ste Thérèse et st Joseph.

Publié le 9 Mars 2010

http://s1.e-monsite.com/2008/11/07/01/52914180therese-de-lisieux-jpg.jpg


Je ne me souviens pas,  d'avoir rien demandé à saint Joseph, que je ne l'aie obtenu aussitôt.
C'est quelque chose de merveilleux que le récit des Grâces de toute espèce dont le Seigneur m'a  comblée, et des périls, tant du corps que de l'âme, dont il m'a délivrée par les mérites et les prières de mon bien-aimé Patron.

Dieu semble avoir accordé à chacun des autres Saints le pouvoir de nous secourir dans des nécessités particulières; notre Saint, au contraire, peut nous secourir en toutes, l'expérience le prouve; et par là notre Seigneur nous donne à entendre que, comme il lui a été soumis en toutes choses sur la terre, il veut bien encore dans le Ciel condescendre à tous ses désirs.

C'est ce qu'ont éprouvé un grand nombre de personnes, à qui j'avais conseillé de se recommander à saint Joseph ; les Grâces signalées qu'elles en ont reçues les ont pénétrées de la plus tendre piété et de la plus vive reconnaissance pour leur saint Protecteur.

D'après l'expérience constante que j'ai des faveurs précieuses qu'il obtient de Dieu, à ceux qui  s'adressent à lui, je voudrais inspirer à tout le monde une grande dévotion pour lui. De toutes les âmes qui sont fidèles à l'honorer, je n'en connais pas une seule qui ne fasse chaque jour de nouveaux et rapides progrès dans la perfection. Depuis plusieurs années que je lui demande le jour de sa fête une Grâce particulière, jamais elle ne m'a été refusée; j'ai même remarqué que si la Grâce que  j'avais sollicitée n'était pas celle qui me convenait, cet aimable Saint savait la faire tourner au plus grand bien de mon âme.

Si quelqu'un hésite à me croire, je le supplie de vouloir bien en faire l'essai, pour l'amour de Dieu; il verra, par sa propre expérience, combien il est avantageux de se recommander à ce glorieux Patriarche, et de se ranger ce parmi ses dévots serviteurs.
Ce que je dis s'adresse surtout aux personnes d'oraison; elles devraient ce s'attacher et s'affectionner de tout leur cœur, à ce ee grand Maître de la vie intérieure.
Pour moi, je ce ne sais comment on peut contempler la Reine des Anges, donnant jour et nuit ses soins maternels à Jésus Enfant, sans rendre grâces en même temps à son chaste Époux des secours qu'il prodiguait  alors, avec tant de sollicitude, à la Mère et au Fils. ( Chap. vi. )

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article