les derniers Alleluia, avant le temps de carême monastique .

Publié le 17 Février 2011

7.jpg

 

 

dimanche:

 

 

LA SEPTUAGÉSIME

 

 

La septuagésime désigne le temps de la déchéance, la sexagésime celui de l’abandon, la quinquagésime celui de la rémission, et la quadragésime celui de la pénitence spirituelle.

 

La septuagésime a été instituée pour trois motifs : 1o comme un rachat ; 2o comme un signe ; 3o comme une représentation.

 

1o Les saints Pères avaient décidé que, pour vénérer le jour de l’Ascension, une fête solennelle aurait lieu tous les cinq jours, où l’on serait dispensé du jeûne ; mais comme les fêtes des saints sont ensuite survenues, on a dû renoncer à célébrer cette fête tous les cinq jours. Et c’est pour racheter (ou pour compenser) ces fêtes, que les Pères nous ont imposé une semaine d’abstinence, qu’ils ont appelée la septuagésime.

 

2o La septuagésime est également un signe : elle signifie la déchéance, l’exil, et la tribulation du genre humain, depuis Adam jusqu’à la fin du monde. Ces sept jours signifient les sept milliers d’années que dure le monde : car, six mille ans se sont écoulés depuis Adam jusqu’à l’ascension du Christ ; et tout le temps qui s’écoule depuis l’ascension jusqu’à la fin du monde constitue un septième millénaire, dont Dieu seul connaît le terme.

 

3o Enfin la septuagésime représente les soixante-dix ans que dura pour Israël la captivité de Babylone, qui, à son tour, représentent le temps de notre pérégrination terrestre. Dans ce temps d’exil, l’Église, accablée de tribulations, et presque désespérée, chante : Circumdederunt me gemitus morbis, etc. Mais, pour l’empêcher de désespérer tout à fait, l’épître et l’évangile de la septuagésime lui proposent un triple remède et une triple récompense. Le remède consiste à travailler dans la vigne de l’âme, puis à courir dans le stade de la vie présente, enfin à lutter dans l’arène contre les tentations du diable. Et les trois récompenses sont : le denier accordé au bon vigneron, les applaudissements au coureur, la couronne au combattant.

 

la légende dorée.

 

mercredi 9 mars, 00:00, à : Partout dans le monde


En ce jour l'Eglise entre dans le carême, 40 jours... pour prier, jeûner, offrir. Prier : devant le St Sacrement, au cours de sa journée, le matin... participer plus fréquemment à la Messe... Jeûner : chaque vendredi (ou au moin s'abstenir, faire une privation) Offrir : son temps, son argent à des personnes qui ont besoin Le temps du carême est un temps de conversion. Chacun se doit de le vivre avec un désir de mieux correspondre à ce qu'il est par son baptême : enfant de Dieu. Il est préférable de se préparer au carême, prendre du temps avant pour réfléchir à ce que l'on veut vivre pendant ces 40 jours. Il peut être bon pour cela d'être accompagné par un prêtre, lui demander conseil et pourquoi pas vivre ce carême dans un accompagnement spirituel ? Qu'allez-vous faire de bon pendant ce carême ? pour Dieu, pour vous-même, pour les autres ?

 

Le Sermon sur la montagne dans l'Evangile selon saint Matthieu est un guide pour progresser dans une vie authentiquement chrétienne. Sa lecture, sa méditaion peut être un fil conducteur cette année.


 

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Quaerere Deum 17/02/2011 15:15



Vivement l'enrichissement mutuel !


C'est un peu pénible de jongler avec les deux formes :(



philippe 17/02/2011 18:57



oui...udp +



Quaerere Deum 17/02/2011 11:11



Bonjour,


Qu'est-ce qu'on fait quand on suit le temporal ordinaire de l'Eglise qui n'a plus de septuagésime ?



philippe 17/02/2011 12:15



on fait comme on peut !  en général pour ma part, dans la récitation privée des offices,  je suis la forme
officielle liturgique de Fontgombault, oblsb oblige.