Publié le 15 Mars 2010

"

http://img.over-blog.com/295x300/0/59/16/46/gifs-9/Un-oignon-qui-ne-fait-pas-pleurer.jpg



""Que nous représentent les poireaux et les oignons (qui la plupart du temps nous font verser des larmes lorsque nous en mangeons, sinon les difficultés de la vie présente? En effet les cœurs pervers méprisent le don agréable du repos que nous donne la grâce, et recherchent les voluptés charnelles à travers les chemins douloureux de ce monde, chemins qui sont même semés de larmes."

La vie présente ne s'écoule pas sans douleur pour ceux qui l'aiment ; ils l'aiment cependant, même avec ses larmes. Ils méprisent donc ce qui pourrait leur donner des joies spirituelles, et ils désirent les choses charnelles qui les font gémir ; ils préfèrent le trouble à la tranquillité, la pesanteur à la légèreté, l'âpreté à la douceur, l'inquiétude à la sécurité.

 

 



 S. Grégoire .

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 15 Mars 2010

http://shambala25.files.wordpress.com/2009/06/hl-louise-de-marillac-2.jpg


« Me mettant en la présence de Dieu pour faire l'oraison sur la visite et le service de nos maîtres, les pauvres malades , il m'est venu en l'esprit que nous avons grand intérêt de bien savoir ce que Dieu veut que nous y fussions, afin qu'il soit éternellement glorifié de ses créatures.

 

« Je me suis proposé, si j'étais assez heureuse pour les visiter, de leur faire entendre que pour faire un bon usage de leur maladie, ils la doivent souffrir comme venant de la main paternelle de notre bon Dieu , qui ne fait rien que pour notre mieux.

Que pour faire que tout ce que nous souffrons lui soit agréable, il lui faut offrir toutes nos douleurs avec celles de son Fils , lui représentant les mêmes souffrances de son Fils, comme nôtres par son amour.

Que ce serait une chose agréable à Dieu, de dire souvent de cœur, ainsi que Notre-Seigneur disait au jardin des Oliviers, que sa sainte volonté soit faite. Qu'ils se doivent disposer à recevoir la grâce de Dieu par les sacrements pour apaiser sa colère, qu'ils ont attirée par leurs péchés, et pour assurer leur salut dans l'incertitude où ils sont de la mort.

S'il y a quelque apparence que leur maladie soit mortelle, j'ai pensé que je devais leur faire faire des actes d'espérance , leur donnant le plus de connaissance de la miséricorde de Dieu que je pourrai ; essayant d'en trouver en eux des sujets, comme des dangers de mort, dont Dieu les a préservés , lors peut-être qu'ils étaient en péché mortel.

Qu'après avoir reçu tant de grâces en leur vie, ils doivent espérer de Dieu une grande miséricorde après leur mort, mais qu'il s'y faut disposer par un vrai regret de l'avoir offensé.

Je voudrais aussi leur pouvoir donner quelque connaissance de la grandeur, de la beauté , et de la charité de Dieu ; de la joie de le posséder éternellement; de la gloire des âmes bienheureuses. Que pourvu que notre ame parte de ce monde dans la grâce et l'amour de Dieu, nous sommes assurés de jouir de toute cette gloire.

Que tous les moments de leur vie où ils ont été sur la terre en la grâce de Dieu, et tous ceux de la maladie présente, leur serviront à cela par les mérites de Jésus-Christ.

 

» S'ils reviennent en convalescence, j'ai pensé que je les devais avertir de remercier Dieu de la santé qu'il leur donne, leur représentant que c'est pour quelque bon sujet qu'il les laisse au monde, et qu'il ne les a pas appelés à lui.

Qu'ils doivent croire que le principal dessein de Dieu est de leur donner encore du temps pour penser à leur salut, et non pas pour vivre , comme si nous n'étions créés que pour vivre un temps sur la terre. Et que puisque la vie de l'âme dure éternellement, il faut bien nous servir de tous les moyens que Dieu nous donne pour la rendre bienheureuse.

Qu'il faut donc prendre une bonne résolution d'aimer Dieu par-dessus toutes choses , et de ne l'offenser jamais mortellement.


Qu'un des plus forts moyens que nous ayons pour nous tenir en sa grâce, est la fréquentation des sacrements; et qu'il ne se faut pas croire, quand il se présente des difficultés qui en éloignent.


