l'Ave Maria.

Publié le 6 Mars 2010

http://www.elquintosuyo.com/wp-content/uploads/2009/08/murillo-bartholome-esteban-trauben-und-melonenesser-2408465.jpg

 

 

http://www.michaeljournal.org/images/ave_maria2.jpg

 

Sancta Maria, ora pro nobis.

 

Aux jours lointains du moyen âge

Vivait dans un pauvre village

Un pauvre orphelin sans esprit. -

Déshérité de la nature,

Il s'en allait à l'aventure,

Humble brebis de Jésus-Christ.

Sa faible langue embarrassée

Bégayait comme sa pensée,

 

Lorsqu'un jour Dieu la délia,

Et l'orphelin qu'on vit sourire

Dès ce jour put dire et redire

Ces deux mots: Ave Maria!

 

Ces mots, les seuls qu'il sût sans doute,

II les répétait sur sa route

Lorsque tout seul il cheminait;

Mendiait-il dans le village,

II n'avait point d'autre langage

Pour bénir la main qui donnait.

Le soir, quand il gagnait sa couche,

Ces mots s'échappaient de sa bouche,

Ils s'en échappaient le matin.

Rude saison, saison fleurie,

Toujours l'orphelin à Marie

Bégayait le salut divin.

 

Quoi qu'il rencontrât sur sa voie.

Son doux regard peignait la joie :

C'était un sourire éternel.

 

 

On le voyait, nommant Marie,

Sourire aux fleurs de la prairie,

Sourire aux nuages du ciel.

Plaisir, douleur, même sourire.

Au nom divin qu'il savait dire,

Le temps le plus dur s'égayait ;

Aux jours froids que l'hiver abrége,

Grelottant pieds nus dans la neige,

Comme au printemps il souriait.

 

Il mourut... on le vit sourire,

Essayant encor de redire

Le nom si souvent prononcé.

Et l'on couvrit d'un peu de terre

Cet enfant sans père ni mère

Qu'on prenait pour un insensé.

 

Mais Dieu juge autrement que l'homme

Qui mesure tout ce qu'il nomme

A son œil superficiel.

Pauvre innocent dans la détresse !

 

Son indigence était richesse

Pesée aux balances du ciel.

 

De cette vie au court passage,

De cette humble mort, au village

Bientôt il ne fut plus parlé.

Dieu voulait les mettre en lumière.

Un matin, dans le cimetière,

Le mot du ciel fut révélé.

 

Une. femme allant à l'église

D'un doux prodige fut surprise.

Vers l'endroit où l'enfant gisait,

Sol aride, et tout nu la veille,

Un lis de blancheur non pareille

Sous le ciel d'hiver fleurissait.

 

Par ce beau spectacle attachée,

Elle avança tête penchée,

Puis en extase se signa.

 

Fleur qui du ciel fait le délice !

En lettres d'or, dans son calice

On lisait : Ave Maria !

 

S'arrachant au divin spectacle,

Elle alla conter le miracle,

Et tout le village accourut.

Point de doute : c'était la place

Où l'indigent, riche de grâce, .

Fut déposé quand il mourut.

 

Chacun, dans la joie et la crainte,

 Salua cette terre sainte.

 On y bénit soir et matin

 La miséricorde éternelle...

 Et l'on bâtit une chapelle

 Sur la tombe de l'orphelin. .


Léon Le Pas

légendes.


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article