Publié le 6 Novembre 2008

"


"Tout le temps que l'on vit est autant de retranché sur celui que l'on doit vivre, et ce qui reste diminue tous les jours, de sorte que tout le temps de cette vie n'est autre chose qu'une course vers la mort, dans laquelle il n'est permis à personne de se reposer ou de marcher plus lentement ; tous y courent d'une égale vitesse."


st Augustin.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 5 Novembre 2008



"L'homme, avant de croire au Christ n'est pas en route, il erre. Il cherche sa patrie mais il ne la connaît pas. Que veut dire : il cherche sa patrie ? Il recherche le repos, il cherche le bonheur. Demande à un homme s'il veut être heureux, il te répondra affirmativement sans hésiter. Le bonheur est le but de toutes nos existences.
Mais où est la route, où trouver le bonheur, voilà ce que les hommes ignorent. Ils errent. Errer est déjà une recherche. Mais le Christ nous a remis sur la bonne route : en devenant ses fidèles par la foi, nous ne sommes pas encore parvenus à la patrie, mais nous marchons déjà sur la route qui y mène. L'amour de Dieu, l'amour du prochain sont comme les pas que nous faisons sur cette route."






(Sermon Mai, 12, extraits, d'après Hamman : Saint Augustin prie les Psaumes, 1980).

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 5 Novembre 2008



on espère....!


« Ne soyez pas une jeunesse molle, soyez plutôt une jeunesse enflammée, une jeunesse ardente. Allumez et faites répandre le feu que Jésus vint apporter dans le monde » Pie XII


« Houlà, c'est un peut trop dur pour nous, tout cela...c'est beau, ok, mais trop difficile, c'est pas pour nous... »Oui, mais désolé, à 16, 18, 20ans il est grande temps de faire un choix :
Soit j'écoute ma nature paresseuse. Je choisis alors de rester mouton parmis la masse anonyme des moutons, j'en choisis d'en rester à un idéal au ras des pâquerettes, au « Que De la Gueule », au juste nécessaire pour paraître « catho-tradi-mytho-pêchu » en soirées ou a la sortie de la messe, je choisis de ne pas renoncer aux petits plaisirs faciles...je choisis de mener ma petite vie spirituelle pépère : Jésus je lui en demande pas trop ( sauf avant les examens...) en échange, il ne doit pas trop m'en demander non plus...
Sois je vise un peut plus haut, je suis un peut plus viril...je me donne un grand coup de pied au c.., et je me jette dans l'aventure, corps et âme. Je refuse de me contenter d'être médiocre, ni même d'être moyen...je veut être un saint ! Je sais ce que cela va me valoir : sourires moqueurs de la part des plus gentils, insultes, mépris, haine pour les autres. Tant mieux, ça sera toujours ça de plus a offrir au Christ. Et puis je ne suis pas seul : j'ai peut-être des amis qui partagent ce même idéal pour m'aider, j'ai en tout cas les anges, les saints, Notre-dame, et puis ...Notre Seigneur : « Je ne vous laisse pas seul ! »A-t-il dit à ses disciples. C'est vrai je suis faible, pêcheur, mais si je tombe, Jésus est là pour me relever, quelque soit la gravité de ma faute. Pour m'aider, j'aurais recours a un directeur spirituel (le « père spi ») auquel je me confesserai régulièrement et qui pourra m'aider à faire les grands choix de ma vie (discernement de ma vocation -quelle qu'elle soit-, études...). Je na sais pas jusqu'ou j'arriverai, jusqu'ou tout cela va me mener, mais je fais de mon mieux, et je m'abandonne : je renonce a moi-même, j'accepte de me donner avec tout l'enthousiasme et la générosité de ma jeunesse, là ou je suis maintenant et, au moment venu (ça arrive très vite), là ou le Seigneur m'appelle : père de famille, prêtre ou religieux. Au bon Dieu de décider, moi, une seule chose m'importe : SERVIR, en faisant sa volonté. Avec une grande confiance, je me confie a Marie, ma Mère et ma Reine : c'est elle qui doit tenir la barre, et me mener jusqu'à son fils.

Ce choix, il ne faut pas le repousser, le remettre indéfiniment à plus tard. Demain, dans 3 jours, dans deux semaines, il sera peut-être trop tard...Et une fois que ce choix est fait, il nous faut le redire chaque jour de notre vie : « Seigneur, je suis bien peut de chose, mais pour vous, je ne veux pas me contenter de peu. Vous me voulez comme saint rien de moins...d'accord ! J'accepte cette mission et avec l'aide de votre grâce, plaise à Dieu que je le remplisse, même et surtout si cela doit me coûter cher : mon confort, ma tranquillité, mes petits plaisirs, et peut-être un jour, mon sang... ! »


fraternité scoute

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Novembre 2008



Ne pleure pas si tu m'aimes


Si tu savais le don de Dieu et ce qu'est le ciel,

Si tu pouvais d'ici entendre le chant des anges et me voir au milieu d'eux,

Si tu pouvais voir se dérouler sous tes yeux les horizons et les champs éternels, les nouveaux sentiers où je marche,

Si un instant tu pouvais contempler comme moi la Beauté devant laquelle toutes les beautés pâlissent ...

