la confiance dans la foi. lectio divina.

Publié le 14 Octobre 2012

 

 

 

 

 

14 Octobre 1952: 60ème  anniversaire de mon baptême .

 

 

_1.jpg


van der Placide ...

 

2980451537_2_3_QjhDuv2o.jpg

 

 


Image du Blog enymara.centerblog.net

 

au milieu des loups !

 

Le Seigneur est vraiment un chasseur admirable, lui qui avec des agneaux ou des brebis prend et dompte les loups, lui qui par la patience et la douceur triomphe de la violence et de la force.

 

Il dit justement à ses Apôtres qu'ils seront au milieu des loups, car leur patience doit être comme le centre vers lequel convergeront toutes les attaques du monde; ou bien encore, qu'ils seront comme des brebis unies par la foi au milieu des loups divisés par l'erreur. C'est cette union des brebis qui les fera triompher de la division des loups, car comme dit saint Ambroise, tout combat soutenu d'une accord unanime enfante la victoire.

 

En disant aux apôtres: C'est moi qui vous envoie, le Sauveur veut leur faire mépriser la grandeur du péril par la considération de Celui qui les députe.

 

"En effet, dit Saint Chrysostôme, quelle était la consolation des Apôtres?

N'était-ce pas la puissance de Celui qui les envoyait? Voilà pourquoi le Sauveur commence par dire: C'est moi qui vous envoie.

 

Ces paroles suffisent pour inspirer la confiance, et bannir la crainte de tout ce qui peut arriver.


Voyez quelle autorité, quelle puissance elles renferment, et aussi quelle vertu, quel courage invincible elles produisent!"

 

Soyez donc prudents comme des serpents, contre l'astuce et la fourberie des Scribes, pour comprendre et déjouer leurs déguisements et leurs pièges; et soyez simples comme des colombes, contre la cruauté et la malice des tyrans, pour supporter et pardonner leurs persécutions et leurs outrages.

 

La prudence est nécessaire pour prévoir le mal et s'en garantir, la simplicité pour faire le bien. C'est donc comme si le Sauveur disait: Voyez le serpent; il expose tout le reste de son coprs pour délivrer du danger et préserver d'une blessure mortelle sa tête où réside la vie.

Ainsi vous, au prix de votre corps, vous devez défendre et garder votre tête, c'est-à-dire votre foi et votre âme, dans toute leur intégrité et leur pureté.

 


Ne pas rendre le mal pour le mal. règle de st Benoît 

 

Voyez aussi les colombes; elles ignorent le fiel et l'amertume de la malice, et ne font de mal à personne. Ainsi vous, conservez votre innocence et ne faites ou ne rendez jamais le mal aux autres; de cette sorte vous éviterez le mal par votre prudence, et par votre simplicité vous n'offenserez point le prochain.

 

 

ludolphe le Chartreux.

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article