la Vierge de Jasna Gora à Fontgombault.

Publié le 8 Décembre 2012

 

Foto

 

 

À 19h la cloche du chapitre retentit avertissant la communauté de l’arrivée imminente de l’icône. La nuit est déjà tombée et le ciel s’est constellé d’étoiles (malgré des prévisions météorologiques défavorables !) lorsque la voiture attelée transportant la Vierge de Jasna Gora descend le chemin qui mène au parvis. C’est dans un silence ému d’admiration que les moines voient s’approcher l’icône de la Vierge Marie toute illuminée : beau moyen d’évangélisation pour les voitures qui ont croisé cet étrange et insolite convoi !

 

Sans tarder, l’icône est sortie de ce bel ostensoir et portée dans un autre, datant du XIIème siècle : la voici placée en quelques instants au centre de l’église abbatiale, à la croisée des transepts. Le Père Abbé entonne alors le poignant appel de Jasna Gora, repris trois fois par toute la communauté : « Maryjo, Królowo Polsky, jestemprzy tobie, pamientam, czuwam – Marie, Reine de la Pologne, je suis près de Toi, je me souviens de Toi, je veille ».

 

Quelques minutes avant la veillée, l’église restée dans la pénombre s’illumine peu à peu à la lueur de mille petites flammes, tandis que toutes les cloches s’ébranlent appelant moines et fidèles des paroisses environnantes. De nombreux fidèles (plus d’une centaine) et les moines entrent silencieux dans ce sanctuaire consacré à Notre Dame ; le grand orgue interprète alors un cantique marial médiéval “Regina Polorum” (1382) chanté par les pèlerins montant au sanctuaire de Montserrat.

 

Après avoir chanté et salué Marie “Couronnée d’étoiles”, le Père Abbé souligne dans son allocution l’origine de l’icône et son rôle de grande importance dans l’histoire récente de la Pologne. Les paroles qu’adressa le Bienheureux Jean-Paul II au peuple polonais, lors de son premier voyage en Pologne, le 5 juin 1979, au sanctuaire de Jasna Gora, nourrissent notre méditation et restent d’une actualité saisissante ! On apprend en effet dans la matinée que ce soir même, 4 décembre 2012 à 22h (au lieu du 13 décembre prévu) le Sénat doit se prononcer sur une proposition de loi qui supprimerait la règle actuelle - interdiction de recherche sur l’embryon, sauf dérogations très limitées - pour faire basculer la France dans un régime d’autorisation très large…

 

Nous reprenons à nouveau, tous ensemble d’une seule voix, l’appel de Jasna Gora : « Maryjo, Królowo Polsky, jestemprzy tobie, pamientam, czuwam – Marie, Reine de la Pologne, je suis près de Toi, je me souviens de Toi, je veille ». Puis le Père Abbé encense solennellement l’icône sur fond d’orgue (improvisation sur l’antienne “Virgo Dei Genitrix”).

 

Le curé du Blanc et de Tournon-Saint-Martin, le Père Patrick Guinnepain, introduit alors la récitation du chapelet et nous aide à entrer plus profondément dans la contemplation des mystères joyeux par la lecture d’extraits d’Évangile suivis de brèves méditations. Les Ave Maria sont récités par le chœur des moines auquel répond le chœur des fidèles.

 

Pendant qu’est chanté par la chorale “Marie, pleine de grâce et resplendissante de la beauté de Dieu”, les cierges s’allument. Puis, nous récitons tous ensemble, debout, la belle prière pour la vie composée par le Pape Jean-Paul II. La procession peut alors débuter (Ave Maria de Lourdes). L’icône portée par quatre moines est placée entre la communauté des moines et les fidèles ; elle entre en clôture et arrive ensuite sur le parvis face au petit oratoire abritant la statue de “Mater admirabilis”. Le curé encense à son tour l’icône tandis que la chorale paroissiale entonne le chant du “Magnificat”. Le Père Abbé ayant donné la bénédiction finale, c’est à l’acclamation du “Chez nous soyez Reine” que Notre Dame est reportée à l’église. L’icône y restera jusqu’au lendemain matin, vénérée durant la nuit par les moines et présidant aux offices de Matines et de Laudes. Elle reprend la route vers 8h entourée une dernière fois par la communauté assemblée sur le parvis.

 

 

 

« O Marie, aurore du monde nouveau, Mère des vivants, nous te confions la cause de la vie : regarde, ô Mère, le nombre immense des enfants que l'on empêche de naître, des pauvres pour qui la vie est rendue difficile, des hommes et des femmes victimes d'une violence inhumaine, des vieillards et des malades tués par l'indifférence ou par une pitié fallacieuse.

 

Fais que ceux qui croient en ton Fils sachent annoncer aux hommes de notre temps avec fermeté et avec amour l'Évangile de la vie. Obtiens-leur la grâce de l'accueillir comme un don toujours nouveau, la joie de le célébrer avec reconnaissance dans toute leur existence et le courage d'en témoigner avec une ténacité active, afin de construire, avec tous les hommes de bonne volonté, la civilisation de la vérité et de l'amour, à la louange et à la gloire de Dieu Créateur qui aime la vie. » (Bienheureux Jean-Paul II)

 


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Roger Wenger 21/12/2012 07:21


Comme j'aurais aimé être présent à cette belle cérémonie pour voir et prier avec les moines la Vierge de Jasna Gora!... la route n'est plus pour moi,
hélas! mon âge m'impose de ne pas prendre le risque de conduire sur une longue distance. Heureusement le compte-rendu qui en est fait peut donner l'dée de la beauté de cette pieuse
manifestation.

philippe 21/12/2012 13:10