Publié le 21 Mai 2010

pentecoste.jpg

 

 

Mon Dieu, je Vous adore comme la troisième Personne de la Bienheureuse Trinité, sous le nom d'Amour, qui Vous désigne. Vous êtes le vivant amour dont s'aiment le Père et le Fils, et Vous êtes l'auteur de l'amour surnaturel dans nos cœurs - Fons vivus, ignis, caritas. Vous êtes descendu du ciel sous la forme d'un feu au jour de la Pentecôte; et toujours comme un feu, Vous brûlez dans nos cœurs les scories de la vanité et du péché, et Vous y allumez la pure flamme de la dévotion et des saintes affections. C'est Vous qui unissez le ciel et la terre en nous montrant la gloire et la beauté de la nature divine et en nous faisant aimer ce qui est en soi-même si transportant et plein d'attraits. Je Vous adore, ô feu éternel et incréé, par lequel vivent nos âmes, par lequel seul elles sont rendues dignes du ciel.

 

Mon Dieu, éternel Paraclet, je Vous reconnais comme l'auteur de ce don immense par lequel seul nous sommes sauvés, l'amour surnaturel. L'homme est par nature aveugle et dur de cœur en toutes matières spirituelles ; comment pourrait-il gagner le ciel ? C'est par la flamme de votre grâce qui le consume pour le renouveler, et pour le rendre capable de jouir de ce pour quoi, sans Vous, il n'aurait aucun goût.


C'est Vous, ô tout-puissant Paraclet, qui avez été et qui êtes la force, la vigueur et l'endurance du martyr au milieu de ses tourments. Vous êtes l'appui du confesseur dans ses longs travaux monotones et humiliants.

Vous êtes le feu par lequel le prédicateur gagne les âmes, en s'oubliant lui-même dans ses labeurs de missionnaire. Par Vous, nous nous réveillons de la mort du péché, pour échanger l'idolâtrie de la créature contre le pur amour du Créateur. Par Vous, nous faisons des actes de foi, d'espérance, de charité, de contrition. Par Vous, nous vivons dans l'atmosphère de la terre à l'abri de son infection. Par Vous, nous pouvons nous consacrer au saint ministère et y remplir nos redoutables engagements. Par le feu que Vous avez allumé en nous, nous prions, nous méditons, et nous faisons pénitence. Nos âmes, si Vous les quittiez, ne pourraient pas vivre davantage que ne feraient nos corps si le soleil s'était éteint.

 

Mon très saint Seigneur et Sanctificateur, tout bien qui existe en moi est à Vous. Sans Vous, je serais pire et pire encore avec les années et je tendrais à devenir un démon. Si je diffère du monde en quelque manière, c'est parce que Vous m'avez choisi et tiré du monde et que Vous avez allumé l'amour de Dieu dans mon cœur. Si je diffère de vos saints, c'est parce que je ne demande pas assez ardemment votre grâce, ni une grâce assez grande et parce que je ne profite pas diligemment de celle que Vous m'avez donnée. Augmentez en moi cette grâce de l'amour, malgré toute mon indignité.

 

Elle est plus précieuse que tout au monde. Je l'accepte en place de tout ce que le monde peut me donner. Oh ! donnez-la-moi ! elle est ma vie !

 

cardinal Newmann

 

Le petit Placide vous souhaite de bonnes et saintes fêtes de Pentecôte, un bon week-end sous le soleil du st

Esprit.


"Je suis venu allumer un feu sur terre, et comme je voudrai que déjà il fut allumé !"



(Lc 12, 49)

 

 

 

 

,

 




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 21 Mai 2010

http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2010/05/21/201005211846_w350.jpg

 

 

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash1/hs316.ash1/27975_1408493245229_1019375888_1187451_2963284_n.jpg

 

screenshot_02.jpg

le sensus ecclesiae qui vibre !

 

screenshot_05-copie-1.jpg

 

http://farm2.static.flickr.com/1139/560873735_e50715d6da_o.jpg

 

http://www.militarychaplaincy.ie/lourdes/PMI_2008/slideshow/candles.jpg

 

http://www.roscommoncoco.ie/services/civildefence/MilitaryPilgrimageLourdes2008/Lourdes%202008%20361.jpg

 

http://www.monaghan.ie/websitev2/images/emergencyservices/CivilDefence/2008/LourdesTrip/Legionaires.jpg

 

 

Pas moins de 38 nations présentes au pèlerinage militaire international

 

Depuis hier, la ville mariale se remplit d'uniformes, sous un soleil devenu enfin généreux, le spectacle sera beau.