Quoi ? Tu m'as vu, tu m'as aimé dans le pays des ombres, et tu ne pourrais ni me voir, ni m'aimer encore dans le pays des immuables réalités ?

Crois-moi, quand la mort viendra briser tes liens comme elle a brisé ceux qui m'enchaînaient, et quand un jour que Dieu connaît, et qu'Il a fixé, ton âme viendra dans le ciel où l'a précédée la mienne, ce jour-là tu reverras Celui qui t'aimait et qui t'aime encore, tu retrouveras Son cœur, tu en retrouveras les tendresses épurées...

A Dieu ne plaise qu'entrant dans une vie plus heureuse, infidèle aux souvenirs et aux vraies joies de mon autre vie, je sois devenu moins aimant !

Tu me reverras donc, transfiguré dans l'extase et le bonheur, non plus attendant la mort, mais avançant d'instant en instant avec toi, qui me tiendras la main, dans les sentiers nouveaux de la Lumière et de la Vie, buvant avec ivresse aux pieds de Dieu un breuvage dont on ne se lasse jamais et que tu viendras boire avec moi ...

Essuie tes larmes et ne pleure pas si tu m'aimes !...

saint Augustin.

pour CP

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Repost0

Publié le 4 Novembre 2008



"L'équilibre moral de l'être est la base nécessaire faute de quoi tout s'écroule; et par conséquent il y faut tendre de toute son énergie. La cause de beaucoup d'échecs dans la vie spirituelle est une appréciation des choses insuffisament pondérée. L'exagération est un ennemi avec lequel il faut compter. Exagération dans les idées, aboutissant à l'exagération dans la conduite: c'est toujours un manque d'équilibre, et la répercussion en est fatale. Comme les inexpérimentés dans l'alpinisme, qui est une science et un art, on est parti trop ardemment, et on s'est vite essoufflé. C'est l'histoire de tous les jours. Voir nettement ce qu'on veut et par où on se propose d'aller, c'est garantir la continuité des efforts, et par conséquent la persévérance.

Saint Bernard, en fidèle disciple de saint Benoît, insiste sur cette nécessité de l'équilibre, qu'il appelle modus. " Sans lui, dit-il, pas de vertu. Il est, pour ainsi dire, l'unique ressort intime et la moelle de toutes les vertus.

" La position moyenne est sûre. Elle est le lieu même de l'équilibre; et l'équilibre moral, c'est la vertu."



dom Paul Chauvin
l'oblature bénédicitine.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Novembre 2008




Dies Irae, Dies illa


"Et quand l'histoire aura suffisamment duré, quand les temps du règne du Fils de l'homme seront accomplis: alors la charité divine, accumulée patiemment pendant des siècles par les enfants de Dieu, fera éclater soudain ses virtualités, tel un explosif, au prix duquel la puissance de tous les explosifs de la terre n'est plus rien, et l'univers sera transfiguré. Alors, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les astres tomberont du ciel et les puissances des cieux seront ébranlées; toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l'homme venant sur les nuées du ciel avec une grande puissance et une grande majesté. A ce moment les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur père, dans le règne éternel de Dieu."







cardinal Journet.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Novembre 2008



 "Ce qui classe surtout les hommes et les sépare les uns des autres, c'est leur conception de la vie.

Pour les uns, elle se présente complète en soi et se suffit. L'intelligence humaine n'éprouve aucune peine à l'embrasser dans sa totalité. Elle commence à la naissance et se termine à la mort. Elle ne renferme pas plus de mystère que celle de l'animal, à laquelle elle s'assimile de façon complète. Elle est courte et décevante; et on l'a définie tout entière d'une boutade; c'est un cauchemar entre deux néants.
Pour les autres, au contraire, l'existence terrestre n'est pas plus que la vie, que l'existence obscure de l'enfant au sein de sa mère, avant sa venue au monde, ne peut être appelée de ce nom. Elle est un simple épisode ou pour mieux dire un stage préparatoire. A ce titre son importance est capitale et son retentissement immense; mais si on lui donne sa véritable valeur, on doit affirmer que la vie humaine commence dans la pensée éternelle de Dieu et aboutit à la jouissance éternelle de Dieu. A vrai dire, nous sommes, en quelque manière, éternels.