» Il faut essayer que mon cœur produise pour moi les mêmes affections que je désire leur donner, afin que je parle avec amour, et non par manière d'acquit. •

 

 

Une fille de la Charité servait avec beaucoup de soin et d'affection les malades dans un hôpital. II y avait un Turc parmi eux, et sûrement il n'était pas le plus traitable. La bonne Sœur lui porta un œuf, tout prêt à être avalé; ce brutal le lui jeia rudement au visage, et la mit elle et son linge dans un état qui n'est pas difficile à imaginer. Elle se retire , s'essuie tranquillement, et en fait cuire un second, qu'elle porte au malade. Il le reçoit avec un œil de colère, et en fait le même usage qu'il avait fait du premier. Deux épreuves pareilles auraient sans doute suffi à bien d autres : la vertueuse fille dont il s'agit ne se rebuta point: elle en fit cuire un troisième; et s'étant approchée du lit du mahométan , elle lui dit de ce ton de grâce que donne l'innocence: « Pour celui-ci, vous le prendrez pour l'amour de Dieu. »

Il le prit en effet, l'avala, et rentrant en lui-même : « Non , dit-il, il n'y a qu'une religion divine qui puisse inspirer de pareils sentiments. » Là-dessus il se fit instruire , reçut le baptême, et fut aussi bon chrétien qu'il avait été zélé musulman

 

vie de louise de marillac.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 15 Mars 2010

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 14 Mars 2010

http://www.ompargentina.org.ar/PropagaciondelaFe/domund09/pic/teresita.jpg


                                       Vie mystique de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus

 

                                                Juan Gonzalez ARINTERO, o.p.

 

 Tant de choses, déjà, ont été écrites sur la petite sainte de Lisieux, qu'il semble vraiment n'y avoir plus rien à dire. Nous voulons, cependant, la présenter aujourd'hui sous un jour nouveau, en montrant qu'elle a été dans sa vie l'influence des dons du Saint-Esprit, ce qu'ils y ont opéré et peuvent opérer, aussi, en chacun de nous, puisque la sainteté n'est que l'épanouissement de ces mêmes dons dans l'âme fidèle.

 

On s'est souvent demandé par quel merveilleux secret cette heureuse créature, Thérèse de l'Enfant-Jésus, était parvenue en si peu de temps à un tel degré de vie parfaite et sainte. Ne le cherchons pas ailleurs que dans sa constante et prompte docilité à répoondre à la voix de Jésus comme à tous les mouvements de sa grâce divine, et cela jusque dans les plus petites choses. En d'autres termes, dans sa générosité à correspondre, dès son jeune âge aux faveurs et aux desseins de ce "Père des miséricordes" qui la prévint avec tant de bonté. Elle-même nous déclare n'avoir rien refusé au Bon Dieu depuis l'âge de trois ans.

 D'une telle fidélité découla cette amoureuse et absolue confiance en Dieu qui a fait de sa vie une vie unique, toute dirigée et embrasée par l'Esprit d'amour.

 Nous la voyons en effet, dès son enfance, comme toute prise et possédée par ce divin amour, animée d'un ardent désir de la sainteté, avec la confiance, la certitude même d'y parvenir, non par elle-même, mais par la miséricorde de Celui qui - comme le dit le vénérable Louis de Grenade - ne donne ces désirs que pour les réaliser entièrement, si l'on n'y met pas d'obstacle.


 Elle veut, dès lors y travailler, non à moitié mais complètement.


 Où va-t-elle donc diriger ses efforts? sur quel point concentrera-t-elle cette énergie que l'on devine de si belle allure? Ecoutons-là, car c'est ici que se fait le plus vivement sentir l'influence prévenante de l'Esprit de lumière, lui découvrant les secrets du Royaume de Dieu:" Comprenant qu'il m'était impossible de rien faire par moi-même, la tâche me parut simplifiée."


 Parole exquise, d'une étonnante profondeur, écrite plus tard au sujet d'une charge qui lui était confiée, mais qui résume, dès le début, toute sa vie spirituelle, et nous révèle le fond si simple et si vrai de son âme d'enfant, le secret de sa course vers la sainteté.


