saint Bernard de Clairvaux

Publié le 19 Août 2014

http://chirho.me/ucatholic/wp-content/uploads/2010/08/St.-Bernard-of-Clairvaux.png

 

 

Qui aime veille et observe. Et heureuse l'âme que le Seigneur trouvera vigilante (Lc 12,37) Il ne la laissera pas de côté, il ne la négligera pas, il s'arrêtera pour lui parler, et lui dire des paroles d'amour, des paroles de bien-aimé. Elle n'est pas en effet de ceux à qui le Seigneur a sujet de reprocher qu'habiles à apprécier les bienfaits du ciel, ils n'ont point su connaître le temps de son avènement. (Mt 16,4). L'Epouse est si adroite, si prudente, si prévoyante qu'elle l'a distingué de loin, lorsqu'il venait, qu'elle l'a vu bondir en son empressement. Et lorsqu'il était debout, caché derrière la muraille, elle a discerné sa présence, et senti qu'il regardait à travers les fenêtres et le treillis.

 

Qui de nous est assez vigilant, observe si bien le temps où Dieu le visite, surveille avec assez de diligence chacune des démarches de l'Epoux dans son avènement, qu'à son arrivée et lorsqu'il frappe, il lui ouvre sans délai. (Lc 12,36; Ap 3,20)? Car ce passage ne s'applique pas si exclusivement à l'Eglise, que chacun de nous, qui tous ensemble sommes l'Eglise, ne puisse participer à ses bénédictions.

 

Si quelqu'un de nous, fidèle au conseil du sage, livre son coeur dès le matin à veiller pour Dieu qui l'a créé: s'il prie en présence du Très-Haut; s'il s'applique en même temps de tous ses voeux à préparer les voies du Seigneur, selon l'expression d'Isaïe, et à rendre droits ses sentiers (Is 40,3, de façon à pouvoir dire, avec David, un autre prophète: Mes yeux sont constamment tournés vers Dieu (Ps 24,15); et je gardais le Seigneur devant moi sans relâche (Ps. 15.8) celui là ne sera-t-il pas béni de Dieu et l'objet des miséricordes de son Sauveur. (Ps 23,5) ? Il en recevra des visites fréquentes; il n'ignorera jamais le temps de ces visites, fussent-elles clandestines et furtives. L'âme vigilante et sobre le verra donc venir de loin... Et lorsqu'il sera près d'elle ou devant elle, elle l'apercevra sur le champ; s'il la regarde, elle verra avec joie son regard comme un rayon de soleil qui entre par les fenêtres de la muraille, et enfin, elle entendra ces joyeuses paroles d'amour: ma bien-aimée, ma colombe, ma toute belle.

 


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article