la foi.

Publié le 18 Mars 2011

 

P1020074.JPG

 

P1020080-copie-1.JPG

 

 

en reconnaissance et en action de grâce à st Benoît et à tous les moines de Fontgombault .


merci.


Ecce quam bonum et quam iucundum habitare fratres in unum


+

 

 

 

picture of petit placide.

 

 

Si Dieu est publiquement nié, insulté, si on brise les croix, si  le blasphème éclate avec cette impudence qui ne connait plus de frein parce qu'elle se sait appuyée par la force et par le pouvoir, le chrétien qui n'élève pas la voix pour protester de son attachement à la cause exposée à tant d'hostilité, manque gravement à sa vocation.

 


 

"Avoir la foi, c'est posséder une puissance de connaître dont l'objet est la Vérité première, c'est-à-dire Dieu considéré dans sa vie intérieure, dans ce mystère sublime qui dépasse la raison et reste hors de sa naturelle portée."

 


 

 

Dans l'acte de foi l'assentiment de l'intelligence est ferme.

 

Il exclut le doute, état douloureux où l'âme en proie à l'inquiétude est ballottée par des vents contraires et incapable de s'orienter, de s'attacher, ne fût-ce que par un fil, à une idée plutôt qu'à une autre.

 

Il ne se concilie pas avec le scepticisme: faiblesse de l'esprit, impuissance de pensée, le scepticisme se flatte d'ébranler tout jugement et de montrer qu'il n'est permis à l'homme ni d'affirmer, ni de nier; il se sépare même de la simple conjecture qui penche à peine d'un côté plus que de l'autre, tant les motifs de préférer un parti lui paraissent légers et insuffisants.

 

Il diffère aussi de l'opinion, qui tout en inclinant dans un sens d'une manière positive mêle à son adhésion la crainte de voir s'imposer le contraire de ce qu'elle a adopté.

 

Croire, c'est, après un jugement définitif, se reposer dans une certitude qui bannit toute hésitation, toute arrière-pensée, toute appréhension.

 

C'est être convaincu, c'est-à-dire absolument vaincu par l'idée qui a pris définitivement possession de nous, qui, nous tenant captifs de la vérité, nous établit dans une sécurité absolue, incomparable.

 

 

L'appui de cette certitude est d'une solidité inébranlable, car on le trouve dans la parole de Dieu qui en contiennent pas seulement la vérité, mais qui sont la vérité même, la vérité indéfectible, éternelle.

 

...

 

Heureuse tranquillité, qui nous arrache à toutes les fluctuations et dont nous goûtons soudain la douceur quand nous avons dit: je crois! Ineffable paix, que l'on apprécie d'autant plus que l'on a mieux connu les déchirantes angoisses du doute, les amères ironies du scepticisme, les variations des opinions trompeuses!

 

Béatifiante sérénité, qui nous réveille des cauchemars de l'incrédulité, et inspirait à Pascal un chant de victoire et à Saint Augustin des hymnes de joie et d'adoration!

 

...

 

On s'étonne que les sociétés frivoles croient si peu, il n'y a pourtant là rien que de très naturel.


Entrainées brutalement dans le courant de leur vie superficielle, enivrées par les plaisirs immédiats et palpables, elles ont la haine de la lumière, elles fuient tout docteur qui les y appelle, tout moraliste qui ne flatte pas les passions dissimulées sous les mots d'art, de littérature, de convenances mondaines.

 

Elles s'efforcent par tous les moyens de se tromper elles-mêmes.

 

"Un temps viendra, dit saint Paul, où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine.

Ils se donneront une foule de maîtres, suivant leurs convoitises, et avides d'entendre des choses agrables, ils fermeront l'oreille à la vérité pour l'ouvrir à des fables." II Timothée IV,3

 

L'acte de foi provient donc directement de l'intelligence et indirectement de la volonté. Mais il provient de l'intelligence et de la volonté impressionnées et rehaussées par la grâce.

 

Une âme, privée du secours de Dieu ne pourrait pas par ses seules forces monter jusqu'à l'inébranlable assentiment que requiert la foi chrétienne.

Serait-elle capable d'acquiesser naturellement et d'une manière quelconque aux véritées révélées, je n'ai pas à examiner la question.

 

Ce que l'Eglise enseigne, c'est pour croire comme il faut, comme le demandent les intérêts de notre salut, la grâce est nécessaire. Elle est même le principe le plus important dans l'émission de l'acte intérieur de foi.

 

Cette doctrine est incontestable. C'est le Christ lui-même qui nous l'a enseignée. " Personne ne vient à moi, dit-il, si le Père ne l'attire. " Jean VI,44

 

...

Et pourquoi, sommes-nous incapables, sans ce secours du Ciel, de nous attacher comme il convient aux vérités et aux mystères de la révélation?

 

 

Parce que ces vérités et ces mystères sont d'ordre surnaturel.

 

L'état d'incrédulité cache bien des tristesses, bien des inquiétudes  à du désespoir:

 

croyez et vous gouterez la sérénité de la certitude, prélude de la paix parfaite qu'assure aux bienheureux la vision lumineuse de la resplendissante et éternelle Beauté.

 

 

...

 

Notre croyance est en butte à de multiples et terribles assauts.

On essaye par tous les moyens d'en ébranler la certitude. Nous vivons dans une atmosphère de controverses, de négation, de scepticisme, d'incrédulité, d'impiété, d'athéisme.

 

Répéter à Dieu dans l'intimité:"Je crois, Seigneur, mais augmentez ma foi", c'est renouveler l'alliance intellectuelle qu'on a contractée avec la vérité première, c'est s'enchaîner à elle avec plus de force, c'est mieux en imprégner les fibres de sa pensée, c'est commander aux flots tumultueux qui montent à l'assaut de l'esprit et les contraindre à se calmer.

 

Plus le monde que vous fréquentez est hostile à la religion, plus il est nécessaire de vous affirmer à vous-mêmes et d'affirmer à Dieu vos convictions.

 

 

Par cette discipline, votre foi loin de s'affaiblir, s'habituera à veiller, à lutter, et sortira de l'épreuve plus solide et finalement inébranlable.

 




 

 

R.P. Janvier

de l'ordre des frêres prêcheurs.

 

 

 

 


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
<br /> <br /> merci et bonnes fêtes très beau<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> <br /> j'aurais tout laissé tomber si je n'avais pas eu les moines. c'est clair. bonnes fêtes pareillement<br /> <br /> <br /> <br />