 Toute jeune, en effet, elle a compris son incapacité, son néant, sa faiblesse; grâce bien rare, croyons-nous, et qu'il faut acheter souvent par une expérience plus ou moins prolongée de sa propre misère. Pour Thérèse, elle attendra tout de Dieu rien d'elle-même. N'est-ce pas parce qu'elle ne peut rien que la tâche lui semble plus facile? Sa forme de sainteté sera donc de se confier et de s'abandonner au Père qui peut tout et qui la conduit. Elle se contentera de lui être fidèle.


 C'est dire que l'influence des dons du Saint-Esprit éclate merveilleusement en son âme.


Ces dons sont, en effet, des grâces surnaturelles, des habitus qui nous rendent propres à recevoir les divines inspirations et à nous y rendre dociles, qui nous font connaître et sentir la bonté de Dieu et nous poussent à Le chercher avec simplicité de coeur, et grande confiance de le trouver. (Sag.1,1).

 La pratique de ces dons constitue la vie contemplative ou, à proprement parler, la vie mystique.


 Contrairement à ceux qui supposent chez Thérèse une "âme purement ascétique" s'écartant à peine de la voie que l'on appelle "ordinaire" - celle des commençants, et dont la plupart sont supposés ne pas à sortir - nous disons, non seulement qu'elle fut mystique dans toute la rigueur du mot, mais qu'elle commença à l'être, par grâce spéciale, dès le premier éveil de la raison.

 Et nous disons, également, que tous les actes de Thérèse, même les plus ascétiques en apparence, ont une certaine teinte mystique, provenant d'un coeur déjà embrasé d'amour de Dieu. Ainsi, sa confiance filiale et son abandon à l'action divine sont tels qu'elle parait tout de suite en plein état passif, dirigée par un instinct supérieur, uniquement possédée par l'Esprit-Saint et enseignée par Lui.


Cet instinct et cette empreinte la mènent sûrement, bien que parfois dans les ténèbres, par le droit sentier que l'amour lui a tracé et qui est la petite voie.


 Thérèse était toujours portée par l'amour.


 " La grande confiance en Dieu de Thérèse", lisons-nous dans l'Esprit de la Sainte (Ed.1924 p.143), naissait spontanément de son ardent amour."

 Cette parole, il faut la dire de toutes ses vertus, de tous ses actes de vertu, par conséquent de sa vie ascétique, qui découlait, en effet, de sa véritable union avec Dieu, de sa vie d'amour, commencée dès l'âge de trois ans, par une attention continuelle à la présence divine et une vigilante fidélité à l'Esprit-Saint.

 Quelques citations montreront, mieux que nous ne saurions le faire, ce qu'était l'amour en Thérèse, et ce qu'il y opérait:

 Ma vie est toute d'amour et de confiance en Dieu, écrit-elle; je ne comprends pas les âmes qui ont peur d'un si tendre ami." Et elle encourage, elle excite celles qui lui sont confiées à la croire et à l'imiter:" J'ai compris jusqu'à quel point votre âme est soeur de la mienne, puisqu'elle est appelée à s'élever à Dieu par l'Ascenceur de l'Amour, et non à gravir le rude escalier de la crainte. Oui, depuis qu'il m'a été donné de comprendre l'amour du Coeur de Jésus, j'avoue qu'il a chassé de mon coeur toute crainte. Le souvenir de mes fautes m'humilie, me porte à ne jamais m'appuyer sur ma force qui n'est que faiblesse mais ce souvenir me parle plus encore de miséricorde et d'amour. Comment, lorsqu'on jette ses fautes, avec une confiance toute filiale, dans le brasier dévorant de l'Amour, ne seraient-elles pas consumées sans retour?"

 

 " Ce qui offense Jésus, ce qui le blesse au coeur, c'est le manque de confiance."

 

 "Je sens en mon coeur des désirs immenses - lisons-nous dans son Acte d'offrande à l'Amour - et c'est avec confiance, ô mon Dieu, que je vous demande de venir prendre possession de mon âme." Elle nous explique ce qu'elle entend par cette prise de possession:" Je demande à Jésus de m'attirer dans les flammes de son amour, de m'unir si étroitement à Lui qu'il vive et agisse en moi. Je sens que, plus le feu de l'amour embrasera mon âme, plus je dirai:"Attirez-moi, plus aussi les âmes qui s'approcheront de la mienne courront avec vitesse à l'odeur des parfums du Bien-Aimé".

