hymne du soir.

Publié le 25 Février 2010

http://lamitiespirituelle.typepad.com/.a/6a00d8341c5b2553ef0120a55e3601970c-500wi

 

Oui, nous, enfants du jour, qui croyons aux étoiles,

Nous qui savons l'écueil sous l'écume caché,

Aux hasards de la nuit ne livrons pas nos voiles.

Sur le phare immortel veillons l'œil attaché.


Rassemblons-nous, prions! Pendant que le jour tombe,

Craignons, craignons la nuit, image de la tombe,

Dieu seul tient la lumière et l'ombre dans sa main :

Qui sait si, dans le vide où son vieux disque nage,

Le soleil de nos bords reprendra le chemin ?

Prions! le jour au jour ne donne point de gage,

Et le dernier rayon, en sortant du nuage,

Ne nous a pas juré de remonter demain.

 

En Dieu seul, ô mortels, fermons donc nos paupières!

Et du jour à la nuit remettant l'encensoir,

 Endormons-nous dans nos prières,

Comme le jour s'endort dans les parfums du soir.

 

Chaque heure a son tribut, son encens, son hommage,

Qu'elle apporte en mourant aux pieds de Jéhova;

Ce n'est qu'un même sens dans un divers langage,

Le matin et le soir lui disent : Hosanna.

 

La nature a deux chants, de bonheur, de tristesse,

Qu'elle rend tour à tour ainsi que notre cœur ;

De l'une à l'autre note elle passe sans cesse :

Homme! l'une est ta joie et l'autre ta douleur!

 

L'une sort du matin et chante avec l'aurore,

L'autre gémit, le soir, un triste et long adieu ;

Au premier, au second, le ciel répond : Adore!

Et de l'hymne étemel le mot unique est Dieu !

 

  Lamartine


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article