Cette dernière conception de la vie, - est-il besoin d'insister? - est la seule qui réponde à la réalité.
Mais il y a un abîme entre ceux qui croient simplement à cette conception et ceux qui la vivent. Dépôt inerte dans le premier cas, principe fécond d'activité dans le second. Pratiquement, les uns organisent leur vie comme si elle se bornait aux quelques années de ce monde; tandis que les autres, pour employer l'expression bien connue, "vivent de leur foi" (Habac.,II,4)

Telle est la raisons des différences irréductibles que nous constatons entre nos semblables, qu'il s'agisse de la pensée, des attentions, des appréciations, des paroles, des actes. Des cloisons étanches, peut-on croire, séparent les uns des autres. On dirait deux races diverses et antagonistes: les uns sont des chrétiens quelconques, diminués, illogiques; les autres sont des chrétiens complets, des saints.

dom Paul Chauvin.
O.S.B. 1924

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 4 Novembre 2008



Le petit Placide adresse ses sincères condoléances à l'ensemble du mouvement EUROPA SCOUT. suite au décès de leur président Monsieur Georges Verny. Il leur assure de son affection et de ses prières afin que le Seigneur les aide à traverser  ce moment difficile et les soutienne dans cette dure et péniible épreuve.

R.I.P.

Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 3 Novembre 2008

Chémeré-le Roi, 3 Novembre 2008

On t'aurait prévisionner ce jour du 3 Novembre tu aurais sans doute apprécié. Toi qui aimais tant la liturgie traditionnelle et les beaux offices grégoriens. Tu as dû l'espace de la messe, te réveiller pour accompagner les frères. A présent tu peux chanter les louanges de Dieu, comme tu les a sans doute tout le temps chantées.
Je regardais, assombri, ce cercueil entouré de cierges, drapé de noir. La mort nous interpelle toujours et nous remet toujours en question comme le veut la sainte Règle.

 Ta mort est sans doute celle que tout le monde aurait aimé avoir.
"Je sortis sans être remarqué." comme dit st Jean de la Croix, loin du tapage publicitaire des morts médiatisées.
Si vite, et si rapide dans la discrétion la plus totale, entourée des frères de la communauté et  de ta famille. Le sermon du père Prieur t'aurait plu, quoique connaissant ton humilité, tu aurais sans doute rougi. "Un être plongé dans l'amour de Dieu, un homme de qualité qui vibrait à l'amour de la Vérité." Quelqu'un qui a pendant toute sa vie été à la recherche de Dieu. Un grand orant.  Tout ce que tu as pendant plus de dix ans puisé dans la vie bénédictine et dans la règle de St Benoît dans la liturgie monastique,..
Un homme d'humilité et de bonté sans aucun doute": le père prieur a omis peut-être volontairement, tout  ton côté ascètique car la vie que tu menais n'étais pas à la portée de tous. Téléphone, internet, tout ça n'était pas chez toi. Je ne sais si tu avais du chauffage? .. La grotte de Fontgombault t'aurait plu. Peut-être pas quand même.
  Je me souviens la dernière fois quand j'étais rentré chez toi, il fallait le faire pour ouvrir la porte tellement tout était encombré de vieux livres que tu dénichais à droite et à gauche.  Car ta vie spirituelle était entretenue par ta vie intellectuelle. Je me souviens de tes visites ayant été moi-même l'objet de ces bontés, surtout quand j'étais chez me Thomas à Changé et tu te rendais compte du trésor que j'avais et que je n'ai plus jamais retrouvé. Avec Daddy (mon chien)  on rigolait bien quand on allait à Chémeré.

A présent plus la peine de t'inscrire pour Chartres, celui-là est sans doute le plus beau. pèlerinage, ..Prépare-moi avec Me Thomas une place bien au chaud. Tu as vite fait pour la rejoindre, elle t'appréciait aussi beaucoup; mon tour viendra en son temps, je ne m'inquiète pas, la file d'attente ne doit plus être trop longue.
Merci aux frères, aux Pères Bernard, Dominique ,de leur accueil qui m'a replongé tant d'années en arrière..Prières pour vos novices, regardants, postulants. Face à  la mort on est tant désarmé, déconcerté, déboussolé.

Prie la Sainte Vierge que tu as toujours servie pour moi, St Benoît, qui a toujours l'idéal de ta vie.
à bientôt, j'espère de te revoir. On a des bons amis au moins là-haut. Je ne prendrai qu'un aller, c'est certain.

On reste quand même tagada.

St Christophe, St Benoît, priez pour lui.