 

Dès aujourd'hui et jusqu'à dimanche soir, le 52e Pèlerinage militaire international (PMI) se déroulera en haut et en bas de la ville. Pèlerins, visiteurs et Lourdais profiteront du spectacle riche en couleurs et en musique qu'ils sont tant à apprécier. Les organisateurs ont programmé un déroulé intensif pour les 12.000 pèlerins venus de 38 nations.

 

Des pèlerins dont le nombre est sensiblement en baisse, cette année, contre 13.000 en 2009 et 18.000 en 2010, pendant l'année jubilaire et le 50e anniversaire du pèlerinage militaire. « À cela deux raisons, » explique la chargée de communication Édith Carbonneaux, la crise se fait durement ressentir dans les familles et la fête de la Pentecôte, moment de communions, de profession de foi, de fêtes familiales en France, éloigne ceux qui avaient l'habitude de venir. »

 

C'est une des raisons qu'ont entendue les aumôniers militaires lors des préparatifs de ce rassemblement annuel dans les régiments.

 

Pourtant, ce 52e pèlerinage qui collera parfaitement au message de Lourdes « Veillez et priez » sera l'occasion de découvrir quelques nouveautés d'importance et quelques surprises.

 

DELEGATION POLONAISE

 

En effet, alors que le pays est encore plongé dans un profond deuil, une délégation polonaise de 190 personnes a souhaité être présente en mémoire de la mort de son Président mais aussi de l'évêque aux armées et celle du vicaire général.

 

Seconde grande nouveauté : la désignation d'un nouvel évêque aux armées Mgr Luc Ravel, en remplacement de Mgr Patrick Le Gal, présent pendant neuf années.

 Parmi les pèlerins malades et handicapés des hôpitaux militaires, « aucun blessé de guerre français, commente la chargé de communication, seuls des Canadiens et des Américains sont annoncés ».

 link

 

 

http://www.defense.gouv.fr/var/dicodrefonte/storage/images/media/images/terre/repertoire_images/culture/mgr_luc_ravel_credits_photos_abbaye_de_champagne/1429440-1-fre-FR/mgr_luc_ravel_credits_photos_abbaye_de_champagne.jpg

 

Mgr Luc Ravel est né le 21 mai 1957 à Paris. Il est le troisième des sept enfants du Général Roger Ravel. Son père et son grand-père paternel ont tous deux servi dans l'Infanterie de Marine. Son grand-père maternel était officier de Marine.

 

Mgr Ravel a quant à lui effectué son service militaire au 1er régiment de chasseurs parachutistes (1er RCP) à Pau.

 

Diplômé de l’Ecole polytechnique et de l’Ecole nationale supérieure des pétroles et moteurs, il est aussi titulaire d’une maîtrise de philosophie obtenue à l’Université de Poitiers. Il a été ordonné prêtre le 25 juin 1988.


 

link

 

avec toutes nos félicitations..

 

courte mais hyper sympa, en union de prières avec vous tous,
je regarde !
,
screenshot_03-copie-3.jpg
que de monde !
35401330.jpg
de mon iphone 1970,  fait très beau,
je prie p vous, petit placide.

Bénédiction de Benoît XVI aux pèlerins du 52ème PMI

 

 

 

A l’occasion du 52ème Pèlerinage Militaire International, Sa Sainteté le Pape Benoît XVI s’associe par la prière à tous les participants, rassemblés à Lourdes.

 

Chers militaires, vous savez bien que sans souffrance il n’y a pas de véritable amour. Le thème « Signe de Croix, signe de vie » vous invite donc à comprendre votre existence à la lumière de la Croix glorieuse du Christ, signe de Paix et de Réconciliation. Face au mystère de la mort et de la souffrance, auquel certains d’entre vous sont confrontés, gardez intact la flamme de l’Espérance et découvrez que la lumière du Christ peut illuminer chaque instant de votre vie.


Dans les temps d’attente et de veille souvenez-vous de la première rencontre de Bernadette avec Marie. Dans un silence déconcertant, introduisant à une prière de contemplation, la jeune fille fut guidée par Marie pour faire le signe de la Croix. Accomplissez ce geste vous aussi, pour y découvrir la tendresse et la miséricorde de Dieu !

