Treizième Dimanche après la Pentecôte

Publié le 25 Août 2012

http://farm9.staticflickr.com/8158/7670014692_4f4e6729b6.jpg

 

sept-2012-2020.jpg

 

300601_2152147476120_528127_n.jpg

 

 

"La souffrance est et restera toujours la souffrance c'est à dire une violence faite à notre nature. Dieu lui-même ne peut pas changer cela :


Fecisti nos ad te

 

la foi :


« Tu nous as faits pour toi, Seigneur. »

 

l'espérance :

 

Or te c'est le bonheur.

 

...


 

La souffrance s'oppose à ce fecisti et au mouvement vers le terme te.

 

En souffrant avec nous et pour nous, Jésus a fait rentrer cette opposition dans le mouvement ; la souffrance est devenue chemin, mais c'est per accidens

 

. Essentiellement et prise en elle-même, elle reste un contraire, un ennemi.

 

C'est seulement quand on a engage la bataille contre elle, quand on l'a vaincue, quand on a été plus fort qu'elle en l a portant, qu'elle devient un instrument et un serviteur.

 

la charité

 

Continuez donc de porter vaillamment la souffrance, et de la faire servir à votre plein déploiement de vie ; et continuez d'aimer le bon Dieu quand il vous prépare ces heures exceptionnellement développantes où le cœur broyé garde juste la force de redire :

 


Fiat !"

 

dom Guillerand.

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article