La cause de béatification de Mgr Fulton Sheen est suspendue

Publié le 8 Septembre 2014

http://2.bp.blogspot.com/-2uIGz7BVzwc/URJuyCBIAhI/AAAAAAAACjI/tJH8FGZJX18/s1600/tumblr_mayrmfB3kw1rwigxuo1_400.jpg

 

Les défenseurs de la cause de Mgr Sheen (1895-1979), dont Mgr Daniel R. Jenky, actuel évêque de Peoria (Illinois, États-Unis), ainsi que les parents du nouveau-né sauvé par son intercession se sont dits fortement attristés par la suspension de la procédure « pour une période indéterminée », rapporte le 4 septembre 2014 le journal britannique Catholic Herald.

 

Une commission médicale d'experts du Vatican avait pourtant unanimement reconnu, en mars dernier, un miracle attribué à Mgr Sheen. En septembre 2010, le cœur d'un bébé né sans vie dans une ville du diocèse de Peoria a recommencé à battre une heure après sa naissance, sans que les médecins n'aient pu l'expliquer. Les parents avaient auparavant prié Mgr Sheen pour le salut de leur enfant.

 

Cette reconnaissance avait considérablement avancé la cause en canonisation de l'archevêque de l'Illinois, connu pour avoir été l'un des premiers télévangélistes aux États-Unis.

 

Le diocèse de Peoria espérait même une béatification début 2015. Après une cause en canonisation ouverte en 2002, Mgr Sheen avait été élevé au rang de vénérable en juin 2012 par Benoît XVI.

 

link

 

L’archevêque Fulton Sheen (1895-1979) fut le plus grand « télé-évangéliste » catholique de tous les temps.

 

 

 

Né le 8 mai 1895 à El Paso, dans l'Illinois, John Fulton Sheen a été élevé et éduqué dans la foi catholique. À l'âge de 24 ans, il a été ordonné prêtre à Saint-Paul's Seminary, au Minnesota. Après son ordination, Sheen a obtenu un doctorat en philosophie de l'Université catholique de Louvain en Belgique en 1923. Cette même année, il a reçu le Cardinal Mercier Prix international de philosophie, le premier Américain à gagner de plus cette distinction. Sheen a prêché à Peoria, Illinois, à la théologie et enseigné la paroisse St. Patrick's et de la philosophie à l'Université catholique d'Amérique.

 

 

 

À partir de 1930, Mgr Fulton Sheen a commencé et a organisé un dimanche soir émission de radio hebdomadaire intitulée « The Catholic Hour » (l'heure catholique). Cette émission consacrée a accaparé de nombreux auditeurs, auraient fidélisé un public de quatre millions de personnes par semaine pendant deux décennies, jusqu'à l'évêque Sheen soit nommé évêque auxiliaire de l'archidiocèse de New York en 1951.

 

 

 

Bishop Sheen offre une grande perspicacité, des solutions simples, et un accompagnement spirituel qui s'est avéré être intemporelle. Ses messages ont été établis comme une grande source de réconfort et continuera à l’être pour les années à venir.

 

Cet homme fut ce que doit être tout chrétien et encore plus un homme de Dieu : Un témoin du Christ non par un discours ou en se référant à sa qualification apostolique, mais par son agir quotidien qui transpirait dans sa personne et même dans ses propos fait pour amener les brebis au troupeau du Maître.

 

 

 

Il fut ensuite le premier prêcheur de la télévision américaine, dans une émission du début des années 1950 intitulée Life Is Worth Living (« La vie vaut la peine d'être vécue »)(**), tout d'abord sur DuMont Television Network et ensuite sur ABC, de 1951 à 1957.

 

 

 

Diffusé tous les mardis soirs à vingt heures, Life is Worth Living a participé à des temps d'antenne à la télévision de stars populaires telles que Frank Sinatra et Milton Berle. voir même Sheen a tenu sa propre émission, et en 1952 il a remporté un Emmy Award pour « La personnalité la plus exceptionnelle de télévision. » En 1953 et 1954 - Emmy Award du meilleur programme concernant les affaires publiques. 1955 - Emmy Award du meilleur programme culturel, religieux ou éducatif.