Regardez la Croix comme un signe éminent de l’amour de Dieu afin d’en être des témoins courageux et humbles !

 

Confiant à la protection de Notre-Dame de Lourdes et à l’intercession de sainte Bernadette tous les participants au pèlerinage et leurs familles, particulièrement les blessés, les malades et les hospitaliers de Notre-Dame des Armées, ainsi que les nouveaux baptisés et confirmés de ces jours, le Saint père leur accorde de grand cœur une affectueuse Bénédiction Apostolique.

 

 

 

Cardinal Tarcisio Bertone

 

Secrétaire d’Etat de SA Sainteté


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 20 Mai 2010

 

 

 

http://3.bp.blogspot.com/_lVvM5tfzc3w/Rljtj4JxeEI/AAAAAAAAAUw/FtRvul6GfQw/s400/Pentecost55.jpg

 

la haine des Sans-Dieu pour l'Eglise est la réplique de l'amour des saints pour l'Eglise.

Cardinal Journet

,

 

"L'Eglise catholique seule est le corps du Christ; le Christ en est la tête, et le Sauveur son corps. Hors de ce corps, l'Esprit ne vivifie personne, car, selon l'apôtre la charité de Dieu a été diffusée dans nos coeurs par l'Esprit saint qui nous a été donné; et nul ne participe à la charité s'il est ennemi de l'unité.... Ils n'ont donc pas l'Esprit saint, ceux qui sont hors de l'Eglise.

 

http://d.yimg.com/a/p/afp/20100518/capt.photo_1274153468800-1-0.jpg?x=400&y=274&q=85&sig=1fnVdWGd2A8aOlwrQO6U.A--

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 20 Mai 2010

 

 

 

http://img.over-blog.com/300x364/0/50/78/85/spi/08Saint_Francois_dAssise.jpg

 

 

Canal Académie

André Vauchez

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 19 Mai 2010

http://img523.imageshack.us/img523/8580/saintbernardindesienneefc8.jpg

 

 

Bernardin Albizesca, issu d'une noble famille de Sienne, donna dès son enfance des marques éclatantes de sainteté. Elevé dans des habitudes honnêtes par ses parents qui étaient vertueux, il négligea les jeux de l'enfance, et dès ses premières études sur la grammaire on le vit se livrer aux Oeuvres de la piété, au jeune, à l'oraison, et particulièrement au culte de la très sainte Vierge. La charité envers les pauvres éclatait en lui. Après quelques années, dans le but de mieux pratiquer encore toutes ces vertus , il voulut être du nombre des confrères qui servent Dieu à Sienne dans l'hôpital de Notre-Dame de la Scala, d'où sont sortis plusieurs personnages célèbres par leur sainteté. Il s'y exerça avec une ferveur et une charité incroyables à la mortification de son corps et au soin des malades, durant une peste qui sévissait cruellement sur la ville. Entre autres vertus, il garda inviolablement la chasteté, malgré les dangers que pouvait lui susciter la rare beauté de ses traits ; et tel fut le respect qu'il inspira, que les plus licencieux n'auraient osé prononcer un mot déshonnête en sa présence.

 Après une grave maladie qu'il avait endurée avec la plus héroïque patience pendant quatre mois, il conçut le dessein d'embrasser la vie religieuse. Afin de s'y disposer, il loua une petite maison à l'extrémité de la ville, où il vécut inconnu, menant la vie la plus austère, et priant Dieu continuellement de lui faire connaître le parti qu'il devait prendre. L'inspiration divine lui fit préférer l'Ordre de Saint-François, où il excella en humilité, en patience et en toutes les autres vertus religieuses. Le gardien du couvent ayant remarqué cette haute vertu, et connaissant d'ailleurs la science à laquelle ce religieux était arrivé dans les saintes lettres, lui imposa le devoir de la prédication. Le saint accepta humblement cet emploi, bien qu'il s'y reconnût peu propre, à cause de la faiblesse et de l'enrouement de sa voix. Mais avant imploré le secours de Dieu,

