padre pio

Publié le 1 Juin 2013

 

http://www.lexpress.fr/pictures/1179/603935_le-corps-de-padre-pio-lors-de-sa-premiere-exposition-le-24-avril-2008.jpg

 

 

Samedi a débuté l'exposition permanente du corps de Padre Pio, un saint particulièrement vénéré dans le Sud de l'Italie. Une messe solennelle a été célébrée dans l'église de San Giovanni Rotondo, ville des Pouilles, pour marquer l'événement.

"C'est un jour de fête", s'est exclamé le vicaire général de l'ordre des capucins, Stefan Kozuh, "la sainteté de Dieu se reflète et est rendue visible dans les créatures qui savent accueillir le mystère de Dieu et se laissent modeler à son image".

Une ostention qui suscite des attentes

Dès la fin de la messe, les fidèles se sont mis en file pour prier devant la dépouille du saint, exposée dans un coffre de verre dans la crypte de l'église conçue par l'architecte Renzo Piano.

L'ostension du corps du Padre Pio a été décidée "dans la certitude de renouveler les bénéfices spirituels suscités par les précédentes ostensions", a précisé le frère Kozuh.

Dans son homélie, le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour la cause des saints, a estimé que "grâce à cette ostension permanente, Padre Pio se veut plus proche de nous, il veut qu'on le regarde et pouvoir lui aussi nous regarder dans les yeux. Le visage du Padre Pio nous aide à découvrir le visage de Jésus, un visage de miséricorde et de pardon".

Padre Pio, un saint très vénéré dans le Sud de l'Italie

La dépouille du saint avait déjà été exposée pendant 17 mois en 2008/2009, cinq millions de pèlerins s'étaient alors déplacés, dont le pape Benoît XVI. Symbole de piété populaire, Padre Pio est très vénéré dans la région des Pouilles et plus généralement dans le Sud de l'Italie, où l'on trouve souvent des images à l'effigie du saint dans les maisons ou les voitures.

Padre Pio de son vrai nom Francesco Forgione, né en Campanie, la région de Naples, en 1887, est mort en 1968 dans le massif du Gargano (Pouilles). Il est vénéré depuis qu'il a affirmé, très tôt, porter des stigmates de la passion du Christ, qu'il a appelé ses "douces blessures".

 

link news va.

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article