La misère des réfugiés irakiens, tout comme leur nombre, ne fait qu’augmenter

Publié le 14 Février 2015

http://img.over-blog.com/550x352/1/10/86/49/decembre-2009/lent20151.jpg

 

 

 

http://www.lorientlejour.com/storage/attachments/912/4471857_6_b857_des-refugies-chretiens-a-erbil-le-7-aout_52c1f93cbbe778b1233e7f52744f1af2_588629_large.jpg

 

http://chaldeansoflebanon.org/wp-content/uploads/Mgr-Michel-Kassarji-10.jpg

 

 

Nouveau cri d'alarme de l'évêché chaldéen pour porter secours aux communautés venues d'Erbil et de Mossoul.

 

 

Mgr Kassarji revient d'Irak et affirme craindre un nouveau flux de réfugiés. « Des centaines de morts tombent tous les mois, dit-il. Les gens ont peur. Dans le cadre du grand conflit sunnito-chiite, les chrétiens se sentent en insécurité croissante, sans aucune garantie. »

Face à un tel afflux, l'évêché tente de s'organiser comme il peut. « Nous donnons aux nouvelles familles des numéros d'enregistrement, explique à L'Orient-Le Jour le père Denha Youssef, qui s'occupe des aides auprès des réfugiés. Les familles se rendent chez nous chaque mercredi et vendredi. En 2014 seulement, nous avons enregistré 888 familles. En 2015, jusqu'à ce jour, nous en avons recensé près de 160. »

 

 

Le père Youssef, lui-même originaire d'Erbil, précise qu'il s'est rendu auprès des réfugiés de Mossoul dans la région kurde pour les dissuader de se diriger vers le Liban. « La vie y est chère, il n'y a pas de travail, le Liban est submergé de réfugiés de tout bord et secoué de crises successives », leur a-t-il dit. « Les chrétiens irakiens sont perdus, comme si leur vie dans leur pays était définitivement condamnée, poursuit-il. Nous essayons de les convaincre de demeurer en région kurde et de résister jusqu'à la fin de cette crise pour rentrer un jour chez eux. »

 

Comme pour faire écho aux paroles du père Youssef, Mgr Kassarji souligne que les Irakiens espèrent surtout trouver une autre terre d'exil à partir du Liban. Imane ne songerait pas à le contredire. « Notre seul espoir est d'émigrer, à partir du Liban, vers n'importe quel pays, affirme-t-elle. Nous ne voulons plus retourner chez nous, même si notre village est libéré de Daech. Nous n'avons plus confiance, ni dans le gouvernement ni en aucun responsable. »

 

 

link

 

http://img.over-blog.com/300x300/1/10/86/49/ete-2014/10338229_10152353675748512_4349218163241999077_n.jpg

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost 0
Commenter cet article