veni sancte spiritus

Publié le 15 Mai 2010

capt.photo_1273837658761-3-0.jpg

 

 

Viens, Esprit-Saint, en nos coeurs,

et envoie du haut du ciel

un rayon de ta lumière.

 Viens en nous, père des pauvres,

viens, dispensateur des dons,

viens, lumière de nos coeurs.

 Consolateur souverain,

hôte très doux de nos âmes

adoucissante fraîcheur.

 Dans le labeur, le repos,

dans la fièvre, la fraîcheur,

dans les pleurs, le réconfort.

 O lumière bienheureuse,

viens remplir jusqu'à l'intime

le coeur de tous tes fidèles.

 Sans ta puissance divine,

il n'est rien en aucun homme,

rien qui ne soit perverti.

 Lave ce qui est souillé,

baigne ce qui est aride,

guéris ce qui est blessé.

 Assouplis ce qui est raide,

réchauffe ce qui est froid,

rends droit ce qui est faussé.

 A tous ceux qui ont la foi

et qui en toi se confient

donne tes sept dons sacrés.

 Donne mérite et vertu,

donne le salut final

donne la joie éternelle.

 

Le Saint-Esprit, don incréé

 

L'Esprit-Saint est appelé le don par excellence. Jésus y fait allusion et plus qu'allusion lorsqu'il dit à la Samaritaine « Si lu savais le don de Dieu! » Déjà le don créé de la grâce sanctifiante unie à la charité dépasse immensément tous les dons naturels, ceux de l'imagination la plus riche, de l'intelligence la plus géniale, de la volonté la plus énergique.

La grâce, germe de la vie éternelle, dépasse mème immensément la vie naturelle des anges, la force naturelle de leur intelligence et de leur volonté ; elle dépasse aussi et de beaucoup, comme le dit saint Paul , les grâces gratuitement données et en quelque sorte extérieures, comme le don des miracles, le don des langues, la prophétie.

 

Or le Saint-Esprit est le don incréé, infiniment supérieur encore à celui de la grâce sanctifiante et de la charité, supérieur à tout degré de charité et à tout degré de gloire.

 

Il est d'abord don incréé, comme terme ultime et éter­nel de la fécondité divine du Père céleste et de son Fils. Le Père, infiniment bon, par la génération éternelle du. Verbe, communique à celui-ci toute la nature divine, lui donne d'être Dieu de Dieu, lumière de lumière. Le Père et le Fils spirent l'Amour personnel qu'est le Saint-Esprit .

La troisième Personne divine procède ainsi de l'amour mutuel du Père et du Fils; elle est le don incréé que les deux premières personnes se font l'une à l'autre, don unique, par une spiration éternelle, qui communique à l'Esprit-Saint toute la nature divine.

 

Saint Thomas explique bien pourquoi le Saint-Eprit est appelé le Don personnel et incréé : parce que tout don provient d'une donation gratuite dont le principe est l'amour, et la première chose que nous donnons à quelqu'un c'est l'amour par lequel nous ltt-i voulons du bien; ainsi l'amour est le premier de tous les dons, le principe de tous les autres.

Par suite, le Saint-Esprit, qui est l'Amour personnel subsistant, mérite d'être appelé le Don personnel et incréé.

 

Ce don suprême, que les deux premières personnes divines se font l'une à l'autre de toute éternité, nous a cté donné à nous aussidans le temps par Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Il nous avait déjà donné l'Eucharistie à la Cène, et son précieux sang sur la croix, il nous avait donné la grâce par tous les sacrements ; il a voulu nous accorder enfin le don suprême, le don incréé, pour couronner tous ses bienfaits.

Il nous avait promis de nous envoyer l'Esprit- Saint, et il nous l'a envoyé de fait le jour de la Pentecôte.

 

La grandeur de ce don suprême apparaît davantage par comparaison avec les autres et avec les plus élevés d'entre eux. Le Sauveur nous avait déjà mérité tous les effets de notre prédestination : notre vocation à la vie chrétienne, notre justification ou conversion, la persévérance finale et la gloire des élus rachetés par son sang; mais il a voulu nous donner plus encore, il a voulu nous accorder le don incréé qu'est l'Esprit-Saint.

 

Les Apôtres, en le recevant, ont été éclairés, fortifiés, confirmés en grâce, transformés; et, sous la direction de l'Esprit-Saint, ils ont persévéré jusqu'au martyre.

 

Ce que nous venons de dire montre pourquoi les noms propres du Saint-Esprit sont l'Amour personnel et le don incréé. On l'appelle aussi par appropriation le Consolateur.

Il est en effet le grand ami spirituel qui console dans les tristesses de la vie, dans l'anxiété qui va parfois jusqu'à l'angoisse.

C'est ainsi qu'il a consolé les Apôtres, privés de la présence sensible de Notre-Seigneur, au moment où les grandes difficultés de leur apostolat commençaient. Or la Pentecôte a été renouvelée pour chacun de nous par notre confirmation.

 

Rp. Garrigou Lagrange 

 

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article