le Grand Matin de la vie.

Publié le 15 Janvier 2010



http://idata.over-blog.com/1/40/66/11//aube-copie-1.jpg

http://farm5.static.flickr.com/4027/4266925006_b8b533f635.jpg

"les enchaînés de l'Espoir."


"Les anarchies et les convoitises de l'armée du mal attendent ce que, dans leur langage conventionnel, elles nomment le grand soir.

Nous, chrétiens, nous attendons le Grand Matin de la vie éternelle, quasi mane expansum super montes. Le grand matin déjà répandu sur les montagnes, celui dont les reflets brillent déjà sur toutes les hautes et belles choses, sur toutes les plus saintes et les plus audacieuses créations de Dieu, sur tout ce qui monte vers Lui et L'approche.

Montons sur les cimes de la Sainte Attente, sur ces montagnes qui reçoivent déjà le jour d'en haut. Nous irons y voir non point comme le Prophète une terre promise, mais un ciel assuré. Et nous irons encore au-delà. Enfants de la Promesse, nous sommes aussi, selon la magnifique expression de l'Écriture, les enchaînés de l'Espoir. Regardons la chaîne qui nous tient et ce à quoi elle nous relie: quelle chaîne mystérieuse, cette chaîne d'espoir! impalpable comme un frisson de clarté, solide comme l'acier, indestructible et ténue, pareille à un rayon réfléchi, elle va de l'Infini à nous, de nous à l'Infini. Elle franchit l'abîme avec une légèreté divine, elle ondule sûre, droite, rapide comme la lumière, douce comme la caresse du lointain soleil.

Tout ce qui flotte dans ses transparences s'illumine et danse en étincelles sur son trajet. L'âme se meut tout le long de sa splendeur. Après avoir baisé cette chaîne de feu que nous jette la Lumière de Lumière, le Dieu de Dieu, remontons la droite et pure ligne qu'elle trace dans l'azur. Suivons-la. Jusqu'où nous mène-t-elle? Nous allons et autour de nous s'élargissent connue des ondes de force les échos des paroles sacrées, les choses jurées et jurées par Dieu, les grâces répercutées de l'amour divin, autour de nous s'épanouissent je ne sais quelle divines résonances. Elle s'arrête, elle s'arrête soudain: il y a là comme un invisible génie, étrange, solennel. Voici quelque chose comme une porte de mystère. Voici très haut dans le ciel comme une porte. Pour l'heure nos prières, nos rêves et nos anges, seuls, savent la passer.

Ouvrons-la d'un coup avec toute la force des ailes de notre foi, qui nous transporte jusqu'à elle comme en songe et en esprit. Le coup d'aile l'a ouverte à deux battants. Derrière nous, au-dessous de nous, voici la terre – des cimes perdues qui s'effacent – les derniers linéaments des maisons d'épreuve.

Devant nous le ciel, où ce que nul œil n'a pu voir, nulle oreille entendre, nulle âme osé songer, est réservé à ceux que Dieu aime».


Vladimir Ghika.




Benedictus Dominus Deus Israel, quia visitavit, et fecit redemptionem plebis suae et erexit cornu salutis nobis in domo David, pueri sui, sicut locutus est per os sanctorum, qui a saeculo sunt, prophetarum eius, salutem ex inimicis nostris, et de manu omnium qui oderunt nos, ad faciendam misericordiam cum patribus nostris, et memorari testamenti sui sancti, iusiurandum, quod iuravit ad Abraham, patrem nostrum, daturum se nobis, ut sine timore, de manu inimicorum nostrorum liberati, serviamus illi, in sanctitate, et iustitia coram ipso, omnibus diebus nostris.

 

Et tu, puer, propheta Altissimi vocaberis: praeibis enim ante faciem Domini parare vias eius, ad dandam scientiam salutis plebi eius in remissionem peccatorum eorum, per viscera misericordiae Dei nostri, in quibus visitavit nos, oriens ex alto, illuminare his, qui in tenebris et in umbra mortis sedent, ad dirigendos pedes nostros in viam pacis.

+







Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article