st Placide les bouahhh

Publié le 15 Octobre 2014

j'ai même perdu ma voiture dis-donc !  et puis j'ai entendu tirer ça devait être des zIsis ... c'est sur l'île des causes perdues..on s'y sent tellement  bien au moins là.

le dernier sourire de l'été de la st Michel !   

bizarre, beaucoup de visites hier..Noah c'est un aspirateur de visites et de j'aime hi hi hi ;...merci ça remonte le moral au moins ça.. il est oecuménique Noah té ! Chopin et la nature quelle belle harmonie..c'est transcendant tout ça.. on remonte tellement facilement de la création au Créateur.. quelle paix on peut y ressentir. ça vaut bien 5 jours de retraite de st Ignace  ça repose. à chaque pas, la magie, une lumière différente...le monde a besoin de poésie, 

 



do-bright.php-copie-15.jpg

 

" à part la floride évidement !   Lorsqu'il se revêt d'un rayon de soleil, c'est simplement le plus coquet et le plus riant pays du monde .. ! Il n'y a que le Paradis au-dessus.." 

 

dom Delatte

 

do-bright.php-copie-29.jpg

 

Comme le temps s'en va d'un pas précipité !


Il semble que nos yeux, qu'éblouissait l'été,

Ont à peine eu le temps de voir les feuilles vertes.

 

 

141330665264863.jpg

 

Et l'oiseau pleurait tout seul

 

Fleurissant le sombre ormeau

 

De ses larmes en corolles

 

De cristal et d'or nouveau

 

do-bright.php-copie-28.jpg

 

L'aube est moins claire, l'air moins chaud, le ciel moins pur ;
Le soir brumeux ternit les astres de l'azur.
Les longs jours sont passés ; les mois charmants finissent.
Hélas ! voici déjà les arbres qui jaunissent !
Comme le temps s'en va d'un pas précipité !
Il semble que nos yeux, qu'éblouissait l'été,
Ont à peine eu le temps de voir les feuilles vertes.


Pour qui vit comme moi les fenêtres ouvertes,
L'automne est triste avec sa bise et son brouillard,
Et l'été qui s'enfuit est un ami qui part.
Adieu, dit cette voix qui dans notre âme pleure,
Adieu, ciel bleu ! beau ciel qu'un souffle tiède effleure !


Voluptés du grand air, bruit d'ailes dans les bois,
Promenades, ravins pleins de lointaines voix,
Fleurs, bonheur innocent des âmes apaisées,
Adieu, rayonnements ! aubes ! chansons ! rosées !

Puis tout bas on ajoute : ô jours bénis et doux !
Hélas ! vous reviendrez ! me retrouverez-vous ?

 

Victor Hugo.

 


do-bright.php-copie-27.jpg

 

Une branche sur l'oiseau

Chantait en perdant ses feuilles

 

L'automne tenait l'archet

Du violon qui gémissait

Dans le vent venu de l'ouest

Murmurant des choses tristes

 

Et l'oiseau pleurait tout seul

Fleurissant le sombre ormeau

De ses larmes en corolles

De cristal et d'or nouveau

 

Et la branche et le moineau

Dans la brume pure et grise

Ont marié leur nostalgie

Au mystère de la nuit.

 

Raïssa Maritain

 

 

 

N1100-copie-1.jpg

 

Les feuilles tombent, tombent comme de loin

 

comme si dans les ciels, s'effeuillent des jardins,

 

elles tombent, tel un geste qui nie.

 

Et dans les nuits, la lourde terre tombe

 

et tous les astres dans la solitude.

 

 

 

Tous, nous tombons. Cette main tombe.

 

Et vois les autres : cette chute est en toutes.

 

 

 

Il en est Un qui néanmoins

 

avec une infinie douceur

 

tiens cette chute dans ses mains.


-

 

Rainer Maria Rilke

 

 

 

do-bright.php-copie-26.jpg

 

do-bright.php-copie-25.jpg

 

do-bright.php-copie-24.jpg

 

do-bright.php-copie-23.jpg

 

do-bright.php-copie-16.jpg

 

do-bright.php-copie-17.jpg

 

do-bright.php-copie-18.jpg

 

do-bright.php-copie-19.jpg

 

do-bright.php-copie-20.jpg

 

do-bright.php-copie-21.jpg

 

do-bright.php-copie-22.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Hélène de J 16/10/2014 06:30


félicitations. vraiment très belles photos merveilleux votre petit génie . merci beaucoup pour ce très beau blogue.

philippe 16/10/2014 06:32



merci madame.