Vere Filius Dei erat iste

Publié le 24 Mars 2011

 

 

 

http://www.passionistnuns.org/blog/wp-content/themes/fallseason/images/NunCrucifixblog.jpg

 

 

http://jubilatedeo.j.u.pic.centerblog.net/yp0t43w9.jpg

 

"Voici que nous montons à Jérusalem.."

 

 

 

200635_1800193837499_1019375888_2019439_1696495_n.jpg

 

 

"Voilà mon Fils unique, mon Fils bien-aimé en qui j'ai mis toutes mes complaisances."

 

 

Je ne puis expliquer comment le Crucifié est Dieu et Homme tout ensemble, mais je ne puis douter qu'il soit l'un sans l'autre.

 

Il a un corps, il tremble, il verse son sang, il souffre, il agonise, il râle, il meurt, je touche son cadavre, je vois bien qu'il est homme;

mais les prédictions qui s'accomplissent, la terre, les astres, les cieux qui à sa voix expirante s'ébranlent, les rochers qui se fendent, le voile du temple qui se déchire, la mort qui attend ses ordres, les tombeaux qui s'ouvrent et rendent leur proie, la sainteté, la force, la bonté qui éclatent en sa personne, toutes ces voix enfin de la Vérité première me crient avec le centurion: Vere Filius Dei erat iste.

 

C'était vraiment le Fils de Dieu.

 

Ma raison est rassurée, mon âme palpite de joie et d'espérance, je suis fier de ma foi, et j'adore à deux genoux Celui qui par sa croix m'a ouvert les chemins de la béatitude et les portes du ciel.


 

  Vous qui croyez. !

 

 

Vous qui croyez, mais qui êtes assaillis par la tentation du doute, qui passez vos jours dans des sociétés hostiles à la foi, ne désarmez pas.

 

Défendez vos surnaturelles convictions; défendez-les en répétant intérieurement votre credo.

 

Quand on nie la Divinité, dites avec simplicité: je crois en Dieu le Père Tout-Puissant.

Quand on blasphème le Christ de votre baptême, dites: je crois en Jésus-Christ, son Fils unique.

Quand on raille l'Eglise, dites: je crois à l'Eglise catholique.

Quand on se moque de vos ineffables espoirs, dites: je crois à la résurrection de la chair et à la vie éternelle.

 

Qui que vous soyez, ne laissez pas s'étioler votre foi. Chaque jour dans vos prières, exercez-en les actes, afin qu'à mesure de la fuite du temps elle croisse et vous rive plus fortement aux choses de l'éternité.

 

Lorsque vous serez arrivés à ce moment dramatique qui décide de tout, ne permettez pas aux ténèbres de la nuit de vous épouvanter. Pensez que les choses de la terre ne s'effacent que pour laisser à votre foi la liberté de s'élever plus facilement vers les choses du ciel. Sans vous lasser, aussi longtemps que vos lèvres pourront parler, que votre esprit pourra réfléchir, que votre volonté pourra se mouvoir, répétez: je crois.

 

Attachez-vous jusqu'à votre dernnier souffle  à la vérité première: vous vous endormirez dans sa pénombre et bientôt vous vous réveillerez dans sa lumière.

 

 


R.P. Janvier

op

 


 

 

 

 

 

 

 

 


Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article