Philippe
maintenant,  requiescant in pace.
+



Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0

Publié le 31 Octobre 2008



Une occasion propice pour nous souvenir dans la prière de ceux qui nous sont chers, et méditer sur la réalité de la mort, que celle que l'on appelle la « civilisation du bien-être » tente souvent de chasser de la conscience des personnes, entièrement absorbées par les préoccupations de la vie quotidienne. La mort fait en effet partie de la vie, non seulement à la fin, mais, si l'on fait bien attention, à chaque instant de la vie. Mais malgré toutes les distractions, la perte d'un être cher nous fait redécouvrir le « problème », en nous faisant sentir la mort comme une présence radicalement hostile et contraire à notre vocation naturelle à la vie et au bonheur."

Jésus a révolutionné le sens de la mort. Il l'a fait à travers son enseignement, mais surtout en affrontant lui-même la mort. « En mourant il a détruit la mort », répète la liturgie du temps pascal. « Le Christ a tué la mort qui tuait l'homme, grâce à l'Esprit qui ne pouvait mourir », écrit un Père de l'Eglise (Méliton de Sardes, sur la Pâques 66). Le Fils de Dieu a ainsi voulu partager jusqu'au bout notre condition humaine, pour l'ouvrir à nouveau à l'espérance. En dernière analyse, Il est né pour pouvoir mourir, et ainsi nous libérer de l'esclavage de la mort. La Lettre aux Hébreux dit : « Il fallait que (...) au bénéfice de tout homme, il goûtât la mort » (He 2,9). Depuis lors, la mort n'est plus la même : elle a été privée, pour ainsi dire, de son « poison ». L'amour de Dieu, agissant en Jésus, a en effet donné un sens nouveau à toute l'existence de l'homme, et a ainsi également transformé sa mort. 

Si en Jésus Christ la vie humaine signifie 'passer de ce monde vers le Père' (Jn 13, 1), l'heure de la mort est le moment où cela se réalise de manière concrète et définitive »,

« Celui qui s'engage à vivre comme Lui, est délivré de la peur de la mort, qui ne se présente plus comme le sourire sarcastique d'une ennemie mais, comme écrit saint François dans le Cantique des créatures, comme le visage ami d'une « sœur », pour laquelle on peut même bénir le Seigneur : 'Loué sois-tu, mon Seigneur, pour notre soeur la Mort corporelle' »,

« La foi nous rappelle qu'il ne faut pas avoir peur de la mort corporelle car il s'agit d'un sommeil duquel nous serons un jour réveillés,
 La vraie mort, qu'il faut en revanche craindre, est celle de l'âme, que l'Apocalypse appelle la 'seconde mort' (cf. Ap 20, 14-15). En effet, celui qui meurt en état de péché mortel, sans repentir, enfermé dans le refus orgueilleux de l'amour de Dieu, s'exclut lui-même du royaume de la vie ».

« Par l'intercession de la Très Sainte Vierge Marie et de saint Joseph, invoquons du Seigneur la grâce de nous préparer sereinement à quitter ce monde, lorsqu'Il voudra nous appeler, dans l'espérance de pouvoir demeurer éternellement avec Lui, en compagnie des saints et de nos proches défunts »

Benoit XVI 2006 



"En une nuit obscure, avec angoisses, en amours enflammée, oh ! heureuse aventure ! Je sortis sans être remarquée, ma maison étant désormais apaisée".


 St Jean de la Croix






Prière à Notre-Dame du Bien-Mourir (Fontgombault)


Notre-Dame du Bien-Mourir, Mère de Jésus et notre Mère, c'est avec la simplicité des petits enfants que nous venons à vous pour vous confier nos derniers instants et notre mort. Avec Jésus vous avez assisté Saint Joseph, votre époux lors de son trépas. Au pied de la Croix, vous avez reçu le dernier soupir de notre Sauveur, votre Divin Fils. Désormais, nous en avons l'assurance, vous êtes auprès de chacun de vos enfants, avec la sollicitude de votre cœur maternel, pour lui faire franchir le seuil de la mort et l'introduire dans l'éternité. Mais pour que nous puissions affronter dans la paix cette ultime épreuve, si rude à notre nature, soyez aussi pour nous Notre-Dame du Bien-Vivre. Aidez-nous, nous vous en supplions, à demeurer fidèles, jour après jour, aux engagements de notre baptême, aux enseignements de la Foi, à la pratique de la Charité. Pour y parvenir nous nous appuyons avec la certitude de l'espérance qui ne déçoit pas, sur votre intercession toute puissante. Notre-Dame du Bien-Mourir, recevez déjà notre action de grâces que nous vous rediront éternellement, et daignez continuer à "prier pour nous pauvres pêcheurs maintenant et à l'heure de notre mort".

Amen.



requiescat in pace.
3 Novembre:  forme extraordinaire.

+

la catéchèse d' Hermas


Voir les commentaires

Rédigé par philippe

Publié dans #spiritualité

Repost0