Lourdes: apparition du 4 Mars.

Publié le 3 Mars 2010


18668532

 

screenshot_01.jpg


15ème apparition : Jeudi 4 mars 1858

ste Bernadette

Notre Dame de Lourdes

priez pour nous.

 

La foule toujours plus nombreuse (environ huit mille personnes) attend un miracle à la fin de cette quinzaine. La vision est silencieuse. Le curé Peyramale campe sur sa position. Pendant 20 jours, Bernadette ne va plus se rendre à la Grotte, elle n'en ressent plus l'irrésistible invitation.


Mater Dolorosa.


"Voici votre Mère."

 

Puisque l'Église nous fait lire cette parole de Jésus sur la croix, il faut qu'elle la regarde comme une douleur pour la sainte Vierge, bien qu'elle témoigne de la tendre sollicitude du Fils pour sa mère qu'il remet en moprant aux mains de son disciple bien-aimé. Et aussi saint Bernard s'écrie à l'endroit cité plus haut : « N'a t -elle point été pour vous plus qu'un glaive, cette parole, qui en effet a traversé votre cœur, descendant jusqu'à la division de l'âme et de l'esprit?

Femme; voilà votre fils! Oh! quel échange! Jean vous est donné à la place de Jésus, le serviteur pour le seigneur, le disciple pour le maître, le fils de Zébédée pour le fils de Dieu, un homme pour un Dieu ! » Mais la contre-partie de cette parole adressée à Jean : «Voici votre mère, » a été à la fois un honneur et un immense bienfait pour le disciple chéri et ceux qu'il représente en cette circonstance; en sorte que là encore Marie, consentant à devenir la mère des hommes après avoir été la mère de Dieu, s'immole pour notre salut et devient victime de son amour.

Elle devient en la personne de Jean la Mère de tous les disciples fidèles comme lui, qui participeront par leur foi et par le baptême au bienfait de la régénération.

 

En effet, Marie est la mère des chrétiens à double titre :


1° comme la mère de Jésus-Christ qui nous a transmis la véritable vie, la vie même de Dieu, mère selon l'esprit ; car c'est par elle que celui qui est la vie a été donné à nos âmes :

2° mère même selon la nature et par la chair, mais selon la nature régénérée et par la chair glorifiée. Car si nous sommes les frères de Jésus-Christ par l'opération du Saint-Esprit, par l'union de notre âme avec le Père en la personne adorable du Fils, nous le sommes aussi par l'humanité que Jésus a prise au sein de Marie, par son corps uni indissolublement à sa divinité et dont nous devenons les membres par le baptême, corps spirituel du nouvel Adam, qui est l'Église.

 

Marie est encore notre mère par la volonté expresse de Jésus-Christ mourant, parla dernière parole qu'il lui adresse du haut de sa croix, et qui est comme son testament.

Il dit à Marie en lui indiquant Jean : Voici votre fils. Il dit à Jean : Voici votre mère. Or Jean représente ici tous les chrétiens fidèles, et Marie l'Église que le Seigneur fonde spirituellement par cette parole, comme il va l'établir mystiquement par l'eau et le sang qui sortiront de son côté entr'ouvert, sources des deux sacrements principaux : le baptême qui régénère les âmes, et l'eucharistie qui les nourrit.

 

Ainsi nous avons au ciel une mère spirituelle dont la tendresse ne nous manquera jamais.: la mère de Jésus-Christ, qui est la mère des vivants a plus juste titre qu'Eve, puisqu'elle a donné au monde celui qui est la vie même, et par qui seulement on vit dans l'éternité.

Et ce que Marie a fait pour son divin fils sur la terre, l'Église, son représentant, le fait et le fera jusqu'à la fin des temps pour chaque chrétien. Elle l'enfante par le baptême, elle le nourrit du lait de sa doctrine et du pain des forts ; elle l'élève pour le ciel par les soins maternels dont elle l'entoure, la direction qu'elle lui donne et les grâces qu'elle lui transmet. Et ce que fait l'Église ici-bas, c'est Marie qui l'opère du haut du ciel en union avec l'Esprit de Jésus-Christ, qui sera avec son Église comme avec sa mère jusqu'à la consommation des siècles et dans l'éternité.


On ne peut donc pas aimer l'Église sans aimer la sainte Vierge, qui en est l'archétype, le modèle ; et c'est pourquoi nous invoquons Marie comme le canal de toutes les grâces qui s'y répandent, parce que celui qui en est la source nous a été donné par elle.


C'est pourquoi ceux qui se séparent de l'Église et ne participent plus à sa foi ni à sa charité, comme des branches détachées du tronc n'en reçoivent plus la séve,

en protestant contre son autorité qu'ils repoussent, s'éloignent nécessairement de celle qu'elle représente, et ne lui rendent plus le culte qui lui est dû, parce qu'ils méconnaissent sa mission sublime, et la grandeur comme la douceur de sa puissance.

 

mr l'abbé Bautin.

 

 


 

 

 

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article