 A cette époque, un débordement l'auréole il se trouva délivré miraculeusement de cet obstacle. A cette époque, un débordement de crimes était répandu en Italie, et de sanglantes factions y foulaient aux pieds toutes les lois divines et humaines. Bernardin parcourut les villes et les villages au nom de Jésus qu'il avait toujours à la bouche et dans le cœur, et vint à bout par ses discours et ses exemples de rétablir presque partout la piété et les bonnes mœurs qui avaient disparu. Plusieurs villes considérables le demandèrent au pape pour leur évêque; mais Bernardin refusa constamment cette dignité par une humilité invincible. Enfin cet homme de Dieu, après d'immenses fatigues, après de grands et nombreux miracles, ayant composé des écrits remplis de piété et de doctrine, et vécu soixante-six ans, termina sa vie par une sainte mort à Aquila, ville de l'Abruzze. Il éclata par de nouveaux miracles ; et, six ans après sa mort, le pape Nicolas V le mit au nombre des Saints.

 

dom Guéranger.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 19 Mai 2010

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 19 Mai 2010

http://farm3.static.flickr.com/2220/2794604180_229c1af2ba.jpg

 

I - Dons de crainte et piété.

 

Ils établissent dans une attitude juste devant Dieu : respect et confiance.

1. L’Esprit de crainte ou d’adoration

 

a) Ce don nous donne le sens de la grandeur de Dieu ...

 

Dieu seul est saint, Dieu seul est Créateur. Il habite une lumière inaccessible. Il est le Tout Autre, l’Incomparable.

 

b) Ce don nous donne aussi une connaissance aiguë de notre condition de créature et de créature pécheresse : d’où une prise de conscience de l’infinie distance entre Dieu et l’homme que Dieu seul peut combler.

 

c) C’est aussi la crainte, la souffrance de ne pas aimer assez, de ne pas correspondre à l’Amour que Dieu nous porte.

 

La crainte est alors un dynamisme (et non une peur qui paralyse)

- qui nous fait souffrir de nos médiocrités, de notre tiédeur,

- qui nous donne le désir d’éviter le péché,

- qui nous fait avancer sur le chemin de la conversion.

 

d) Le don de crainte nous donne de vivre le respect vis à vis des autres et de nous-mêmes.

 

e) Le don de crainte nous met dans cette disposition fondamentale de l’adoration et de l’humilité.

 

Il nous donne d’avancer sur le chemin des béatitudes : la béatitude des PAUVRES DE CŒUR.

 

2. L’Esprit de piété (ou d’affection filiale)

 

 

a) Ce don nous fait entrer dans une expérience profonde de la paternité de Dieu, de sa proximité, de sa tendresse.

Il nous fait découvrir la vie filiale vis à vis de Dieu comme notre vocation fondamentale et nous donne de vivre la confiance de l’enfant.

 

« Vous avez reçu l’Esprit des fils et filles de Dieu qui vous fait crier : « Abba Père » (Rom 8, 15).

 

b) Dans nos relations avec les autres, ce don nous confère la délicatesse dans la charité fraternelle.

 

c) La vie filiale nous permet d’accueillir de plus en plus la douceur du cœur de Jésus.

 

« Heureux les doux, ils posséderont la terre ».

 

3. Action conjointe du don de crainte et du don de piété

 

Dans notre relation à Dieu :

Si il n’y avait que le don de crainte, nous risquerions de nous sentir écrasés par la grandeur de Dieu,

Mais s’il n’y avait que le don de piété, nous risquerions de « jouer à l’enfant gâté avec Dieu ».

 

« La familiarité avec Dieu exclut la désinvolture ».

 

De même, dans nos relations humaines, nous devons toujours garder les deux dimensions : respect et confiance.

 

Selon les époques de notre vie, Dieu peut nous faire vivre davantage le don de crainte ou le don de piété filiale.

Dieu sait mieux que nous ce dont nous avons besoin.

 

 

 

II - Dons de conseil et de force

 

dons ajustent à la volonté de Dieu :

- en la découvrant (le conseil),

- en l’accomplissant (la force).

1. L’Esprit de conseil

 

C’est le don du discernement spirituel

 

a) Par ce don, l’Esprit-Saint nous éclaire dans les situations concrètes de notre vie. Il nous suggère ce que nous devons faire, éviter, dire ou taire.

Le don de conseil nous montre l’action la plus parfaite possible à accomplir dans une situation donnée.

Il nous donne la capacité de voir ce qu’il convient de faire pour plaire à Dieu.

