le dimanche blanc

Publié le 25 Avril 2014

http://3.bp.blogspot.com/-jJWTQmknWJ4/U1VTuC3DumI/AAAAAAAAEV4/giKZ3Ezae5Y/s1600/PaschalCandle_Bees.JPG

 

http://24.media.tumblr.com/b25168c5da4455e4f4d55a163170fcc1/tumblr_n40x1xeal41tus0u7o1_1280.jpg

 

http://4.bp.blogspot.com/-edJxXCpSEU4/UdGkvm0l2vI/AAAAAAAA0L4/Nncix7cZnNQ/s640/cristoytomas.jpg

 

Nous recevons ici une nouvelle leçon sur la foi qui "ne voit pas", qui n'aperçoit pas et croit cependant. La liturgie voit, de plus, une légère allusion à l'Eucharistie:" S'il vous est difficile de croire, mettez sans cesse votre doigt dans les plaies du Christ, c'est-à-dire recevez l'Eucharistie; alors vous verrez le Christ et direz avec Thomas: Mon Seigneur et mon Dieu. Si nous recevons aujourd'hui la sainte Hostie, le Ressuscité nous dit" Avance la main et reconnais la place des clous..."

 

http://kultur-online.net/files/exhibition/Der-unglaeubige-Thomas,-um-1650,-Neapolitanisch-(nach-Caravaggio).jpg

 

Quand nous entendons ce mot: dimanche blanc, nous nous représentons quelque chose de clair et de blanc. Nous pensons aux premiers communiants, vêtus de blanc. Nous pensons aux jardins, qui, en ce moment, ont leur parure de fleurs blanches. Ces deux images sont tellement associées pour nous au dimanche blanc que nous le considérons comme un jour vénérable et saint.

 

Mais d'où vient ce nom: dimanche blanc?

 

Comme on le sait, les catéchumènes, après leur baptême, recevaient un vêtement blanc et un cierge allumé. Ils sortaient ensuite de la chapelle baptismale et entraient dans l'Eglise pour assister, la première fois, à la messe.

 

L'habit blanc était le symbole de l'innocence et de la grâce baptismales. Les premiers chrétiens tenaient beaucoup à conserver l'innocence baptismale jusqu'à la mort. Nous avons vu que l'administration actuelle du baptême comporte un usage analogue.

 

Les néophytes étaient les enfants privilégiés de l'Eglise. Pendant la semaine, ils assistaient chaque matin à la messe, vêtus de leurs habits blancs; le soir, ils faisaient une procession aux fonts. Ils étaient dans la communauté chrétienne, une prédication vivante; ils annonçaient que les chrétiens sont ressuscités avec le Christ à une vie nouvelle.

 

Le samedi après Pâques, ils venaient une dernière fois, avec leurs habits blancs, dans l'église baptismale. C'est là qu'ils déposaient leurs habits que l'on conservait dans la chambre du trésor. Ces habits devaient être un souvenir de leur baptême et, en même temps, un gage de leur fidélité aux promesses du baptême.

 

dom Pius Parsch

 

 

 

 


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article