 

Fulton Sheen a cité les auteurs des Évangiles - Matthieu, Marc, Luc et Jean - pour leur précieuse contribution à son succès. Cette émission de télévision a duré jusqu'en 1957, garantissant jusqu'à 30 millions de téléspectateurs hebdomadaires.

 

 

 

Le 26 Septembre 1966, il a été nommé évêque de Rochester, New York. C’est à ce dernier titre qu’il participa au Concile de Vatican II où il se fit remarquer par un jeune évêque polonais qui avoua, plus tard, que c’est en regardant les émissions de Fulton Sheen à la télévision qu’il apprit l’anglais. Ce jeune évêque était le futur pape Jean-Paul II.

 

Pendant ce même temps, Mgr Sheen accueillit une autre série télévisée, The Fulton Sheen programme, en exécution de 1961 à 1968. Cette émission de télévision a été de près le modèle de la série La vie est vie vaut la peine. Après près de trois ans comme évêque de Rochester, Fulton Sheen a démissionné et a été nommé l'archevêque de titulaire de Newport au Pays de Galles par le pape Paul VI. Ce nouveau rendez-vous a donné à Sheen la souplesse nécessaire pour continuer à prêcher.

 

 

 

En 1979, John Fulton Sheen reçut sa plus grande récompense quand le Pape Jean Paul II l'embrassa à la cathédrale Saint-Patrick à New York. Le Saint-Père lui dit : « Vous avez écrit et bien parlé du Seigneur Jésus. Vous êtes un fils fidèle de l'Églises. » Avec ce dernier bénédiction, Fulton Sheen passa dans la vie éternelle à peine deux mois plus tard.

 

Il se trouve que le jour de son ordination, en 1919, Fulton Sheen avait promis de consacrer une heure chaque jour à l’Adoration eucharistique : une promesse qu’il tint pendant ses soixante années de vie sacerdotale puisque c’est devant le Saint Sacrement exposé dans sa chapelle privée qu’on le retrouva mort le 9 décembre 1979.

 

 

 

Ses contributions à l'Église catholique sont nombreux tant dans les classes par l'éducation, les églises et les maisons, avec une émission de radio, deux émissions de télévision, et plus de 50 œuvres écrites. Mgr Fulton J. Sheen avait un don pour communiquer la Parole de Dieu dans la plus pure et simple manière. Sa solide formation en philosophie l'ont aidé à se rapporter à chacun de nous d'une façon très personnalisée. Ses messages intemporelles continuent à avoir une grande importance aujourd'hui. Il inspire chacun de nous à vivre une vie centrée sur Dieu avec la joie et l'amour que Dieu a convié.

 

 

 

Impressionnant est le nombre prodigieux de conversions qu’on lui doit, il en est de même du crédit qu’ont suscité ses différentes prestations, tout comme sa simplicité et ceci ne concerne pas que le point de vue des Américains.

Lors de son séjour en Europe, de 1923 à 1926, il séjourna notamment à Louvain (en Belgique) où il obtint de la célèbre université catholique son doctorat en philosophie, et fut le premier Américain à y recevoir le Prix Cardinal Mercier récompensant le meilleur essai philosophique. Il passa ensuite en Angleterre pour enseigner la théologie au St. Edmund’s College de Ware dans le Hertfordshire, le plus vieil établissement d’enseignement catholique du royaume – parmi ses anciens élèves : 20 saints et 133 martyrs ! Outre ses fonctions d’enseignant, Fulton Sheen donnait régulièrement un « coup de main » au curé de la paroisse St. Patrick qui se trouve à Londres dans le quartier de Soho.