 

b) C’est le don de conseil qui nous dispose à voir clair quand nous sommes chargés d’accompagner des frères et des soeurs dans leur recherche de Dieu et du projet d’amour de Dieu sur eux.

 

c) Le don de conseil ne nous dispense pas du travail opéré par l’intelligence dans l’analyse des situations.

Ni l’Esprit-Saint, ni la Parole de Dieu, ne nous donnent des solutions toutes faites aux problèmes complexes que nous rencontrons dans les différents domaines de l’existence.

 

d) C’est toujours à la manière de Jésus, le conseil de la miséricorde et de l’exigence, de la compassion véritable qui fait

grandir l’autre : « Heureux les miséricordieux, ils obtiendront miséricorde ».


2. L’Esprit de force

 

C’est le triomphe de la puissance de Dieu dans la faiblesse de l’homme.

 

a) Le don de force nous donne le courage de témoigner. Il rend notre témoignage plus ferme, plus fort. C’est l’assurance des apôtres dans la proclamation du Christ mort et ressuscité. (cf. le livre des actes des apôtres).

 

b) Le don de force soutient les martyrs et assure leur fidélité jusqu’au don de leur vie.

 

c) C’est aussi le don de force qui nous donne d’accomplir notre devoir d’état, dans la vie quotidienne, d’aller jusqu’au bout de l’obéissance dans ce qui nous est demandé de vivre.

 

C’est l’héroïsme de la petitesse, telle que l’a vécu Ste Thérèse de Lisieux qui se traduit par la patience, l’endurance, la persévérance, la constance.

 

« ... le don de force, à l’encontre de ce que l’on dit communément, consiste moins à entreprendre avec courage de grandes oeuvres pour Dieu, qu’à supporter avec patience et avec le sourire tous les crucifiements de la vie... »

 

d) Sur le chemin des Béatitudes, le don de force creuse en nous la faim et la soif de la justice, c’est-à-dire d’accomplir la volonté de Dieu.

 

 

 

3. Action conjointe du don de conseil et du don de force

 

Le don de force nous donne le courage de réaliser ce que le don de conseil nous fait découvrir.

 

- Nous pouvons découvrir la volonté de Dieu, reconnaître sa lumière dans notre vie et ne pas avoir la force d’accomplir ce que Dieu nous demande.

- A l’inverse, nous pouvons être pleins de générosité et de courage mais foncer « tête baissée » sans prendre le temps de demander la lumière du Seigneur pour agir.

- On ne peut jamais se mettre au service de Dieu si ce n’est pas dans la lumière de Dieu.


III - Dons de science et d’intelligence

 

Ils favorisent une connaissance plus profonde de Dieu

- à partir de la création (la science)

- à partir de la Révélation (l’intelligence).

1. L’Esprit de science

 

a) Ce don nous permet de reconnaître la Créateur à travers les êtres et les choses, dans la beauté de la création.

Il a donné à St François d’exprimer son émerveillement dans le « Cantique des Créatures ».

Il nous révèle aussi le sens et la finalité de la création.

Il nous permet de voir Dieu à l’oeuvre dans le monde, dans notre vie.

 

b) Il nous donne aussi le sens de la précarité, de la fragilité, de la fugacité de l’univers et de notre vie.

Il nous donne une conscience vive de notre pauvreté radicale ontologique, du tragique de l’existence.

 

C’est la science de l’ESSENTIEL

 

c) Il nous permet de faire un bon usage des créatures, de vivre les détachements nécessaires vis à vis de biens matériels,

culturels, affectifs, apostoliques, spirituels - biens auxquels nous serions attachés d’une manière désordonnée.

Il soutient la dimension de l’ascèse de notre vie pour une plus grande liberté intérieure.

 

d) Face au tragique de l’existence , aux détachements à accepter qui peuvent être de véritables arrachements, l’Esprit-Saint,

le Consolateur, par le don de science, nous donne des grâces sensibles, un goût et une saveur aux choses spirituelles,

bien nécessaires dans ces moments douloureux.

 

« Heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés ».

 


2 - L’Esprit d’intelligence

 

Sans faire fi de la nécessité de l’étude, de la méditation, ce don vise une compréhension juste de la Révélation, de la Parole de Dieu, des mystères de la Foi.

 

a) Il permet d’abord de distinguer tout de suite la vérité de l’erreur ou de ses déformations.

« L’Esprit-Saint nous conduit à la vérité toute entière » Jn 16, 13.

