"Heureux les miséricordieux"

Publié le 22 Octobre 2013

 

jesusmisericordioso.jpg

 

 

Avant de prétendre aux oeuvres de miséricorde, il faut avoir accompli dans toute leur rigueur les oeuvres de justice; mais quand on a accompli les oeuvres de justice, il ne faut pas s'y arrêter, il faut aller jusqu'à la miséricorde.

 

"Le riche qui est dans l'abondance, dit St Grégoire de Nysse, doit se demander si personne n'a faim par suite de son abondance: alors il mange le vrai pain de Dieu... Mais quand vous donnez, si ce que vous donnez a été acquis par l'injustice, votre aumône alors ressemble à la prostituée."

 

La Ste Ecriture célèbre partout l'union en Dieu de la justice et de la miséricorde mais en déclarant que la miséricorde l'emporte sur la justice.

 

Quel est le mérite de la miséricorde?

 

La miséricorde, dit S. Thomas, est la tristesse que l'on éprouve de la misère d'autrui et qui porte à la soulager autant qu'on le peut. La miséricorde n'est donc pas l'indulgence à outrance qui ferme les yeux sur toutes les fautes, laisse libre carrière à tous les désordres: cette indulgence ne serait que faiblesse et insensibilité: la vraie miséricorde souffre de toute faute morale comme de toute souffrance physique du prochain; elle les prend pour ainsi dire sur elle, et elle s'emploie à les guérir.

 

"Dans la justice, dit S. Bernardin de Sienne, on donne au prochain ce qui lui appartient: dans la miséricorde, on se donne soi-même."

 

C'est un amour imparfait celui qui cherche ses intérêts dans les amitiés qu'il contracte, qui fait des dons pour lesquels il espère un retour, qui invite ceux qui pourraient lui faire des invitations. La miséricorde se sent attirée uniquement vers ceux qui sont dans le besoin: elle suppose la vraie bonté, puisqu'elle donne sans aucune pensée de retour: elle rend l'homme semblable à Dieu.

 

"Ce qui frappe tout d'abord dans la vie de l'humanité, dit S. Grégoire de Nysse, c'est l'inégalité des conditions.

 

Nous y trouveons le commandement et l'obéissance, la richesse et la pauvreté, la gloire et l'humiliation, la santé et la maladie. Pour que ceux qui sont dans l'indigence arrivent à participer aux biens de ceux qui sont dans l'abondance, Dieu a prescrit à ceux-ci la miséricorde.

 

Tandis que l'homme sans entrailles se renferme en lui-même, dans la jouissance égoïste de ses biens, le miséricordieux par son affection souffre avec celui qui est dans le besoin, et s'empresse à chercher ce qui lui sera le plus utile."

 

Et si dans tous les hommes, se trouvait cet empressement à aider ceux qui sont dans le besoin, il n'y aurait plus d'inégalités: la pauvreté ne serait plus dure à l'homme, le service ne l'abaisserait plus; il n'y aurait plus de mépris, plus d'envie; morte serait la haine, éteinte la mémoire de l'injure; le mensonge, la fraude, la colère, qui procèdent du désir de toujours posséder davantage, disparaitraient. A leur place règneraient la paix, la justice. Nous n'aurions plus besoin de la force pour nous défendre, défendus que nous serions par nos bons offices mutuels.

 

Tandis que l'homme sans entrailles suscite partout des ennemis, la miséricorde partout fait naître la bienveillance. C'est donc justement que le Verbe appelle heureux l'homme miséricordieux, puisque son nom enferme en lui la pensée de biens si considérables."

 

 

Au milieu des misères de la vie présente, oh combien nous avons besoin de miséricorde! Nous avons besoin que Dieu nous protège contre tous les dangers.

 

 

Mes frères,


concluait S. Grégoire de Nysse,

 

soyons miséricordieux afin d'être heureux.

 

 

  Rp Thieriet OP 


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Marie-Claire 22/10/2013 20:09


Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Eternel, ayez pitié de nous et du monde entier !

philippe 23/10/2013 07:54







philippe 22/10/2013 07:50


faut pas venir à Luçon pour ça ...

philippe 22/10/2013 07:51