jeudi 3ème semaine de carême

Publié le 26 Mars 2014

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7c/John_Bridges_Christ_healing_the_mother_of_Simon_Peter.jpg

 

" Je suis votre santé."   introït .

 

Le Christ est le mèdecin de l'âme malade, la maison de Dieu est la maison des malades.

 

" Elle était en proie à une forte fièvre, et on implora Jésus en sa faveur. Il se pencha sur elle et, d'un ton menaçant, commanda à la fièvre. La fièvre la quitta et, se levant à l'instant même, elle les servait." Lc 4. 38 39

 

"   Cette femme, dit Saint Ambroise, figurait peut-être notre chair mortelle qui languit accablée par les fièvres multiples des passions, et consummée par les désirs immodérés des jouissances. Une affection désordonnée, j'ose le dire, n'est pas moins une fièvre que celle doont la chaleur se fait sentir au corps. L'une brûle le corps et l'autre l'âme. Notre fièvre, c'est sans doute l'avarice; notre fièvre c'est le désir impur; notre fièvre c'est l'ambition; notre fièvre, c'est le penchant à la colère." leçon de Matines.

 

 

 

Seigneur Jésus, apprenez-nous à dominer nos tendances naturelles, à les régler et à les mettre au service de notre destinée surnaturelle.

 

Admirons la honte du Sauveur, qui daigne employer son pouvoir à la guérison des corps, et comprenons qu’il est plus empressé encore de subvenir aux infirmités de nos âmes. Nous sommes travaillés de la fièvre des passions : lui seul peut la chasser. Imitons pour notre propre compte le zèle des habitants de la Galilée, qui apportent leurs malades aux pieds de Jésus ; supplions-le aussi de nous guérir. Nous voyons avec quelle bonté il accueille tous ces malheureux ; présentons-nous à leur suite. Faisons-lui instance pour qu’il ne s’éloigne pas, pour qu’il demeure toujours avec nous ; et il daignera rester.

 

Prions pour les pécheurs ; les jours du jeune s’écoulent ; déjà nous entrons dans la seconde moitié du Carême, et la Pâque de notre délivrance approche. Voyez ces multitudes qui ne s’ébranlent pas, ces âmes fermées à la lumière qui ne s’ouvrent pas, ces cœurs endurcis que rien n’émeut, tant de chrétiens qui vont ajouter une chance de plus à leur réprobation éternelle. Offrons pour eux notre pénitence, et demandons à Jésus, par les mérites de sa Passion dont l’heure ne doit pas tarder, qu’il daigne faire un dernier effort de miséricorde, et arracher au démon ces âmes pour lesquelles il va répandre son sang.

 

dom Guéranger.

 

station saint Côme et saint Damien.

 

http://arte.arnedo.com/wp-content/uploads/iconos-san-cosme-y-san-damian/sancosmeysandamianiconobizantinodetalle-copiar.jpg

 

de saints mèdecins qui mirent leur art entièrement au service du bien des âmes. 

 

 


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article