situation au Nigéria.

Publié le 15 Mai 2014

http://www.studyworkimmigrate.com/uploads/chavagnes.jpg

 

http://www.bpnews.net/ImageServerDB.asp?id=37587&width=530&quality=70&useHiRes=0

 

y a des gens super à Chavagnes !

 

Chavagnes en Paillers

Ce jeudi 15 mai 2014

 

Lettre ouverte à M. Le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Ministre de la Défense, Monsieur le Chef d’Etat major des armées. Aux Etats membres de l’UE et au monde.

 

Monsieur le Président,

 

C’est un honneur que de vous adresser ces quelques mots. Un honneur et une responsabilité. J’ai à cœur de vous écrire pour souligner la situation dramatique du Nigeria. Le Figaro daté samedi 3 mai 2014, en page 5, je cite : « Au Nigeria, le mystérieux rapt de 200 jeunes filles par Boko Haram ». Aussi la France même en temps de présidence normale à un devoir et une responsabilité en Afrique. Je ne me ferai pas donneur de leçon en Histoire, je ne suis pas qualifié pour ça. Néanmoins, en tant que citoyen du monde et plus particulièrement, en tant qu’homme et père de famille, vous comprendrez que je ne peux tolérer et qu’aucune famille ne peut tolérer une telle situation. Naturellement, conformément aux règles des Nations-Unies : non ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat, me direz vous. Mais le Nigeria et le sort de ces 200 jeunes filles est crucial. La France, aujourd’hui une puissance moyenne, peut agir rapidement sur ce terrain sans créer de crise diplomatique. Nous en avons les moyens, militaires et humains. En effet, c’est de la responsabilité de la France de protéger la vie lorsque celle-ci est menacée par un quelconque fanatisme. Aux armes, citoyens ! Que la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 ne soit pas un vain mot. Aux armes ! Marchons … Que ce théâtre d’opération délicat soit l’occasion pour la France unie avec l’UE de réinvestir sa mission de lumière des nations, lumière pour le monde.

Vive la France ! Vive l’Europe ! Agissons vite et bien … dans un plan d’action réfléchi à l’aune de la civilisation ou hommes, femmes et enfants demeurent libres et égaux en droits.

En régime démocratique, à l’ère des satellites et de la transparence, nous autres citoyens du monde sommes en droit de savoir et le devoir d’agir pour ces deux cents jeunes filles.

 

Monsieur le Président, daignez accepter mes salutations respectueuses.

A vous,

Martin GARDEY DE SOOS

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article