 

 "Ce n'est pas parce que j'ai été préservée du péché mortel que je m'élève à Dieu par la confiance et l'amour. Ah! je le sens, quand même j'aurais sur la conscience tous les crimes qui se peuvent commettre, je ne perdrais rien de ma confiance: j'irais le coeur brisé de repentir, me jeter dans les bras de mon Sauveur. Je sais qu'il chérit l'enfant prodigue, j'ai entendu ses paroles à sainte Madeleine, à la femme adultère, à la Samaritaine. Non, personne ne pourrait m'effrayer; car je sais à quoi m'en tenir sur son amour et sa miséricorde. Je sais que toute cette multitude d'offenses s'abîmerait, en un clin d'oeil, comme une goutte d'eau jetée dans un brasier ardent.

 

"Il est rapporté dans la Vie des Pères du désert, que l'un d'eux convertit une pécheresse publique dont les désordres scandalisaient une contrée entière. Cette pécheresse, touchée de la grâce, suivait le saint dans le désert pour y accomplir une rigoureuse pénitence, quand la première nuit du voyage, avant même d'être rendue au lieu de sa retraite, ses liens mortels furent brisés par l'impétuosité de son repentir plein d'mour; et le solitaire vit au même instant son âme portée par les anges dans le sein de Dieu. Voilà un exemple bien frappant de ce que je voudrais dire, mais ces choses ne peuvent s'exprimer".

 

 "Jésus ne demande pas de grandes actions, mais seulement l'abandon et la reconnaissance:" Je n'ai nul besoin, dit-il, des boucs de vos troupeaux, parce que toutes les bêtes des forêts m'appartiennent et les milliers d'animaux qui paissent sur les collines; Je connais tous les oiseaux des montagnes. Si j'avais faim, ce n'est pas à vous que je le dirais; car la terre et tout ce qu'elle contient, est à moi. Est-ce que je dois manger la chair des taureaux et boire le sang des boucs? IMMOLEZ A DIEU DES SACRIFICES DE LOUANGES ET D'ACTIONS DE GRACES!"


 "Voilà donc tout ce que Jésus réclame de nous. Il n'a pas besoin de nos oeuvres mais uniquement de notre amour. Ce même Dieu qui déclare n'avoir nul besoin de nous dire s'il a faim, n'a pas craint de mendier un peu d'eau à la Samaritaine. Il avait soif! Mais en disant:" Donnez-moi à boire", c'était l'amour de sa pauvre créature que le Créateur de l'Univers réclamait. Il avait soif d'amour!"

 

 



                                                                                                                                                                                    à suivre .


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 14 Mars 2010


http://www.ompargentina.org.ar/PropagaciondelaFe/domund09/pic/teresita.jpg

Thérèse va plus loin, - elle ose inviter tontes 1es âmes, sans exception, à entrer dans la petite voie, pour être sûres d'atteindre, si elles sont fidèles, le sommet de la sainteté.

 

« Ah ! si les âmes faibles et imparfaites comme la mienne sentaient ce que je sens, aucune ne désespérerait d'atteindre le sommet de la montagne de l'amour. » - « Oh ! Jésus, laisse-moi te dire que ton amour va jusqu'à la folie. Comment veux-tu, devant cette folie, que mon cœur ne s'élance pas vers toi ? Comment ma confiance aurait-elle des bornes ? O Jésus ! que ne puis-je dire à toutes les petites âmes ta condescendance ineffable ! Je sens que si, par impossible, tu en trouvais une plus faible que la mienne, tu te plairais à la combler de faveurs plus grandes encore, pourvu qu'elle s'abandonnât avec une entière confiance en ta miséricorde infinie ! » (Vie, chap. X-XI et Lettres).

 

Une telle confiance, on le comprend, n'avait pu s'acquérir par des efforts personnels ou par de simples considérations.

 

Mais, comme le dit saint Paul, « Dieu a mis en nous l'Esprit de son Fils par lequel nous crions Père! Père ! » (Gal. 4,6). Et encore : « L'amour a été répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné » (Rom. 5,5). Cette amoureuse confiance découlait donc, naturellement, de l'habitation de l'Esprit-Saint dans l'âme de Thérèse, de cet Esprit qui, dès le commencement, voulut en prendre une spéciale possession et qui la fit toujours penser, agir, parler, comme il convient à une enfant de Dieu.