 

b) Il nous fait pénétrer plus avant, comprendre de l’intérieur (intellegere = lire de l’intérieur)

- la Parole de Dieu (cf. le récit des disciples d’Emmaüs, Lc 24, 13-35),

- les commandements de Dieu comme chemin de vie,

- l’enseignement de l’Eglise, si conforme à la dignité et à la vocation de la personne humaine,

- le sens de la liturgie, des sacrements.

 

En résumé, le don d’intelligence nous donne :

- le sens, la beauté, la splendeur de notre foi et de notre vie chrétienne

- la révélation de l’Amour divin.

 

c) Il nous donne ce qu’on appelle « les lumières dans l’oraison ».

 

d) Le don d’intelligence soutient ceux qui ont une responsabilité d’enseignement de la Foi (pasteurs, théologiens, catéchistes, ...)

 

e) Il nous permet de « voir tout en Dieu et de chercher Dieu en tout » (cf. St Ignace de Loyola)

 

« Heureux les coeurs purs, ils verront Dieu ».

 


 

 

IV - L’Esprit de sagesse

 

Il couronne et parachève les autres dons.

 

1. Ce qu’il est :

 

 

Il nous permet de tout voir, connaître, saisir à partir du Coeur de Dieu, dans son regard d’amour.

Alors que le don de science nous donne une connaissance plus profonde de Dieu à partir du cosmos, nous élève des créatures au Créateur,

et que le don d’intelligence nous fait pénétrer les mystères de Dieu à partir de la Révélation,

« Le don de sagesse, pour ainsi dire, ne nous sort jamais du Coeur de la Trinité » 

 

2. Conséquences

 

Goûtant et voyant tout du Coeur même de la Trinité, à la manière de Dieu même, l’âme divinisée par l’Esprit d’Amour vit :

- une plus grande union à Dieu : le don de sagesse permet de goûter Dieu lui-même dans le fond de notre coeur et « d’expérimenter déjà un peu de la joie du Ciel ».

- le plus grand dynamisme apostolique, que l’on soit enfermé dans un cloître ou marchant sur les routes du monde.

 

Le don de sagesse communique à l’âme la passion d’amour qui habite le coeur de Dieu pour le salut du monde (cf. Mt 18,14)

et avec St Paul, l’âme peut dire : " ce n’est plus moi qui vis (qui aime) c’est le Christ qui vit (qui aime) en moi" cf. Gal 2,20.

3. Le don de sagesse nous donne une compréhension des événements du monde.

 

Appréhendant tout de manière divine, « toutes choses qui paraissent dures à la nature, loin de nous étonner, peuvent même nous sembler douces » : en particulier, le coeur ne s’effraie plus autant de la souffrance, le don de sagesse alors nous établit et nous garde dans la paix profonde du Seigneur lui-même. Cf. Jn 14, 27, Gal 5, 22.

 

« Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu ».

 

 

Pour conclure :

 

un enseignement du Cardinal Mercier sur le Saint-Esprit.

 

"Je vais vous révéler un secret de sainteté et de bonheur... Si tous les jours, pendant cinq minutes, vous savez faire taire votre imagination, fermer vos yeux aux choses sensibles et vos oreilles à tous les bruits de la terre, pour rentrer en vous-même, et là, dans le sanctuaire de votre âme baptisée, qui est le temple du Saint-Esprit, parler à ce divin Esprit, lui disant ;

 

O Esprit-Saint, âme de mon âme, je vous adore. Eclairez-moi, guidez-moi ,fortifiez-moi, consolez-moi ; dites-moi ce que je dois faire, donnez-moi vos ordres ; je vous promets de me soumettre à tout ce que vous désirez de moi et d’accepter tout ce que vous permettrez qu’il m’arrive, faites-moi seulement connaître votre Volonté...

 

Si vous faîtes cela, votre vie s’écoulera heureuse, sereine et consolée, même au milieu des peines, car la grâce sera proportionnée à l’épreuve, vous donnant la force de la porter, et vous arriverez à la porte du Paradis. Cette soumission au Saint-Esprit est le secret de la Sainteté."

 

 

link

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 19 Mai 2010

 

 

http://www.cult.gva.es/mbav/data/0464.jpg

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 18 Mai 2010

http://kevrenn.rochelle.free.fr/SPIP/IMG/arton74.jpg

 

http://lh4.ggpht.com/_1_4RFjiDTZQ/SouIrolC4RI/AAAAAAAAANA/syoZRTd62ks/s512/aout%20221.jpg

 

 

bonne et sainte fête aux Yves !