 

 

La cause en béatification de l’archevêque Fulton Sheen, ouverte en 2002, avait été bloquée, en novembre dernier, en raison d’une controverse entre le diocèse de Peoria (Illinois) et l’archevêché de New York (New York) sur l’attribution de compétence pour le procès. La controverse étant surmontée, c’est Mgr Daniel E. Jenky, évêque de Peoria et président de la Fondation Fulton Sheen qui est compétent en la matière.

 

Maintenant officiellement lancée par Mgr Daniel R. Jenky, l’évêque de Peoria (Illinois, le diocèse de naissance de Fulton J. Sheen, puis officiellement ouverte le 15 avril de l’an dernier à Rome à la Congrégation pour la cause des saints. L’Archevêque est donc désormais le vénérable Fulton Sheen.

 

 

 

Les deux volumes de ce qu’on nomme la Positio, c’est-à-dire l’ensemble des éléments qui vont dans le sens d’une canonisation d’une personne, devant être remis au pape Benoît XVI ce mercredi 25 mai 2011, par Mgr Daniel Jenky. Cette démarche marquera le début formel du procès en reconnaissance des vertus héroïques de l’intéressé, laquelle nécessitera aussi un miracle – selon la Fondation Fulton Sheen un allégué miracle est déjà à l’étude à Rome

 

 

 

Quelle ne fut donc pas la surprise de Mgr Daniel R. Jenky, alors qu’il présentait hier à Benoît XVI, lors de l’audience générale du mercredi, les deux gros volumes de la positio de son diocèse sur la cause en canonisation du vénérable archevêque Fulton Sheen, d’entendre de la bouche même du Souverain Pontife qu’il connaissait personnellement Fulton Sheen pour avoir travaillé avec lui dans la commission consacrée à la Mission lors du Concile de Vatican II !

 

 

 

link

 

 

Par un brumeux matin de novembre, alors que Fulton Sheen ouvrait de l’intérieur la porte de l’église, une jeune femme, qui devait s’y être appuyé, s’affala devant lui.

– Qui êtes-vous ?, lui demanda-t-il.

– Où suis-je ?, répondit-elle ?

– Vous êtes saoule ?

– Oui.

– Les hommes boivent parce qu’ils aiment ça, mais les femmes boivent parce qu’il y a quelque chose qu’elles n’aiments pas. À quoi tentez-vous d’échapper ?

– J’ai une aventure avec trois hommes différents, mais chacun commence à le soupçonner alors j’ai décidé de me saouler.

– Qui êtes-vous ?

La femme montra du doigt de l’autre côté de la place un nom en grosses lettres de néon sur la façade d’un théâtre. Elle était la vedette de la comédie musicale qui s’y donnait.

Fulton Sheen la fit entrer dans l’église et lui fit boire une tasse de thé. « Merci » lui dit-elle.

Il lui répondit : « Non, ne me dites pas merci maintenant. Revenez cet après-midi avant la représentation en matinée et alors vous pourrez me dire merci.


– Je ne viendrai que si vous me promettez de ne pas me demander d’aller me confesser.

– Entendu, je vous promets de ne pas vous demander de vous confesser.

– Promettez-moi de nouveau que vous ne me demanderez pas de me confesser.

– Entendu, je vous promets de nouveau de ne pas vous demander de vous confesser.

Elle revint bien cet après-midi-là et Fulton Sheen l’accueillit à la porte de l’église. Il lui dit qu’il y avait des tableaux de Rembrandt et de Van Dyke dans une chapelle, et lui demanda s’il lui plairait de les voir. Elle acquiesça.

Et voici comment Fulton Sheen raconte lui-même la fin de cette histoire :

« Alors que nous longions le bas-côté de la nef pour aller voir les tableaux, je la poussai dans un confessionnal – je ne lui avais pas demandé si elle voulait aller se confesser…

 

Trois mois plus tard, j’étais présent quand elle reçut le voile des Sœurs de l’adoration perpétuelle dont elle est toujours une religieuse à ce jour ».

 

 

 

 

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article