 

Nous la voyons douée d'un sens profond des choses d'En-Haut et d'une grande pénétration des mystères de la vie surnaturelle qui ne lui permettent pas de se conduire comme le font, à son âge, la plupart des âmes dévotes. A tout instant nous l'entendons s'écrier: « Je sens, je vois, je comprends ! »

 

Non seulement elle sentait, comme par un instinct surnaturel, ce que Dieu voulait d'elle, mais maintes fois elle alla jusqu'à prédire ce que le Tout-Puissant  voulait opérer en son âme et la mission qu'il allait lui confier.

 

Instruite par le Maître divin et consciente de cette divine direction, elle ne craint pas de s'en prévaloir et d'y appuyer tels ou tels de ses actes. C'est ainsi qu'elle nous déclare ne pouvoir compter ses pratiques de vertu, comme certains directeurs le conseillent - et très sagement pendant que l'âme se trouve en état ascétique, et partant capable de suivre des méthodes - cela, parce qu'un autre Directeur, plus sage et plus puissant, en ordonne pour elle autrement.

 

Voici les paroles textuelles de la sainte :

 

« Certains directeurs, je le sais, conseillent de compter ses actes de vertu, pour avancer dans la perfection ; mais mon Directeur, qui est Jésus, ne m'apprend pas à compter mes actes : il m'enseigne à faire tout par amour » (Esprit, p. 4).

 

Elle dit ailleurs: « Il me nourrit à chaque instant d'une nourriture toute nouvelle ; je la trouve en moi sans savoir comment elle y est. Je crois tout simplement que c'est Jésus lui-même, caché au fond de mon pauvre petit cœur qui agit en moi d'une façon mystérieuse et m'inspire tout ce qu'il veut que je fasse au moment présent ».

 

« Jésus, ajoute-t-elle, enseigne sans bruit de paroles ; jamais je ne l'ai entendu parler ; mais je sens qu'Il est en moi. A chaque instant, Il me guide et m'inspire ; j'aperçois, juste au moment où j'en ai besoin, des clartés inconnues jusque-là. »

 

« Parce que je suis petite et faible, écrit-elle encore, Jésus s'abaisse vers moi et m'instruit doucement des secrets de son amour. Il se plaît à me montrer l'unique chemin qui conduit à cette fournaise divine : ce chemin, c'est ]'abandon du petit enfant qui s'endort sans crainte dans les bras de son Père ».

 

Plus tard, elle entend une voix intérieure lui affirmant cette emprise de Dieu sur elle : « Puisque ton âme est entièrement livrée à l'Amour, toutes tes actions, même les plus indifférentes, sont marquées de ce cachet divin. »

 

Et, près de mourir, elle se rendra ce beau témoignage : « Je n'ai jamais donné au Bon Dieu que de l'amour ! ».

 

                                                                                                                  à suivre.


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #divers

Repost0

Publié le 14 Mars 2010

lawrence-in-thy-tender-care.jpg

"Dieu, s'étant fait homme, non-seulement a pris le dessein de rétablir l'homme dans la perfection où il avait d'abord été créé, mais il a voulu se l'unir d'une manière surprenante par la grâce, qui est le noeud de l'amitié qu'il a voulu contracter avec lui.
Il ne lui suffit pas de lui faire l'honneur de le souffrir à son service, honneur préférable à tous les sceptres et  à tous les empires; il lui donne de plus la qualité d'ami, en changeant celle de serviteur: Non dixi vos servos, sed amicos.
Quoi! l'homme, ce rien, et moins que rien par le péché, au lieu des supplices infinis que ses crimes méritaient, est élevé à la qualité  glorieuse d'ami de Dieu!
On ne se peut assez d'étonner d'apprendre, dans l'Ecriture, qu'Abraham, avec tout le mérite de sa personne, ait été appelé l'ami de Dieu, et de ce que, dans l'Exode, Dieu parlait à Moïse comme un homme a coutume de parler à son ami. C'étaient alors des faveurs fort rares, et qui ne s'accordaient qu'à des personnes d'un mérite distingué.