 

 

Yves donnait son argent jusqu’au dernier sou ; il donnait ses vêtements. Il tenait porte ouverte ; il tenait table ouverte aux gueux et aux miséreux, leur distribuant sa propre part, leur réservant les meilleurs morceaux, se faisant lui-même leur serviteur, ne se souciant pas de la gêne ni du dérangement qu’ils pouvaient provoquer.

 

En 1297, sentant ses forces décliner, bien qu’il n’eût que 44 ans (mais les veilles et les macérations l’avaient usé prématurément), il démissionna de toutes les fonctions officielles et se retira dans son manoir de Kermartin pour pouvoir mener ses dernières années dans l’union avec Dieu, loin des préoccupations de la terre.

 

Il s’enfermait des journées entières dans sa chambre. Ses biens, il les avaient légués à celui qui desservait la chapelle de Kermartin, qu’il avait fait aménager : chapelle du Minihy, élevée en l’honneur de Notre Dame et de St Tugdual, fondateur du diocèse de Tréguier.

 

Et il avait beaucoup fait aussi pour la restauration de la cathédrale.En 1302, il alla en pèlerinage à Locronan ; il revint par Quimper et Landerneau, prêchant en cours de route, malgré la fatigue. Dans les derniers jours d’avril 1303, il était à Trédrez, où il prédit sa mort prochaine. Il rentra à Kermartin ; mais, malade il dût s’aliter.

 

Le 15 mai, il se leva pour aller dire une dernière fois la messe, fit une confession générale et passa le reste de la journée à prêcher Dieu à son entourage. Le 18 mai, il reçût le sacrement des malades, s’unissant d’un bout à l’autre aux prières. Et, jusqu’au lendemain matin, il ne parlera plus, les yeux fixés sur le crucifix. Aux premières clartés du jour, le dimanche 19 : le dernier soupir.

 

link

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 18 Mai 2010

La-personalidad-del-espiritu-santo.jpg

 

Il parut alors une colombe sur Jésus-Christ, afin qu'elle fût comme undoigt du ciel, qui indiquât et aux Juifs et à Saint Jean, que Jésus-Christ était Fils de Dieu.

 

De plus, elle devait apprendre à chacun de nous, que lorsqu'il est baptisé, le Saint-Esprit descend dans son âme, quoique ce ne soit plus dans une forme visible parce que nous n'en avons plus besoin, et que la foi maintenant suffit sans aucun miracle. Car les miracles, comme dit saint Paul, ne sont pas pour les fidèles, mais pour les infidèles.

 

Mais pourquoi, me direz-vous, le Saint-Esprit parait-il sous la forme d'une colombe?

 

C'est parce que la colombe est douce et pure, et le Saint-Esprit, qui est un esprit de douceur et de paix, a voulu paraître sous cette figure. Cette colombe nous fait aussi souvenir d'un fait que nous lisons dans l'Ancien Testament.

Lorsque toute la terre fut inondée par le déluge, et toute la race des hommes en danger de périr, la colombe parut pour annoncer la fin du cataclysme, elle parut avec un rameau d'olivier, apportant la bonne nouvelle du rétablissement de la paix dans le monde. Or tout cela était une figure de l'avenir.  Les affaires des hommes étaient alors une bien pire condition qu'aujourd'hui, et le châtiment qu'ils avaient mérité, plus terrible.

 

Il y a donc pour nous, dans la réminiscence de cette antique histoire, un motif de ne pas désespérer, puisque l'issue d'un état de choses si désespéré fut une délivrance et un amendement. Mais ce qui se fit alors par le déluge des eaux s'opère aujourd'hui comme par un déluge de grâce et de miséricorde.

La colombe ne porte plus maintenant un rameau d'olivier, mais elle montre aux hommes Celui qui va les délivrer de tous leurs maux, et elle nous marque les grandes espérances que nous devons concevoir. Elle ne fait point sortir de l'arche un seul homme pour repeupler la terre, mais elle attire toute la terre au ciel, et au lieu d'un rameau d'olivier elle apporte aux homme l'adoption des enfants de Dieu.

 

st Jean Chrysostome.

,


 

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0