des 4 temps de carême. Stabat mater dolorosa.

Publié le 1 Mars 2012

blessedmother.jpg

 

 

 

Debout, la Mère des douleurs,

 Près de la croix était en larmes,

 Quand son Fils pendait au bois.

 

 

 Alors, son âme gémissante,

 Toute triste et toute dolente,

 Un glaive transperça.

 

 

 

Qu'elle était triste, anéantie,

 La femme entre toutes bénie,

 La Mère du Fils de Dieu !

 

 

 

Dans le chagrin qui la poignait,

 Cette tendre Mère pleurait

 Son Fils mourant sous ses yeux.

 

 

 

Quel homme sans verser de pleurs

 Verrait la Mère du Seigneur

 Endurer si grand supplice ?

 

 

 

Qui pourrait dans l'indifférence

 Contempler en cette souffrance

 La Mère auprès de son Fils ?

 

 

 

Pour toutes les fautes humaines,

 Elle vit Jésus dans la peine

 Et sous les fouets meurtri.

 

 

 

Elle vit l'Enfant bien-aimé

 Mourir tout seul, abandonné,

 Et soudain rendre l'esprit.

 

 

 

Ô Mère, source de tendresse,

 Fais-moi sentir grande tristesse

 Pour que je pleure avec toi.

 

 

 

Fais que mon âme soit de feu

 Dans l'amour du Seigneur mon Dieu :

 Que je Lui plaise avec toi.

 

 

 

 

 

Mère sainte, daigne imprimer

 Les plaies de Jésus crucifié

 En mon cœur très fortement.

 

 

 

Pour moi, ton Fils voulut mourir,

 Aussi donne-moi de souffrir

 Une part de Ses tourments.

 

 

 

Donne-moi de pleurer en toute vérité,

 Comme toi près du Crucifié,

 Tant que je vivrai !

 

 

 

Je désire auprès de la croix

 Me tenir, debout avec toi,

 Dans ta plainte et ta souffrance.

 

 

 

Vierge des vierges, toute pure,

 Ne sois pas envers moi trop dure,

 Fais que je pleure avec toi.

 

 

 

Du Christ fais-moi porter la mort,

 Revivre le douloureux sort

 Et les plaies, au fond de moi.

 

 

 

Fais que Ses propres plaies me blessent,

 Que la croix me donne l'ivresse

 Du Sang versé par ton Fils.

 

 

 

Je crains les flammes éternelles;

 Ô Vierge, assure ma tutelle

 À l'heure de la justice.

 

 

 

Ô Christ, à l'heure de partir,

 Puisse ta Mère me conduire

 À la palme des vainqueurs.

 

 

 

À l'heure où mon corps va mourir,

 À mon âme, fais obtenir

 La gloire du paradis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article