le grand don.

Publié le 15 Mai 2013

http://www.artbible.info/images/heiligegeest_grt.jpg

 

6a00d83451619c69e20168ebeb95e0970c-320wi.jpg

 

 

"Dès ici-bas Dieu nous permet de vivre en son intimité, et nous commençons en quelque sorte notre éternité, vivant en société avec les trois Personnes divines. Quel mystère! C'est là que je me perds pour vous retrouver, chère Madame..."

 

Bse Elisabeth de la Trinité.

 

 

 


 

Dieu est partout, en tout être et en tout lieu, comme cause immédiate de tout ce qui existe hors de lui;


(nos bons modernos ça ne le nieront jamais..! )


mais il n'habite que dans les justes, auxquels il s'unit d'une façon singulière, comme objet de connaissance et d'amour.

 

(ah là le bât blesse..déjà nous sommes dans la profession de foi catholique.  )

 


 

Et ce n'est pas seulement par son image, son souvenir, ou ses dons, qu'il est ainsi présent en eux; il y vient lui même personnellement, inaugurant dès ici-bas cette vie d'union et de jouissance qui doit se consommer au ciel.

 

Sitôt, en effet, qu'une créature jusque-là pécheresse rentre en grâce avec son Créateur, celui qui est en Dieu l'Amour subsistant, l'Esprit-Saint, lui est envoyé pour sceller en quelque sorte par sa présence le pacte de réconciliation, travailler au grand oeuvre de sa sanctification, et devenir en elle le principe efficient d'une vie nouvelle, incomparablement supérieure à celle de la nature.

 

Aussi n'est-ce point une visite passagère, si précieuse qu'elle puisse être, qu'il daigne lui faire, mais il vient s'établir dans son âme avec le Père et le Fils, et y fixer sa demeure.

 

En y entrant, il se donne lui-même, et c'est là son grand don. Il s'agit ensuite d'embellir et d'orner le temple vivant où il lui plait de résider. Dans ce but, il y verse cette grâce d'un prix infini qu'on appelle sanctifiante, et qui a pour effet de purifier toute souillure, d'effacer le péché, de justifier, de transformer, de déifier qui la reçoit, d'en faire un enfant de Dieu et l'objet de ses complaisances, avec droit à l'héritage céleste.

 

Ce n'est pas tout, car la grâce ne va jamais seule; toujours elle a pour cortège une foule de vertus et de qualités suréminentes qui sont tout à la fois une parure pour nos puissances et une source d'activité surnaturelle.

 

Ce sont les vertus théologales; la foi, l'espérance et la charité; les vertus morales infuses et les dons du saint-Esprit: germes féconds des fruits que Dieu veut récolter en nous; énergies divines, source de ces actes excellents qui portent le nom de béatitudes parce qu'ils sont la cause méritoire et une sorte d'avant-goût de la félicité que nous espérons.

 

Ainsi pourvus, nous pouvons aller de l'avant; et, pour nous acheminer efficacement et sûrement vers les rivages éternels, nous n'avons plus qu'à recevoir cette impulsion de l'Esprit-Saint qui est le partage des enfants de Dieu.

 

Elle ne se fait pas attendre. Du fond de l'âme où il réside, ce divin Esprit éclaire notre intelligence, échauffe notre coeur, nous excite et nous pousse au bien.

 

Qui comptera toutes les saintes pensées qu'il suscite, les bons mouvements qu'il provoque, les inspirations salutaires dont il est la source?

 

Pourquoi faut-il que de malheureuses et trop fréquentes résistances viennent paralyser plus ou moins son action bienfaisante et en entraver les effets? C'est ce qui explique pourquoi tant de chrétiens en possession habituelle de la grâce et des énergies divines qui l'accompagnent, demeurent néanmoins si faibles et si lâches dans le service de Dieu, si peu zélés pour leur perfection, si inclinés vers la terre, si oublieux des choses du ciel, si faciles à entraîner au mal. Aussi l'Apôtre nous exhorte-t-il "à ne pas contrister l'Esprit-Saint" par notre infidélité à la grâce: Nolite contristare Spiritum sanctum Dei, et surtout " à ne pas l'éteindre dans nos coeurs: Spiritum nolite extinguere.


Il est une autre cause qui achève d'expliquer pourquoi une semence si abondante de grâces ne produit qu'une si chétive moisson. C'est que, ne connaissant que très imparfaitement le trésor dont ils sont les dépositaires, nombre de gens n'en ont qu'une faible estime et se mettent peu en peine de le faire fructifier.

 

Et pourtant, quelle force, quelle générosité, quel respect d'eux-mêmes, quelle vigilance, et aussi quelle consolation et quelle joie ne leur inspirerait pas cette pensée constamment entretenue et pieusement méditée: l'Esprit-Saint habite dans mon coeur!

 

Il est là, protecteur puissant, tout prêt à me défendre contre mes ennemis, à me soutenir dans mes combats, à m'assurer la victoire. Ami fidèle, toujours il est disposé à me donner audience,  et, "loin d'être une source d'amertume et d'ennui, sa conversation apporte l'allégresse et la joie : Non enim habet amaritudinem conversatio illius, nec taedium convictus illius, sed laetitiam et gaudium." I. Ephes. IV,30

 

Il est là, témoin toujours veillant de mes efforts et de mes sacrifices, comptant, pour les récompenser un jour, chacun de mes pas, suivant toutes mes démarches, n'oubliant rien de ce que je fais pour son amour et sa gloire.

 

L'Esprit-Saint habite dans mon coeur!

 

Je suis son temple, le temple de la sainteté par essence; il faut donc que je devienne saint moi-même, car le premier caractère de la maison de Dieu, c'est la sainteté. Domum tuam Domine, decet sanctitudo. ps. XCII,5  Je dirai donc avec le Psalmiste, par ma conduite plus encore que par mes paroles:" O Seigneur, j'ai aimé la beauté de votre maison et le lieu où habite votre gloire: Domine, dilexi decorem domus tuae, et locum habitationis gloriae tuae.Ps. XXV,8

 

Quoi de plus efficace que ces réflexions pour nous déterminer à vivre, suivant la parole de saint Paul, "d'une manière digne de Dieu, nous efforçant de lui plaire en toutes choses et de porter toutes sortes de fruits en bonnes oeuvres. " Col. I,10

 

Travaillons donc à croître dans la science de Dieu, crescentes in scientia Dei, nous appliquant chaque jour à mieux connaître, afin de les apprécier davantage, les dons divins.

 

Aimons, honorons, invoquons souvent l'Esprit-Saint, soyons dociles à ses inspirations; et si nous voulons occuper un jour le trône de gloire qui nous a été préparé dans le ciel, commençons par glorifier ici-bas et dans notre âme et dans notre corps cette Trinité sainte dont nous sommes le séjour et le temple .

Rédigé par RP. Froget OP

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article