocation comme celle de l'amour. "...Au coeur de l'Eglise, ma mère, je serai l'amour..."

 

Frères et Soeurs, en ce mois de mai, consacré à la T.S. Vierge Marie, essayons de nous pénétrer davantage de l'amour de Dieu, par Marie, "qui est plus mère que Reine" (Ste Thérèse de l'Enfant Jésus). Vivons virilement de cet amour, qui a habité le coeur Immaculé de Marie, de cet amour infini qui devrait brûler et consummer nos coeurs, de cet amour qui devrait régner en nous, à tel point que le monde - en nous voyant vivre - puisse dire "voyez comme ils s'aiment". Ainsi serons-nous les vrais disciples de Jésus Christ. Devenons par la grâce de Dieu, les apôtres de la charité, pour construire, comme l'a voulu le pape Jean Paul II, la civilisation de l'amour"

Ainsi soit-il

Mgr LANTHEAUME

5 ème dimanche après Pâques.

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article