Mais, dans la loi de la grâce où nous vivons, cette qualité glorieuse est offerte et accordée à tous les chrétiens; Dieu même recherche leur amitié; il les sollicite et les presse d'accepter cette faveur, qu'ils devraient acheter au prix de tous les biens imaginables: car c'est à eux que ces paroles s'adressent: Je ne vous appellerai plus mes serviteurs, mais je vous appellerai mes amis. (Joan. V)

Heureux le chrétien s'il sait faire un digne usage de ce bienfait; si, étant aimé d'un Dieu, il correspond à son amour, et s'il sait l'aimer en vérité!

"O Dieu, que vos amis me paraissent élevés en gloire, que leur principauté me semble puissamment affermie!" s'écriait le Prohète-Royal, dans la pensée du bonheur dont jouissent les saints dans le ciel. Mais ne devrions-nous pas tenir le même langage à l'égard des saints qui sont sur la terre, puisque, possédant la grâce et l'amitié de Dieu, qui leur donne droit à la gloire et à son royaume, ils sont tirés du rang de serviteurs et élevés à celui d'amis, qui est autant que de commencer à régner avec lui, et établir leur pouvoir auprès de lui...
Nimis honorati sunt amici tui, Deus: nimis confortatus est principatus eorum....

le chrétien inconnu
Boudon.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 14 Mars 2010



ce qui a bercé notre enfance, on vivait dans la poésie
pas comme aujourd'hui. !

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 13 Mars 2010

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0

Publié le 13 Mars 2010

http://fraynelson.com/banco_imagenes/hostia1.jpg

Saint Augustin en commentant ce passage:

Le gouvernement de l'Univers est un miracle plus grand qu de nourrir cinq mille hommes avec cinq pains, et cependant personne ne s'étonne du premier, tandis qu'on est dans l'admiration du second, non parce qu'il est plus merveilleux, mais parce qu'il est plus rare. Car qui donne au monde entier sa nourriture, sinon celui qui fait sortir les moissons de quelques semences? Jésus a donc agi ici à la manière de Dieu. Il multiplie les cinq pains par la même puissance qui produit les moissons avec quelques grains. Or cette puissance est dans la main du Christ; car les cinq pains sont comme cinq semences non confiées à la terre mais multipliées immédiatement par Celui qui a fait la terre." (St Aug, tract 24, in Joan)

On peut aussi voir dans ce miracle une préfiguration et comme une préparation du miracle plus grand encore, par lequel Jésus a voulu nourrir ses disciples du pain du ciel en leur donnant son corps à manger et son sang à boire; miracle qui est le complément de tous les autres, puisque le but de la mission du Sauveur étant de rendre à l'homme la vie divine perdue par sa faute, et la vie se réparant par la nourriture, c'est avec cet aliment divin qu'il a restauré et comme recréé l'humanité régénérée par le baptême, en la faisant participer de nouveau par l'eucharistie à la vie du ciel. Il y a même des circonstances semblables dans l'accomplissement des deux miracles.
Jésus commence des deux côtés par rendre grâces et par bénir le pain; puis il le multiplie de part et d'autre par sa puissance, partageant le pain matériel au peuple dans le désert, et le pain céleste dans le cénacle à ses apôtres, auxquels il transmet le pouvoir de multiplier à leur tour ce pain du ciel, qui est son corps, d'une manière indéfinie pour la nourriture et la vivification des âmes.
En vérité, je vous le dis, celui qui mangera ma chair et qui boira mon sang, aura la vie en lui. (Jean VI,35)

La foi du peuple en Jésus-Christ est excitée par le miracle dont il vient d'être témoin. Ils le reconnaissent pour le prophète qui doit venir dans le monde, et ils veulent l'enlever pour le faire roi.

D'autre part, la sainte Eucharistie est la source la plus vive de la foi au Fils de Dieu, au Verbe incarné, au Dieu fait homme, et l'âme, qui s'en nourrit souvent, adore Jésus-Chrst comme son Dieu et le proclame le roi du ciel et de la terre. Le miracle de Cana, le premier que Jésus ait opéré, était déjà un symbole frappant du miracle eucharistique, duquel même il s'approchait davantage; car là aussi il y a eu transsubstantiation, ou changement de la substance de l'eau en celle du vin, comme dans l'Eucharistie la substance du vin est changée en celle du sang du Christ, tandis qu'au désert la substance du pain n'a point été changée mais seulement multipliée..

Mr l'abbé Bautin.




Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 13 Mars 2010

Rédigé par philippe

Publié dans #videos

Repost0